Le renseignement israélien réévalue quelles informations il choisira de partager avec le « plus grand allié » du pays, les Etats-Unis, selon un article publié mercredi par Yedioth Ahronoth.

« Nous ne pouvons pas donner nos joyaux », a prévenu une source de renseignements après l’article explosif du Washington Post publié lundi, qui révélait que le président américain Donald Trump avait transmis des renseignements classifiés à des responsables russes à la Maison Blanche la semaine dernière.

Le pays qui a fourni les renseignements aux Etats-Unis était cité dans l’article du Post comme « un allié qui a accès aux rouages internes de l’Etat islamique ». Des sources ont indiqué mardi au New York Times qu’il s’agissait d’Israël.

La source de Yedioth a affirmé que les informations « ultra sensibles » dévoilées par Trump au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et à l’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis Sergueï Kislyah avaient été transmises récemment pendant plusieurs réunions avec des responsables américains sur la situation en Syrie. Les responsables du renseignement supposent que Trump a présenté cette information comme une réprimande pour les Russes.

Le président américain Donald Trump, au centre, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, et l'ambassadeur russe aux Etats-Unis Sergueï Kislyak à la Maison Blanche, le 10 mai 2017. Photographie diffusée par le gouvernement russe. (Crédit : HO/ministère russe des Affaires étrangères/AFP)

Le président américain Donald Trump, au centre, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, et l’ambassadeur russe aux Etats-Unis Sergueï Kislyak à la Maison Blanche, le 10 mai 2017. Photographie diffusée par le gouvernement russe. (Crédit : HO/ministère russe des Affaires étrangères/AFP)

En conséquence de la divulgation de cette information, la vie d’un espion israélien serait en danger, selon un article publié mardi par ABC.

L’espion aurait transmis des informations sur un projet de l’Etat islamique pour faire exploser un vol commercial à destination des Etats-Unis en cachant une bombe dans un ordinateur portable, selon ABC.

Les Etats-Unis interdisent déjà aux passagers en provenance de 10 aéroports, principalement situés au Moyen-Orient, de voyager avec leur ordinateur portable en cabine. Des responsables américains et européens devaient discuter mercredi de l’élargissement de cette interdiction à des aéroports européens.

Des responsables américains ont ajouté que les renseignements fournis par l’espion étaient si sensibles qu’ils n’avaient été partagés qu’avec les Etats-Unis, sous condition que la source reste secrète.

Trump a reconnu sur Twitter avoir transmis l’information à la Russie.

BuzzFeed a cité deux officiers anonymes du renseignement israélien affirmant que l’incident était la « confirmation des pires craintes » d’Israël.

« Nous avons un accord avec les Etats-Unis qui est unique dans le monde du partage de renseignement. Nous n’avons cette relation avec aucun autre pays », dit l’un des officiers.

« Il y a un accord spécial de coopération sécuritaire entre nos pays, dit-il. Savoir que ce renseignement est partagé avec d’autres, sans le savoir avant. C’est, pour nous, la confirmation de nos pires craintes. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.