Israël serait la source des renseignements classifiés transmis par Trump aux Russes
Rechercher

Israël serait la source des renseignements classifiés transmis par Trump aux Russes

Les responsables israéliens ne réagissent pas à cette information ; la Maison Blanche refuse de confirmer si les renseignements concernés ont été transmis par Israël

Le président américain Donald Trump, au centre, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, et l'ambassadeur russe aux Etats-Unis Sergueï Kislyak à la Maison Blanche, le 10 mai 2017. Photographie diffusée par le gouvernement russe. (Crédit : HO/ministère russe des Affaires étrangères/AFP)
Le président américain Donald Trump, au centre, avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, à gauche, et l'ambassadeur russe aux Etats-Unis Sergueï Kislyak à la Maison Blanche, le 10 mai 2017. Photographie diffusée par le gouvernement russe. (Crédit : HO/ministère russe des Affaires étrangères/AFP)

Le New York Times a annoncé mardi qu’Israël était la source des renseignements classifiés que le président américain Donald Trump a transmis aux Russes.

Selon le Times, « un responsable américain connaissant la manière dont les Etats-Unis ont obtenu l’information » a indiqué qu’Israël était la source des renseignements en question.

Les responsables israéliens ne se sont pas exprimés sur ce sujet. Le bureau du Premier ministre a refusé de commenter cette information.

L’ambassadeur israélien aux Etats-Unis, Ron Dermer, a cependant déclaré au Times, dans un communiqué, que « Israël fait pleinement confiance à notre relation de partage d’informations avec les Etats-Unis et nous attendons avec impatience d’approfondir cette relation pendant les années de mandat du président Trump. »

H. R. McMaster, conseiller américain à la sécurité nationale, dément que le président Donald Trump a partagé des informations sensibles avec Moscou, devant la Maison Blanche, le 15 mai 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
H. R. McMaster, conseiller américain à la sécurité nationale, dément que le président Donald Trump a partagé des informations sensibles avec Moscou, devant la Maison Blanche, le 15 mai 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Démentant les accusations de transmissions dangereuses d’informations, le conseiller national à la sécurité de Trump, H.R. McMaster, a souligné mardi que les révélations de Trump aux responsables russes sur une menace terroriste du groupe Etat islamique (EI) étaient « totalement appropriées », et était un partage d’information classique.

Trump lui-même a affirmé sur Twitter qu’il avait l’autorité de partager des « faits liés au terrorisme » et à la sécurité aérienne avec la Russie, écrivant qu’il avait « un droit absolu » en tant que président de le faire.

Les tweets de Trump ne précisaient pas s’il a révélé des informations classifiées au sujet de l’EI comme l’ont indiqué les médias et comme l’a dit un responsable américain à l’agence de presse Associated Press.

Pendant une conférence de presse, Sean Spicer, attaché de presse de la Maison Blanche, a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter l’information du New York Times.

Il s’est cependant déclaré « heureux » de la déclaration de Dermer en soutien à l’administration Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...