Une équipe de Quotidien, l’émission animée par Yann Barthès, s’est rendue au meeting de Marine Le Pen au Zénith à Paris, le 17 avril.

Des incidents entre la police et des militants anti-fascistes avaient eu lieu quelques instants avant le meeting. Des hommes cagoulés avaient lancé des projectiles sur les policiers formant le cordon de sécurité, puis vers 19h sur Gilbert Collard arrivant au meeting.

A la fin du meeting, l’équipe de Quotidien tend son micro vers les militants du FN, visiblement échauffés par la soirée électorale, et les échauffourées du début de soirée.

« Ils sont où les gauchos ? » demande l’un, bravache, à son camarade.

« C’est des pleutres, les mecs, » répond une jeune femme. « Des peureux » renchérit un troisième.

Et puis : « Je sais pas si ça sent pas le gaz là ? » reprend le premier, faisant peut-être référence au gaz lacrymogène utilisée plus tôt dans la soirée ? Non.

« Du Zyklon B, mec » répond un plus jeune, et la petite troupe part dans un grand rire.

Provocation, transgression ? L’événement pourrait passer pour être considéré comme périphérique, s’il ne venait s’ajouter à une longue liste de révélations confirmant la présence, et l’influence, de personnalités aux idées néo-nazies dans l’entourage direct de Marine Le Pen.

Ainsi courant mars, on apprenait par le Canard Enchaîné que Frédéric Chatillon, proche d’Alain Soral, ami de longue date de Marine Le Pen, prestataire de ses campagnes depuis plusieurs années et accusé récemment d’antisémitisme par plusieurs témoignages, est actuellement salarié de la campagne présidentielle FN.

Lors du procès l’opposant à Frédéric Haziza en 2014, un témoin à charge, « ex-gudard », avait décrit un Châtillon rongé par « la haine maladive du juif », participant à des « soirées hommage » à Hitler, et dont l’attachement au nazisme n’a jamais été démenti.

Plus récemment encore, suite à une enquête, Mediapart révélait les dérapages réguliers d’Axel Lousteau, trésorier du micro-parti Jeanne, visé par un redressement fiscal.

Exemple : sur un compte Facebook, sous un autre pseudonyme, il se fait souhaiter « un bon anniversaire » en allemand le 20 avril 2015, date anniversaire de la naissance d’Adolf Hitler. Pour le 30 avril, date supposée de son suicide, un ancien ami du Gud commente : « Oui, en effet quelle triste journée… il nous manque beaucoup !!! ».