Durant une visite à la frontière septentrionale mercredi, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a déclaré, s’adressant apparemment indirectement à la Russie, qu’Israël ne tolérerait pas la présence iranienne en Syrie.

« Nous ne permettrons pas l’implantation chiite et iranienne en Syrie. Et nous n’accepterons pas que la Syrie devienne une base contre l’État d’Israël. Celui qui ne le comprend pas, devrait le comprendre », a indiqué Liberman.

Il a ajouté qu’Israël « maintient une totale liberté de manœuvre » en Syrie.

Les propos du ministre de la Défense surviennent alors que les responsables israéliens se démènent pour obtenir des conditions favorables dans le cadre de l’accord de cessez-le feu russo-américain au sud de la Syrie.

Mardi, la Russie semblait prendre Israël de court en déclarant, contre toute attente, qu’elle ne contraindrait pas l’Iran à retirer ses forces de Syrie, indiquant dans le même temps que sa présence était « légitime ».