Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré lundi l’ancien ambassadeur mexicain à l’UNESCO, renvoyé l’année dernière après son refus de voter en faveur d’une résolution qui niait de manière effective les liens entretenus par le judaïsme et Jérusalem.

Andres Roemer, qui est juif, a rencontré Netanyahu avant la fin de son voyage en France, qu’il a quittée pour la Hongrie.

Roemer a expliqué avoir apprécié d’avoir obtenu une place sur l’agenda serré de Netanyahu à Paris.

« L’année dernière, j’ai reçu de nombreuses expressions de sympathie et de soutien de la part du monde juif comme du monde chrétien, mais la rencontre d’aujourd’hui m’a tout particulièrement touchée », a déclaré Roemer selon un communiqué de presse diffusé par l’ambassadeur israélien à l’UNESCO, Carmel Shama-Hacohen, qui a organisé le rendez-vous.

En octobre 2016, deux mois après l’arrivée de Roemer à l’UNESCO, ce dernier avait quitté la salle durant un vote sur une résolution concernant la Vieille Ville de Jérusalem, parce qu’il ne voulait pas suivre les instructions de vote de son gouvernement, qui voulait faire adopter la motion. Il avait ensuite été démis de ses fonctions.

« J’ai l’esprit en paix pour ce que j’ai fait, a-t-il dit. Je n’ai pas fait cela simplement en tant que juif, mais également en tant qu’individu convaincu que ces votes n’ont pas leur place au sein d’une organisation éducative et culturelle, et qu’ils nous nuisent tous. »

Roemer a offert son dernier livre à Netanyahu.

En mai, le diplomate avait été honoré par la Fédération séfarade américaine.

« Quand il a été face à la récente résolution de l’UNESCO qui cherchait à effacer l’histoire de Jérusalem, l’histoire juive et chrétienne d’Israël, l’ambassadeur Roemer a risqué en toute connaissance de cause son poste pour s’exprimer et voter en conscience », avait indiqué la Fédération.

« Même si la résolution a été adoptée, l’ambassadeur Roemer n’a pas oublié Jérusalem et son courage moral a convaincu plusieurs pays, dont le sien, de chercher à revenir sur leur position irréfléchie sur la résolution, contre la vérité historique et la possibilité de paix », selon l’annonce.

JTA a contribué à cet article.