Le président américain Donald Trump a promis vendredi « la tolérance partout dans le monde » à l’occasion de la journée mondiale à la mémoire des victimes de l’Holocauste, sans évoquer spécifiquement les Juifs.

« Ensemble nous allons répandre l’amour et la tolérance à travers le monde », a écrit M. Trump dans un communiqué où il rend hommage aux « victimes, survivants et héros » de l’Holocauste sans citer nommément les Juifs.

L’association Anti-Defamation League, qui recense les actes d’antisémitisme, a jugé cet acte étrange.

« C’est déconcertant et inquiétant que le communiqué de la Maison Blanche ne fasse pas mention des Juifs. Les présidents républicains et démocrates l’ont fait dans le passé », a tweeté le directeur de l’ADL Jonathan Greenblatt.

Le communiqué de la Maison Blanche :

« C’est avec un coeur lourd et un esprit sombre que nous honorons et nous nous rappelons des victimes, les survivants, les héros de l’Holocauste. Il est impossible de véritablement comprendre la dépravation et l’horreur infligées aux innocents par la terreur nazie.

Mais nous savons que dans les heures les plus sombres de l’humanité, la lumière brille plus fort. Comme nous nous souvenons de ceux qui sont morts, nous sommes profondément reconnaissants de ceux qui ont risqué leur vie pour sauver les innocents.

Au nom des morts, je m’engage à faire tout ce qui est en mon pouvoir tout au long de ma présidence et de ma vie, pour faire en sorte que les forces du mal ne remportent plus jamais celles du bien. Ensemble, nous ferons en sorte que l’amour et la tolérance prévalent dans le monde entier. »

Le président américain Barack Obama (au centre), la chancelière allemande Angela Merkel et le survivant de l'Holocauste et prix Nobel de la Paix Elie Wiesel au camp de concentration de Buchenwald, près de Weimar, en Allemagne, le 5 juin 2009. (Crédit : AFP/Mandel Ngan)

Le président américain Barack Obama (au centre), la chancelière allemande Angela Merkel et le survivant de l’Holocauste et prix Nobel de la Paix Elie Wiesel au camp de concentration de Buchenwald, près de Weimar, en Allemagne, le 5 juin 2009. (Crédit : AFP/Mandel Ngan)

En 2016, l’ex-président Barack Obama avait salué la mémoire des « six millions de Juifs et des millions d’autres (personnes) assassinés par les Nazis pendant l’Holocauste ».

Quand le président George W. Bush avait commémoré le 60e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz en 2005, il avait déclaré : c’est un « rappel que lorsque nous rencontrons de l’antisémitisme, nous devons nous rassembler pour le combattre ».