Un vice-ministre du gouvernement, qui est aussi historien, a rejeté dimanche un article affirmant qu’Israël était prêt à faire exploser une bombe nucléaire pour dissuader les armées arabes envahissantes, un plan d’ « apocalypse » prévu pendant la guerre des Six Jours de 1967.

Michael Oren, vice-ministre auprès du bureau du Premier ministre et auteur d’une histoire reconnue de la guerre des Six Jours, a déclaré dans un communiqué que les milliers de documents déclassifiés sur la guerre ne soutenaient pas l’hypothèse d’un plan de dernier recours pour larguer une bombe dans le Sinaï, comme l’a annoncé samedi le New York Times.

L’article du Times est basé sur un entretien entre un chercheur israélien spécialisé dans le nucléaire, Avner Cohen, et le général de brigade à la retraite Itzhak Yaakov, qui aurait supervisé le plan.

Oren, député de Koulanou et ancien ambassadeur aux Etats-Unis actuellement chargé de la diplomatie publique, a souligné que Cohen basait son article sur une source unique.

« Entre chercheurs sérieux, c’est quelque chose d’inacceptable », a-t-il dit.

« J’ai aussi interrogé Itzhak Yaakov, et je n’ai pas été convaincu par son histoire, a-t-il poursuivi. Ils ont publié des dizaines, si ce n’est des centaines, de milliers de documents classifiés de la guerre des Six Jours, les discussions gouvernementales de notre establishment sécuritaires et des organisations de renseignements étrangères, et il n’y a même pas la moitié d’une allusion qui soutienne la version d’Avner Cohen. S’il y avait quelque chose, nous aurions trouvé plus de preuve. »

Raphael Ahren a contribué à cet article.