Au moins quatre femmes ont accusé Gabi Gazit, 71 ans, animateur radio et animateur de talk-show, de harcèlement sexuel.

Durant une interview à la radio mardi, sur les allégations de harcèlement portées à l’encontre d’Alex Gilady, président du groupe Keshet, Gazit a déclaré d’un ton dédaigneux : « je suppose qu’il y a 45 ans, j’ai touché les fesses d’une femme ».

Ce même jour, Dana Weiss, correspondante diplomatique et présentatrice occasionnelle de Hadashot News (anciennement la Deuxième chaîne), a déclaré sur Twitter que Gazit s’était, plus récemment, comporté de la sorte.

« Réfléchis bien, Gabi Gazit. Il y a 15 ans, tu as fait cela, et bien plus. Par exemple, insister sur un baiser sur la bouche dans les couloirs », a-t-elle écrit. « Pourquoi, juste comme ça. Parce que tu le peux, c’est ta routine. »

Mercredi, durant son émission sur la fréquence 103FM, Gazit a rejeté ces allégations.

« Tout ce qui a été écrit et publié hier par Mme Weiss ne s’est jamais produit. Point. »

Dans une interview sur la radio militaire, Weiss a réitéré ces accusations.

« Ce n’est pas une forme de vengeance, mais une opportunité de réformer la société », a-t-elle dit, en faisant allusion à la foule de femmes qui ont accusé des hommes de harcèlement sexuel ces dernières semaines, dans le cadre de la campagne #MoiAussi.

Elle a déclaré qu’elle avait choisi de parler de son vécu parce que Gazit n’a jamais changé d’attitude.

Emmanuel Rosen, à gauche, avec Dana Weiss. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Weiss a aussi déclaré qu’elle se sentait obligée de réagir aux propos de Gazit sur cette campagne de solidarité menée sur les réseaux solidarité, initiée après que le magnat hollywoodien, Harvey Weinstein, a été accusé de viol et d’agression sexuelle par des dizaines de femmes.

« Chaque femme a une pile d’histoires plus ou moins graves », a-t-elle dit. « Il faut se réveiller et dire aux gens : nous sommes en 2017, et ce qui était acceptable à l’époque ne l’est plus. Je ne pense même pas que Gazit l’a compris. »

Au moins trois autres accusations ont été portées contre Gazit.

Shimrit Scornik Peleg a écrit sur Facebook que Gazit l’avait embrassée contre son gré il y a 13 ans.

« Gabi Gazit, vous n’avez honte de rien. Vous êtes un menteur pitoyable », a-t-elle écrit. « Vous m’avez aussi embrassée. Un baiser humide, dégoûtant, qui me marquera jusqu’à ma mort. »

Rachel Fisch Ben-Israel a écrit sur Facebook que Gazit avait tenté de saboter sa carrière, pour la punir d’avoir protesté contre ses avances.

« Je me demande combien de temps cette ignoble créature continuera à tout nier en bloc », a-t-elle écrit. « Quand un matin, quand je travaillais [encore] pour 103FM, il m’a attrapé par la taille, et je lui ai dit d’arrêter. Il a alors dit au producteur en chef que j’étais une mauvaise productrice et qu’il ne voulait plus que je travaille sur son émission. »

Une autre femme a anonymement témoigné à la radio militaire, en relatant un incident similaire.

« Gabi Gazit était le propriétaire de mon appartement », a-t-elle raconté. « Quand je suis venue prolonger le bail de location, il m’a plaqué sur le lit et m’a embrassé sur la bouche, contre mon gré. »

Mercredi, Hadas Shtaif, journaliste à la radio militaire a déclaré sur Twitter qu’elle était en contact avec d’autres accusatrices, dont une femme qui avait déclaré que Gazit l’avait « sexuellement agressée, avec d’autres personnes présentes sur les studios de télévisions, il y a plusieurs années, en mettant la main sur sa poitrine, entre autres ».

Or Celkovnik, PDG de 103FM, a déclaré que la station de radio enquêtait sérieusement sur les accusations dont Gazit fait l’objet.

« 103FM condamne les crimes sexuels et le harcèlement, et accorde énormément d’importance à la lutte contre ce phénomène », a-t-il tweeté.

A 2009 portrait of Alex Gilady. (Photo credit: Abir Sultan/Flash 90)

Un portrait d’Alex Gilady en 2009 (Crédit : Abir Sultan/Flash 90)

Lundi, Neri Livneh, journaliste au quotidien Haaretz, a écrit un article dans lequel elle décrit une rencontre avec Alex Gilady, président du groupe de diffusion Keshet, survenue il y a 18 ans.

En plus de diriger Keshet, l’un des concessionnaires de longue haleine de la Deuxième chaîne très populaire, Gilady, ancien joueur de basket et de football, est le représentant israélien au Comité international olympique.

Livneh a expliqué qu’elle avait décidé d’évoquer l’incident pour soutenir la présentatrice de la Dixième chaîne Oshrat Kotler qui, la semaine dernière, a déclaré aux téléspectateurs qu’elle avait reçu il y a 25 ans une « proposition indécente » de la part de Gilady lorsqu’il était directeur-général de Keshet.