Un important conseiller du président américain Donald Trump qui a récemment défendu l’absence des mots « juif » et « antisémite » dans un communiqué publié par la Maison Blanche pour la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste a porté à plusieurs occasions un insigne lié aux collaborateurs hongrois des nazis.

Sebastian Gorka, ancien rédacteur en chef de Breitbart News qui est à présent assistant du président, a été photographié et interviewé pendant l’investiture de Trump alors qu’il portait l’uniforme et la médaille de Vitézi Rend, un ordre de mérite hongrois étroitement associé à l’Allemagne nazie.

L’ordre a été fondé en 1920 par Miklós Horthy, qui a été régent de Hongrie jusqu’en 1944, et comprenait ses partisans.

Horthy a été un allié d’Adolf Hitler et a collaboré avec les nazis pendant la majorité de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la guerre, les propriétés juives confisquées ont été distribuées aux membres de l’ordre par le gouvernement hongrois.

Gorka, qui est d’origine hongroise, a pu hériter de la médaille et de l’uniforme de son grand-père, selon Lobelog, site spécialisé en politique internationale.

Le département d’Etat des Etats-Unis liste Vitézi Rend comme un groupe lié aux nazis, ce qui peut interdire à ses membres d’obtenir un visa. Gorka est devenu citoyen américain en 2012.

Lobelog souligne également que Gorka a signé son manuscrit de thèse en 2007 du nom de « Sebestyén L. v. Gorka », où « L. v. » sont les initiales représentant les membres de Vitézi Rend.

Avant la cérémonie d’investiture, Gorka avait déjà porté la médaille et l’uniforme, comme le montre une photographie non datée publiée sur sa page Facebook.

Sebastian Gorka, à gauche, important conseiller du président américain Donald Trump, porte l'uniforme et la médaille de Vitézi rend, un ordre du mérite hongrois lié à l'Allemagne nazie, à une date non précisée. (Crédit : Facebook)

Sebastian Gorka, à gauche, important conseiller du président américain Donald Trump, porte l’uniforme et la médaille de Vitézi rend, un ordre du mérite hongrois lié à l’Allemagne nazie, à une date non précisée. (Crédit : Facebook)

Gorka avait déclaré que les critiques du communiqué de la Maison Blanche sur l’Holocauste n’étaient motivées que par un désir d’attaquer le président.

Il s’était déchaîné la semaine dernière quand Michael Medved, animateur d’une émission conservatrice, lui avait demandé s’il reconnaissait qu’il était « questionnable » que la Maison Blanche ne cite pas spécifiquement le peuple juif dans son communiqué pour la Journée de commémoration.

« Non, je ne vais pas le reconnaitre, avait déclaré Gorka. Parce que c’est stupide. C’est absurde. Vous faites un communiqué sur l’Holocauste. Bien sûr, c’est sur l’Holocauste, parce que c’est ce dont parle le communiqué. Ce n’est raisonnable de le critiquer que si votre objectif est d’attaquer le président. »

En 2006, Gorka avait été cité par JTA en train de défendre la réapparition du drapeau hongrois que s’était approprié la Croix de Flèche hongroise, un groupe pro-nazi.

Les porteurs du drapeau « sont une cible facile, parce que comment pouvez-vous prouver que vous n’êtres pas fasciste ? », avait-il demandé.

« Si vous dites que huit siècles d’histoire peuvent être éradiqués par 18 mois de déformation fasciste de symbole, vous perdez toute perspective historique », avait-il ajouté.

JTA a contribué à cet article.