100 travailleurs évacués après une fuite d’ammoniac dans une usine du nord
Rechercher

100 travailleurs évacués après une fuite d’ammoniac dans une usine du nord

Une femme a été légèrement blessée lors d'un incident signalé dans l'usine de légumes surgelés Sunfrost à Migdal Haemek

Des pompiers israéliens sur la scène d'une fuite d'ammoniac, près d'un centre commercial à Acre, le 27 juin 2019. (Meir Vaknin/Flash90)
Des pompiers israéliens sur la scène d'une fuite d'ammoniac, près d'un centre commercial à Acre, le 27 juin 2019. (Meir Vaknin/Flash90)

Une centaine d’ouvriers ont été évacués dimanche après une fuite suspecte d’ammoniac dans une usine située dans une zone industrielle de la ville de Migdal Haemek, dans le nord du pays.

Une femme a été légèrement blessée et a reçu des soins médicaux sur place, selon les rapports des médias israéliens.

La Douzième chaîne d’information a rapporté que l’incident s’était produit chez le fournisseur de légumes surgelés Sunfrost, qui fait partie du groupe Tnuva.

Aucune information n’a été donnée quant à la cause de la fuite.

L’année dernière, un centre commercial avait été évacué et les habitants de certains quartiers d’Akko avaient été priés de rester à l’intérieur suite à une fuite d’ammoniac provenant d’une usine exploitée par le groupe Strauss. Quelques jours auparavant, une fuite d’ammoniac dans une usine de la zone industrielle de Har Tuv, près de la ville centrale de Beit Shemesh, avait entraîné l’évacuation de l’usine et la fermeture d’un carrefour routier proche.

Plus tôt dans l’année, une fuite d’ammoniac dans la ville de Haïfa, à seulement 500 mètres d’une zone résidentielle, a incité la maire Einat Kalisch-Rotem à annoncer une politique de tolérance zéro sur les accidents industriels.

Pompiers sur les lieux d’une fuite d’ammoniac à Acre, le 27 juin 2019. (Meir Vaknin/Flash90)

En 2018, un tribunal a condamné Haifa Chemicals à une amende de 500 000 NIS (125 000 euros) pour avoir exploité un réservoir d’ammoniac pendant des décennies sans licence, et a émis une ordonnance de fermeture définitive du réservoir. Le réservoir controversé avait été vidé en 2017 sur décision de la Cour suprême, après une lutte de plusieurs années entre l’entreprise et les résidents locaux concernés par les risques environnementaux.

La décision du tribunal de fermer le réservoir d’une capacité de 12 000 tonnes est intervenue après que les responsables locaux ont averti que des dizaines de milliers de personnes pourraient mourir en cas de rupture, et qu’un nombre encore plus important serait en danger si le navire de livraison mensuel qui apportait de l’ammoniac au réservoir depuis l’étranger était touché par un missile. Le groupe terroriste Hezbollah, basé au Liban, avait par le passé menacé de viser le réservoir avec des roquettes en cas de conflit futur avec Israël.

L’ammoniac, bien qu’il ne soit pas très inflammable en soi, peut exploser si les conteneurs sont exposés à une forte chaleur.

Le nitrate d’ammonium, à l’origine de l’explosion massive de Beyrouth ce mois-ci, est créé par la réaction de l’ammoniac avec l’acide nitrique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...