Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Aide humanitaire bloquée vers la Syrie : l’UE déplore le veto russe

Le commissaire européen à la Gestion des crises et le chef de la diplomatie européenne ont dénoncé une "politisation de l'aide humanitaire" qui met des vies en danger

Des camions chargés d'aide humanitaire de l'ONU pour la Syrie après un tremblement de terre dévastateur atteignent le poste frontière de Bab al-Hawa avec la Turquie, dans la province d'Idlib, en Syrie, le 10 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ghaith Alsayed)
Des camions chargés d'aide humanitaire de l'ONU pour la Syrie après un tremblement de terre dévastateur atteignent le poste frontière de Bab al-Hawa avec la Turquie, dans la province d'Idlib, en Syrie, le 10 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ghaith Alsayed)

L’Union européenne a déploré mercredi le veto opposé par la Russie la veille au Conseil de sécurité à une prolongation du mécanisme d’aide humanitaire transfrontalier vers la Syrie, y voyant une « politisation de l’aide humanitaire » qui met des vies en danger.

« L’arrêt de l’aide transfrontalière signifiera la perte de l’unique ligne d’approvisionnement dont dépendent plus de quatre millions de personnes vivant dans le nord-ouest de la Syrie, dont près de trois millions de personnes déplacées », ont déclaré dans un communiqué le commissaire européen à la Gestion des crises, Janez Lenarcic, et le chef de la diplomatie européenne Josep Borrel.

« Nous appelons la Fédération de Russie à ne pas aggraver gratuitement les souffrances de millions de Syriens », ont ils ajouté.

Après un veto russe, le Conseil de sécurité de l’ONU a échoué mardi à prolonger le mécanisme d’aide humanitaire transfrontalier vers la Syrie, fermant au moins temporairement une voie de passage vitale pour des millions d’habitants de zones rebelles du pays.

Les 15 membres du Conseil tentaient depuis des jours de trouver un compromis pour prolonger ce mécanisme qui permet d’acheminer depuis la Turquie, en passant par le poste frontière de Bal al-Hawa et sans autorisation de Damas, nourriture, eau ou médicaments aux habitants du nord-ouest de la Syrie.

Une majorité de membres du Conseil réclamaient une prolongation d’au moins un an pour permettre une meilleure planification de l’aide.

Face à l’opposition de la Russie, qui insistait pour seulement six mois, la Suisse et le Brésil, en charge de ce dossier, ont finalement proposé un compromis de neuf mois.

Compromis auquel la Russie, un allié clé de Damas, a opposé mardi son veto, empêchant son adoption malgré 13 voix en faveur, et une abstention : la Chine.

Selon l’ONU, le mécanisme qui a expiré lundi permettait d’aider 2,7 millions de personnes chaque mois.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.