Comment ‘Plus jamais ça’ est devenu un appel universel
Rechercher

Comment ‘Plus jamais ça’ est devenu un appel universel

La phrase, enracinée dans l'expérience de la Shoah, en est venue à servir une grande variété de causes, - du militantisme de Meir Kahane au contrôle des armes à feu

Des étudiants protestant contre la violence armée sur le Capitole à Washington le 21 février 2018 (Crédit : Alex Wong / Getty Images via JTA)
Des étudiants protestant contre la violence armée sur le Capitole à Washington le 21 février 2018 (Crédit : Alex Wong / Getty Images via JTA)

JTA — Après qu’un homme armé a assassiné 17 étudiants et membres du personnel d’une école secondaire à Parkland, en Floride, des étudiants ont lancé une campagne nationale pour promouvoir le contrôle des armes à feu. Ils ont appelé à organiser une grande manifestation à Washington, le 24 mars, et encouragent des manifestations similaires à travers le pays.

Et ils ont pris un nom pour leur campagne, #PlusJamaisCa, qui a longtemps été lié à la commémoration de l’Holocauste.

Un élève de Parkland, Cameron Kasky, est reconnu comme étant celui qui a inventé le hashtag. Un compte Twitter pour le mouvement, NeverAgainMSD, est décrit comme étant « Pour les survivants de la fusillade de Stoneman Douglas, par les survivants de la fusillade de Stoneman Douglas ».

Certains partisans des efforts des étudiants sont rebutés par leur utilisation de la phrase Plus Jamais Ça.

Lily Herman, qui a rédigé un article publié dans le Refinery29, a expliqué que « c’est très inconfortable de regarder un terme que vous avez utilisé pour parler de votre famille et du patrimoine et de l’histoire des gens qui vous ont été enlevés du jour au lendemain. »

Malka Goldberg, spécialiste de la communication numérique dans le Maryland, a tweeté : « quand j’ai vu qu’ils utilisaient #PlusJamaisCa pour la campagne, cela m’a dérangée, car beaucoup de Juifs [associent] fortement cette phrase à l’Holocauste en particulier. Pendant une seconde, cela a semblé être une appropriation culturelle, mais je doute que les enfants le sachent ou le fassent intentionnellement. »

Hasia Diner, professeure d’histoire juive américaine à l’université de New York, ne s’émerveille pas de l’utilisation de la phrase par les étudiants. Bien que certains puissent s’opposer au fait que l’expression Plus Jamais Ça soit réappropriée pour le contrôle des armes à feu, cela « ne signifie pas que la réaction [soit] appropriée ou raisonnable », a-t-elle déclaré au JTA.

Le camp d’extermination de Treblinka avec l’expression Plus Jamais Ca en différentes langues (Crédit: Yossi Zeliger/Flash90)

Bien que certains aient retrouvé l’origine de la phrase dans le poème hébraïque d’Isaac Lambdan « Masada » de 1926 (« Never Shall Masada Fall Again ! » [Jamais Massada ne devrait retomber !]), Son utilisation actuelle est plus directement liée aux séquelles de l’Holocauste. Le premier usage de l’expression Plus Jamais Ça n’est pas clair, mais a probablement commencé dans l’après-guerre en Israël. L’expression a été utilisée dans les kibboutzim laïcs à la fin des années 1940. Elle a été utilisée dans un documentaire suédois sur l’Holocauste en 1961.

Mais l’expression est devenue populaire en anglais grâce en grande partie à Meir Kahane, le rabbin militant qui l’a popularisé en Amérique lorsqu’il a créé la Jewish Defense League (JDL) en 1968 et l’a utilisée comme titre d’un manifeste en 1972. Comme l’a déclaré le président du Comité juif américain, Sholom Comay, après l’assassinat de Kahane en novembre 1990 : « malgré nos différences considérables, Meir Kahane doit toujours être connu pour le slogan Never Again, qui est devenu pour beaucoup le cri de guerre de l’après-Holocauste de la communauté juive ».

Pour Kahane, Plus Jamais Ça était un appel aux armes implicitement violent et une réprimande de la passivité et de l’inactivité. La honte qui entoure la prétendue passivité des Juifs face à leur destruction est devenue la pierre angulaire du JDL. Comme l’a dit Kahane, « la devise Plus Jamais Ça ne signifie pas que » ça « [un holocauste] ne se reproduira plus jamais. Cela serait un non-sens. Cela signifie que si cela se reproduit, cela n’arrivera pas de la même manière. La dernière fois, les Juifs se sont comportés comme des moutons. »

Kahane a utilisé Plus Jamais Ça pour justifier des actes de terreur au nom de la lutte contre l’antisémitisme. Dans l’hymne de la Ligue de défense juive (LDJ), les membres récitaient : « à nos frères massacrés et à nos veuves solitaires : Jamais plus le sang de notre peuple ne sera versé par l’eau. Jamais plus jamais de telles choses ne seront entendues en Judée. »

Plus tard, cependant, le violent appel à l’action de Kahane a été adapté par les groupes juifs américains et les institutions de commémoration de l’Holocauste comme un appel à la paix, à la tolérance et à l’attention aux signes avant-coureurs du génocide.

Ces jours-ci, lorsque la phrase est utilisée pour invoquer l’Holocauste, elle peut avoir un sens particulier ou universel. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu tend vers le particulier quand il l’utilise pour parler du besoin d’un Etat juif fort à la suite de l’Holocauste.

« Je promets, en tant que chef de l’Etat juif, que nous ne laisserons plus la main du mal ôter la vie de notre peuple et de notre Etat », a-t-il déclaré dans un discours sur le site du camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau pendant la journée internationale de Commémoration de l’Holocauste en 2010.

Des manifestants à l’aéroport O’Hare de Chicago protestent contre l’ordre exécutif de Trump qui gèle l’admission des réfugiés de certains pays aux Etats Unis, le 29 janvier 2017 (Crédit : Scott Olson/Getty Images via JTA)

Mais Netanyahu a également utilisé cette expression dans son sens universel pour prévenir tous les génocides. Après avoir visité un monument aux victimes du génocide rwandais en 2010, Netanyahu et sa femme, Sara, ont écrit dans le livre d’or : « nous sommes profondément émus par le mémorial des victimes des crimes les plus graves de l’histoire, cela nous rappelle les similarités troublantes avec le génocide de notre propre peuple. Plus jamais Ça. »

Le président de l’époque, Barack Obama, a également utilisé cette expression dans son sens universel pour marquer la journée internationale de commémoration de l’Holocauste en 2011.

« On nous rappelle qu’il faut rester toujours vigilants contre la possibilité d’un génocide, et de faire en sorte que Plus Jamais Ça ne soit pas seulement une phrase mais une cause de principe », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Et nous sommes résolus à lutter contre les préjugés, les stéréotypes et la violence — y compris le fléau de l’antisémitisme — dans le monde entier. »

Cela est semblable à la façon dont le musée mémorial de l’Holocauste des Etats-Unis utilise l’expression. En choisissant le nom Never Again comme thème de ses Journées du souvenir en 2013, il a utilisé le terme comme un appel à étudier le génocide des Juifs afin de répondre aux « signes avant-coureurs » de génocides qui se produisent n’importe où.

Et Elie Wiesel, le survivant de l’Holocauste et l’auteur qui a été associé à la phrase, l’a également utilisé dans son sens universel.

« ‘Plus Jamais Ça’ devient plus qu’un slogan : c’est une prière, une promesse, un voeu … plus jamais [il n’y aura] la glorification laide, sombre de la violence de base », a écrit le lauréat du prix Nobel en 2012.

Plus Jamais Ça est une phrase qui ne cesse d’évoluer. Il a été utilisé dans des manifestations contre le décret anti-musulman et en faveur des réfugiés, en souvenir de l’internement japonais pendant la Seconde Guerre mondiale et rappelant la loi d’exclusion chinoise de 1882. Et maintenant la phrase prend une autre vie : dans la lutte pour le contrôle des armes à feu en Amérique.

Shaul Magid, professeur d’études juives à l’université de l’Indiana, actuellement chercheur invité au Centre d’histoire juive de New York, a déclaré au JTA : « pour [Kahane], Plus Jamais Ça ne l’était pas, cela n’arrivera plus parce que nous aurons un pays’ mais ‘nous les juifs ne serons jamais complaisants comme nous l’étions pendant la guerre’. C’est à dire que pour Kahane, Plus Jamais Ça était un appel au militantisme comme seul acte de prévention. À Parkland, c’est un appel au contrôle des armes à feu. D’une certaine manière, un appel à l’anti-militantisme. »

Il est douteux que Kahane aurait apprécié que le terme soit coopté par une campagne de contrôle des armes à feu. Son deuxième slogan le plus célèbre était « Chaque juif a un .22. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...