Confinement prolongé jusqu’à vendredi matin ; l’aéroport reste fermé
Rechercher

Confinement prolongé jusqu’à vendredi matin ; l’aéroport reste fermé

La prolongation du confinement à l'échelle nationale, déjà dans sa quatrième semaine, a été décidée lors d'une réunion du cabinet hier soir

La police applique les restrictions de confinement à un barrage routier temporaire à l'extérieur de Jérusalem, le 19 janvier 2021. (Crédit : Nati Shohat / Flash90)
La police applique les restrictions de confinement à un barrage routier temporaire à l'extérieur de Jérusalem, le 19 janvier 2021. (Crédit : Nati Shohat / Flash90)

Le gouvernement israélien a décidé dimanche soir de prolonger de cinq jours les mesures de confinement qui devaient se terminer à minuit, ont annoncé le bureau du Premier ministre et le ministère de la Santé, dans un communiqué commun.

Le nombre des personnes contaminées étant toujours à la hausse malgré une intense campagne de vaccination, le gouvernement a rallongé pour la troisième fois le confinement imposé le 27 décembre à la population israélienne, le troisième depuis le début de la pandémie.

Après une longue réunion, les ministres se sont mis d’accord pour maintenir le confinement jusqu’à vendredi 7h.

Les vols internationaux suspendus depuis le 26 janvier le resteront et l’aéroport international Ben Gourion demeurera fermé encore une semaine, a décidé le gouvernement.

En outre, un comité a été mis en place pour examiner les demandes d’exemption d’Israéliens qui doivent rentrer dans le pays pour des raisons humanitaires pendant le confinement, indique le communiqué, sans donner de critères précis.

L’absence de création d’un tel comité a entraîné le retard d’un vol de rapatriement au départ de Francfort vendredi.

Le cabinet a également décidé de réimposer une quarantaine obligatoire dans des hôtels de quarantaine gouvernementaux aux personnes autorisées à entrer dans le pays. La décision entrera en vigueur mardi.

Le ministre de l’Intérieur Arié Dery a en outre prolongé de deux jours la fermeture des passages frontaliers avec la Jordanie et l’Egypte, annoncée mercredi dernier.

Le gouvernement se réunira mercredi prochain pour examiner la situation et envisager un nouveau prolongement, est-il écrit dans le communiqué.

Netanyahu avait fait pression pour une prolongation d’au moins une semaine et le ministre de la Défense Benny Gantz insistait pour que le confinement se termine au plus tard jeudi matin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le ministre de la Défense Benny Gantz, assistent à une cérémonie de remise des diplômes des nouveaux pilotes de l’armée de l’air à la base aérienne de Hatzerim près de Beer Sheva, le 25 juin 2020. (Crédit : Ariel Schalit / Pool / AFP)

Le confinement a été violé dimanche par des milliers de Juifs ultra-orthodoxes qui ont participé aux funérailles d’un rabbin à Jérusalem.

L’enterrement d’un autre rabbin dans cette même ville, dans la soirée, a provoqué une nouvelle violation du confinement : si seules 20 personnes sont autorisées d’après la loi à suivre la dépouille d’un défunt, elles étaient en effet des milliers à s’être réunies pour les obsèques du rabbin Yitzhak Sheiner.

Le Parlement israélien s’est prononcé dans la journée en faveur d’une augmentation des amendes contre les contrevenants aux restrictions sanitaires.

Les députés ont ainsi voté en troisième lecture le projet de loi prévoyant de doubler le montant des amendes pour les commerces et les écoles qui braveraient le confinement : celles-ci passent de 5 000 à 10 000 shekels (2 500 euros).

Au début de la réunion de dimanche soir, Netanyahu a exhorté les ministres à ne pas politiser la prolongation du confinement. Au moins un de ses confidents, Miki Zohar, dirigeant de la coalition, a critiqué les funérailles ultra-orthodoxes de masse, mais Netanyahu n’a pas explicitement condamné les événements. Des violations ont été constatées dans tous les secteurs de la population, mais en particulier dans certains pans de la communauté ultra-orthodoxe.

« Nous devons prolonger le confinement d’une semaine et ne pas le politiser, ne pas nous concentrer sur les violations d’un groupe particulier ou sur d’autres communautés. Les rassemblements dans tous les secteurs doivent être évités », a déclaré Netanyahu.

Au cours de la réunion, dans un message publié sur son compte Twitter, Netanyahu a déclaré : « Pour être clair : un rassemblement est un rassemblement. Peu importe qu’il s’agisse de personnes ultra-orthodoxes, laïques ou arabes. Malheureusement, il y a des rassemblements de tous côtés, dans tous ces groupes publics. Nous devons cesser cela immédiatement et arrêter de le politiser. »

Des milliers d’hommes ultra-orthodoxes assistent aux funérailles de feu le rabbin Meshulam Dovid Soloveitchik à Jérusalem, le 31 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les responsables de la santé ont présenté aux ministres lors de la réunion des statistiques montrant un ralentissement de la morbidité globale, y compris chez les plus de 60 ans, mais une augmentation des patients gravement malades âgés de 40 ans et moins.

Nachman Ash, responsable gouvernemental contre le coronavirus, a déclaré que, pour mettre fin au confinement, « nous devions constater une baisse claire et significative du nombre de malades gravement atteints et de la charge sur les hôpitaux. » Ash a déclaré qu’environ 70 % des nouvelles infections étaient causées par la variante du virus britannique, qui serait plus contagieuse.

Sharon Alroy-Preis, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, a déclaré aux ministres lors de la réunion du cabinet que quelque 40 % des infections actuelles en Israël concernaient des enfants et des adolescents – un taux bien plus élevé qu’au début de la pandémie.

Elle a déclaré que le nombre de personnes âgées de 40 à 60 ans sous respirateur a récemment été multiplié par six et qu’Israël compte 25 personnes de moins de 40 ans sous pontage cardio-pulmonaire et 17 sous respirateur.

Gantz et Netanyahu se sont opposés lors de la réunion, Gantz affirmant que les statistiques ne prenaient pas en compte « le coût du confinement », selon Walla.

Netanyahu a déclaré : « Il y a un coût en qualité de vie pour tout le monde, mais je ne parle pas de qualité de vie, je parle de vies. »

Des employés de la Hevra Kadisha préparent un corps avant un enterrement dans une morgue pour les personnes décédées de la COVID-19, au cimetière Sanhedriya à Jérusalem, le 25 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Meir Ben-Shabbat, conseiller à la sécurité nationale, a ajouté lors de la réunion que la campagne de vaccination réussie d’Israël n’était pas suffisante pour ralentir la propagation du virus.

« Le rythme des infections des souches virales mutées compense l’effet du verrouillage et des vaccinations », a-t-il déclaré.

Netanyahu a déclaré que les variantes britanniques et sud-africaines étaient endémiques dans le monde entier, et que le système de santé israélien vacillait, mais qu’Israël recevrait environ 1 million de doses de virus supplémentaires dans une semaine.

Netanyahu a également déclaré qu’il avait eu récemment des entretiens avec les ministères de la Santé et de l’Éducation sur la réouverture progressive des écoles, en commençant par des classes pour les plus jeunes.

« S’il n’y a plus de surprises, nous pourrons ouvrir progressivement l’économie et le système éducatif », a-t-il déclaré.

Une soignante israélienne administre une dose du vaccin de Pfizer-BioNtech à une femme enceinte dans un centre de la Clalit, à Tel Aviv, le 23 janvier 2021. (Crédit : AFP)

Depuis un mois, l’État hébreu a vacciné 3 081 162 de ses habitants, a annoncé le ministère de la Santé. Parmi eux, 1 790 121 ont reçu la deuxième dose.

Israël s’est engagé à partager ses données sur les effets de cette immunisation au géant Pfizer en contrepartie de la livraison rapide de vaccins.

Les données transmises par le ministère de la Santé, lundi, révèlent qu’un tiers du nombre total de décès enregistrés des suites de la COVID-19 au sein de l’Etat juif ont concerné le mois de janvier seulement – ce qui fait de ce mois le plus meurtrier, et de loin, depuis le début de la pandémie.

Le bilan des décès est de 4 796, avec des chiffres préliminaires faisant état de 1 433 morts en janvier, soit juste un peu moins de 30 %. Ce pourcentage pourrait être revu à la hausse dans la journée.

Les taux d’infection restent élevés, avec 5 140 nouveaux cas qui ont été confirmés dimanche et un taux de positivité qui est de 9,7 %.

Selon les données publiées lundi par un groupe de travail militaire, le taux de transmission d’Israël a recommencé à augmenter après avoir baissé pendant plusieurs semaines. Le nombre de reproduction de base, ou chiffre R, qui est le nombre de nouveaux cas résultant de chaque infection au coronavirus, ou le nombre de personnes qui ont attrapé le virus de chaque personne infectée, s’élevait à 0,96, après être tombé à 0,9 une semaine plus tôt.

646 277 personnes ont été atteintes par le coronavirus au sein de l’État juif avec notamment 68 331 cas actifs. 1 140 personnes sont dans un état grave, 390 personnes sont dans un état critique et 315 personnes sont actuellement placées sous respirateur artificiel.

Le ministère a fait savoir que 3 081 162 Israéliens avaient reçu la première dose de vaccin et 1 790 121 les deux doses nécessaires pour assurer une protection contre le coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...