Conversion: Des rabbins exhortent Netanyahu à « enterrer » le projet de loi
Rechercher

Conversion: Des rabbins exhortent Netanyahu à « enterrer » le projet de loi

Le ministre de l’Intérieur promet de bloquer les amendements proposés qui visent à donner une reconnaissance officielle aux conversions des Réformés et des Conservateurs

Les grands rabbins d'Israël en réunion d'urgence avec les rabbins sionistes religieux pour évoquer une nouvelle proposition de révision du système de conversion au judaïsme dans le pays, le 3 juin 2018. (Autorisation : Porte-parole du Grand rabbinat)
Les grands rabbins d'Israël en réunion d'urgence avec les rabbins sionistes religieux pour évoquer une nouvelle proposition de révision du système de conversion au judaïsme dans le pays, le 3 juin 2018. (Autorisation : Porte-parole du Grand rabbinat)

Les rabbins en chef d’Israël et environ 25 rabbins sionistes religieux ont appelé dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu à rejeter une proposition visant à changer le système de conversion au judaïsme dans le pays, avançant l’argument que retirer cette autorité au rabbinat en chef divisera le judaïsme et favorisera la perte de l’héritage juif.

Moshe Nissim, un ancien ministre de la Justice, des Finances et de l’Industrie, a présenté à Netanyahu ses recommandations finales sur un projet de loi visant à organiser la conversion dans une procédure uniforme sous les auspices d’une nouvelle institution orthodoxe autorisée par l’état.

Les changements proposés ont été immédiatement rejetés par le ministre de l’intérieur Aryeh Deri, le chef du parti de coalition Shas, et le député Moshe Gafni, YaHadout HaTorah, qui ont dit qu’ils dresseraient des obstacles politiques à l’avancement des réformes proposées.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, à droite, discute avec le député de YaHadout HaTorah Moshe Gafni à la Knesset, le 7 novembre 2016 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Je rejette sans équivoque ces recommandations et je m’efforcerai pour qu’elles ne soient même pas débattues », a déclaré Deri.

Actuellement le rabbinat en chef contrôlé par les orthodoxes a le monopole sur les conversions au judaïsme reconnues par l’état, un sujet qui divise profondément les Juifs des mouvements Conservateurs et Réformés.

Pourtant, même si la nouvelle proposition devrait apparemment garantir que les conversions soient toujours conduites selon les règles orthodoxes strictes de la loi juive, des dirigeants sionistes religieux durs et des rabbins ultra-orthodoxes étaient opposés à la proposition de Nissim, qui appelle aussi à la reconnaissance des conversions effectuées par les mouvements conservateur et réformé à l’étranger donnant le droit à ces convertis d’obtenir automatiquement la citoyenneté israélienne selon la Loi du Retour.

Selon les articles, la loi proposée reconnaîtra officiellement les conversions non-orthodoxes effectuées en dehors d’Israël, qui a été la pratique d’Israël jusqu’à maintenant en se basant sur les décisions de la Haute Cour de Justice, mais n’était officiellement inscrit dans la loi.

Lors d’une rencontre d’urgence à laquelle étaient présents le grand rabbin ashkenaze David Lau, le grand rabbin sépharade Yitzhak Yosef et les rabbins religieux sionistes, les participants ont exprimé leurs préoccupations sur le document de Nissim exposant les contours d’un projet de loi visant à modifier le système, dont certains détails ont fuité plus tôt et ont été diffusés dans les médias en langue hébreu.

« Reconnaître les convertis réformés et conservateurs est une violation très sérieuse, a déclaré Yosef. Chacune des clauses du projet de loi est problématique ».

Yosef s’est aussi opposé à l’inclusion des représentants de Réformés et Conservateurs dans le panel qui nommerait les juges rabbiniques pour la conversion selon le nouveau système israélien.

« Le seul fait que des représentants des Réformés soient inclus dans le comité pour nommer les juges de conversion est totalement inapproprié et donc ce document doit directement être rejeté », a déclaré Yosef.

« Cette loi doit être enterrée », a déclaré le grand rabbin sépharade.

Lau a déclaré que le nouveau système « créerait l’illusion auprès de gens que s’ils reçoivent un certificat, cela fera d’eux des convertis ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, reçoit un rapport de Moshe Nissim, à gauche, sur une révision globale du système de conversion au judaïsme en Israël, le 3 juin 2018 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

« C’est une ouverture vers l’assimilation et cela apportera la destruction du judaïsme qui se produit [dans le reste du] monde vers la terre sainte, a dit Lau. Le rabbinat en chef a fait des efforts pendant des années pour s’assurer que les conversions se feront uniquement en accord avec la halakha [la loi juive], sans considérations extérieures ».

Avec les grands rabbins, des rabbins sionistes religieux – y compris le grand rabbin Safed Shmuel Eliyahu, le rabbin Tzvi Yisrael Tau, le rabbin Mordechai Shternberg, et environ 20 autres – ont signé une lettre à l’intention de Netanyahu lui demandant de rejeter les suggestions de Nissim.

« Nous, les rabbins d’Israël, considérons avec préoccupation le danger porté à l’unité du peuple juif suite aux propositions de réforme de la conversion qui incluent l’appropriation de la conversion au détriment du rabbinat en chef et la reconnaissance de la conversion des Réformés et des Conservateurs », notait la lettre.

« Nous appelons tous les membres de la Knesset et tous les ministres du cabinet à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour arrêter la réforme de la conversion, qui est probablement une cause d’assimilation, de désintégration et de division dans le peuple juif, comme ce qui se passe, à notre regret, dans des nombreuses communautés réformées et conservatrices à l’étranger.

La proposition de Nissim envisagerait un organisme d’état dirigé par un officiel nommé par le président du tribunal rabbinique et le président de l’Agence juive. Il y aurait cinq centres de conversion à travers le pays qui seront opérés par des officiels orthodoxes et toutes les conversions seront basées sur la loi juive orthodoxe.

Les juges rabbiniques seraient choisis par un panel de 11 personnes comprenant le Premier ministre, le ministre de la justice, les grands rabbins, et le président de l’Agence juive. Point important, le panel n’aura pas un majorité définie comme orthodoxe ou ultra-orthodoxe et donnera aussi une voix aux mouvements Réformé et Conservateur.

La clause controversée du projet de loi proposée par Nissim note que les conversions menées par « une communauté juive reconnue à l’étranger » seront reconnues pour le besoin de la Loi du Retour, qui accorde la citoyenneté israélienne, même si elles n’ont pas été effectuées en respect de la loi juive orthodoxe.

Et selon le docteur Yizhar Hess, le chef du mouvement conservateur en Israël, les réformes proposées annoncent peu de changements pour les Juifs non-orthodoxes

« Il faut admettre que le rapport de Moshe Nissim est révolutionnaire à plusieurs points, a déclaré Hess dans un communiqué. Retirer la conversion des mains du rabbinat en chef en faveur d’une autorité de conversion indépendante et séparée est un point positif ».

Le grand rabbin ashkénaze David Lau, à gauche, et le chef sépharade Yitzhak Yosef se réunissent en urgence contre une nouvelle proposition de révision du système de conversion au judaïsme dans le pays, le 3 juin 2018 (Autorisation : Porte-parole du Grand rabbinat)

Il s’est toutefois plaint que la nouvelle autorité de conversion gérée par l’état maintiendrait le contrôle orthodoxe sur les conversions au judaïsme.

« Toute législation qui inscrit dans la loi le monopole orthodoxe, même s’il est libéral dans une certaine mesure, signifie une humiliation supplémentaire pour des millions de juifs non-orthodoxes, a-t-il dit. N’en avons-nous pas eu assez au cours des deux dernières années ? »

La loi proposée, une des nombreuses tentatives de légiférer sur la conversion, intervient après plusieurs affaires de la Haute Cour qui ont progressivement élargi la définition de l’état de qui est juif – et donc qui est éligible à devenir un citoyen israélien.

En mars 2016, la Haute Cour a décidé que les non Israéliens qui étaient convertis en Israël par des tribunaux rabbiniques privés et pour la plupart ultra-orthodoxes en dehors du Rabbinat en chef d’Israël pouvait demander la nationalité israélienne.

Nissim a commencé à travailler sur son rapport en septembre dernier. Selon le site d’information Walla, ses conclusions finales et les changements suggérés dans la loi ont été approuvées par certains des rabbins religieux sionistes.

Amanda Borschel-Dan a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...