Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Des résidents d’implantations auraient agi violemment lors d’attaques en Cisjordanie

Suite à des actes de vandalisme à al-Mufaqara et Turmus Ayya, des Palestiniens publient des photos sur lesquelles on peut lire, entre autres, "Vengeance, mort aux Arabes"

Un graffiti à caractère raciste "Vengeance, mort aux Arabes", vraisemblablement laissé par des résidents d’implantations extrémistes sur un mur dans la ville cisjordanienne de Turmus Ayya, le 18 février 2024. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Un graffiti à caractère raciste "Vengeance, mort aux Arabes", vraisemblablement laissé par des résidents d’implantations extrémistes sur un mur dans la ville cisjordanienne de Turmus Ayya, le 18 février 2024. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des résidents d’implantations auraient attaqué des Palestiniens dans deux villes de Cisjordanie samedi, jetant des pierres sur des enfants à al-Mufaqara et mettant le feu à un véhicule et laissant des graffitis racistes à Turmus Ayya.

L’armée israélienne n’avait pas encore réagi dimanche matin aux incidents signalés.

Samedi après-midi, le média palestinien officiel Wafa a rapporté qu’un groupe de résidents d’implantations armés avait pris pour cible des bergers à al-Mufaqara, dans les collines du sud de Hébron, « les agressant physiquement et les battant ».

Wafa indique qu’un enfant a été blessé au pied par une pierre lancée par l’un des assaillants, tandis qu’un autre souffre d’ecchymoses après avoir été agressé physiquement.

Un témoin oculaire a déclaré sur X, que deux résidents d’implantations ont jeté des pierres sur deux enfants qui faisaient paître des moutons à al-Mufaqara, tandis qu’un groupe de résidents d’implantations – dont des hommes armés ou des membres des forces de sécurité – a observé l’incident depuis une colline voisine et n’est pas intervenu.

Des images partagées sur le même site montrent des secouristes de la Croix-Rouge palestinienne en train de soigner des blessés sur place et de les transférer dans une ambulance, bien qu’aucun d’entre eux ne semble être un enfant.

Wafa a rapporté que plusieurs moutons ont également été blessés.

À Turmus Ayya, au nord de Ramallah, des photos et des vidéos publiées sur X montrent une voiture immatriculée en Israël en train de brûler, avec des pompiers à proximité, et un mur sur lequel « Vengeance, mort aux Arabes » a été inscrit à la peinture noire avec une étoile de David.

Wafa a indiqué que l’attaque nocturne visait une « maison civile » et que les auteurs des faits venaient d’une implantation israélienne voisine. Aucun blessé n’a été signalé.

Wafa a également rapporté que samedi des résidents de l’implantation de Yitzhar, dans le nord de la Cisjordanie, accompagnés d’un garde de sécurité, ont attaqué trois Palestiniens à l’extérieur d’Asira al-Qibliya.

Les résidents d’implantations auraient installé un barrage routier près du village de Cisjordanie, forcé les trois hommes palestiniens à sortir de leur véhicule lorsqu’ils sont passés à proximité, et les ont menacés d’actes de violence.

Israël est soumis à une pression internationale croissante pour réprimer la violence des résidents d’implantations, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ayant récemment imposé des sanctions à des résidents d’implantations extrémistes soupçonnés d’avoir perpétré des attaques contre des Palestiniens.

En 2023, au moins dix Palestiniens ont été tués et des dizaines de maisons ont été incendiées en Cisjordanie lors d’attaques menées par des résidents d’implantations, a indiqué en janvier le groupe de défense des droits de l’Homme Yesh Din.

La violence s’est intensifiée après le massacre du 7 octobre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le sud d’Israël, au cours duquel près de 1 200 personnes ont été massacrées et 253 ont été prises en otage, mais ce phénomène était déjà à la hausse avant cette date, selon les groupes de veille.

Des soldats israéliens se confrontant à des résidents de l’implantation d’Einav qui tentent d’attaquer la ville de Deir Sharaf, dans le gouvernorat de Naplouse, suite à un attentat terroriste qui a tué un conducteur israélien au volant de sa voiture, le 2 novembre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

En octobre, l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a averti le gouvernement que l’augmentation des attaques de résidents d’implantations pourrait provoquer une éruption de violence de la part des Palestiniens.

La Cisjordanie est sous contrôle militaire israélien depuis la Guerre des Six Jours en 1967, tandis que l’Autorité palestinienne (AP) contrôle certaines parties du Territoire depuis 1994.

Environ 490 000 résidents d’implantations vivent parmi quelque 3 millions de Palestiniens en Cisjordanie dans des avant-postes qui sont largement considérés comme illégaux au regard du droit international.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.