Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

La France annonce des « sanctions » contre 28 résidents d’implantations « extrémistes »

Ces 28 individus sont "visés par une interdiction administrative du territoire français", a fait savoir dans un communiqué le Quai d'Orsay

Le ministère français des Affaires étrangères, au 37 quai d'Orsay. (Crédit : Gwenaelle98/Wikimedia Commons)
Le ministère français des Affaires étrangères, au 37 quai d'Orsay. (Crédit : Gwenaelle98/Wikimedia Commons)

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé mardi avoir adopté des « sanctions » à l’encontre de 28 « colons israéliens extrémistes » coupables de « violences contre des civils palestiniens en Cisjordanie ».

« La France réaffirme sa condamnation ferme de ces violences inadmissibles. Comme nous l’avons affirmé à de nombreuses reprises, il est de la responsabilité des autorités israéliennes d’y mettre fin et de poursuivre leurs auteurs », écrit le ministère dans le communiqué.

Ces 28 individus sont « visés par une interdiction administrative du territoire français », ajoute le Quai d’Orsay, qui a dit « travailler » à « l’adoption de sanctions au niveau européen » à l’encontre des de résidents d’implantations violents.

Washington et Londres ont pris des sanctions contre des « colons extrémistes », mais l’Union européenne, qui doit les décider à l’unanimité, n’a pas encore réussi à s’accorder sur le sujet, en raison de l’opposition de pays comme la Hongrie et la République Tchèque, selon des sources diplomatiques.

« La colonisation est illégale en droit international et doit cesser. Sa poursuite est incompatible avec la création d’un État palestinien viable, qui est la seule solution pour qu’Israéliens et Palestiniens puissent vivre, côte à côte, en paix et en sécurité », estime encore le Quai d’Orsay.

Les États-Unis et l’Europe plaident en faveur d’une solution à deux États, à laquelle s’oppose le gouvernement israélien, engagé dans une guerre contre le Hamas à Gaza, déclenchée par l’attaque sanglante du 7 octobre menée par le groupe terroriste islamiste palestinien en Israël.

Ce conflit a des répercussions en Cisjordanie, secouée par un regain de violences depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.

Les violences se sont intensifiées après l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël, au cours duquel près de 1 200 personnes ont été tuées et 253 ont été prises en otage.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a indiqué le 1er janvier avoir enregistré une moyenne quotidienne de trois incidents impliquant des résidents d’implantations au cours des huit premiers mois de l’année 2023, contre deux par jour en 2022, soit le taux le plus élevé depuis 2006, l’année où l’enregistrement de ce type de données a été initié.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.