« Détail de l’Histoire », une élue RN démissionne de la mairie d’Agen
Rechercher

« Détail de l’Histoire », une élue RN démissionne de la mairie d’Agen

Catherine Lesné avait posté sur Facebook un message reprenant à son compte les anciens propos de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz "détail de l'Histoire"

Catherine Lesné ex-candidate RN dans le Lot et Garonne (Crédit: capture d'écran FranceInfoTV)
Catherine Lesné ex-candidate RN dans le Lot et Garonne (Crédit: capture d'écran FranceInfoTV)

Une conseillère municipale d’Agen dont l’exclusion du Rassemblement national (RN) avait été annoncée en octobre dernier après qu’elle eut repris à son compte les propos de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz comme « détail de l’Histoire », a annoncé avoir démissionné de son poste à la mairie d’Agen, rapporte Paris Match.

La cabinet du maire, cité par l’hebdomadaire précise que Catherine Lesné
« déménage pour raisons professionnelles hors de la région Nouvelle-Aquitaine ».

Le message, visible uniquement par les amis de l’élue et publié par Sud-Ouest, s’en prenait aux immigrés avant d’ajouter : « tout comme ‘les chambres à gaz ont été un détail de l’Histoire’ car effectivement, la guerre n’a pas été que ça !!! ».

« Je vous demande sincèrement pardon », avait écrit Catherine Lesné dans un communiqué de presse en s’adressant aux personnes qu’elle a « pu blesser ». « Je n’ai jamais été négationniste, je considère les camps de concentration comme un événement majeur de l’histoire par l’industrialisation de la mise à mort ».

« Je l’ai supprimé immédiatement en me rendant compte de mon erreur », expliquait Mme Lesné dans son communiqué, qu’elle conclut en citant un extrait de Si c’est un homme de Primo Levi sur « l’abomination » de la Shoah.

Jean-Lin Lacapelle, délégué national aux Ressources du RN, a confirmé que l’élue était suspendue « car on ne peut être exclu sans que la commission des conflits ne soit réunie ».

Sur le fond du message posté, « c’est inadmissible », a-t-il ajouté, « nous avons une ligne qui a été déterminée par Marine Le Pen » et ceux qui s’en écartent « n’ont plus leur place au parti ».

Marine Le Pen avait exclu son père et ancien président du FN (de 1972 à 2011) du Front National en 2015 pour avoir assimilé les chambres à gaz à
« un détail de l’Histoire de la Seconde Guerre mondiale », une affirmation pour laquelle il a été condamné par la justice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...