Elections GB : Israël salue un « tournant » dans la lutte contre l’antisémitisme
Rechercher

Elections GB : Israël salue un « tournant » dans la lutte contre l’antisémitisme

Benjamin Netanyahu a écrit sur Twitter que la victoire du parti conservateur était un "grand jour" pour les Britanniques et pour la relation entre le Royaume-Uni et Israël

Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à gauche) accueille le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant le 10 Downing Street au centre de Londres, le 5 septembre 2019. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à gauche) accueille le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant le 10 Downing Street au centre de Londres, le 5 septembre 2019. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Les électeurs britanniques ont donné jeudi au Premier ministre Boris Johnson une éclatante victoire aux législatives après plus de trois ans de divisions et de psychodrame autour de la sortie de l’Union européenne.

Les résultats publiés au petit matin ont confirmé la tendance donnée par les premières estimations : une majorité écrasante pour les conservateurs, qui n’avaient plus exercé un tel contrôle sur le Parlement britannique depuis Margaret Thatcher.

C’est une claque pour le Labour et son très gauchisant chef Jeremy Corbyn, 70 ans.

Les Juifs britanniques et d’autres ont poussé un soupir de soulagement dans la soirée de jeudi après l’annonce des résultats d’un sondage de sortie des urnes qui a révélé que le leader travailliste Jeremy Corbyn, décrié par les responsables de la communauté juive du pays pour son échec à s’attaquer à l’antisémitisme sévissant dans les rangs de sa formation, était sur le point de connaître un échec cuisant.

La victoire du chef conservateur est un « tournant » dans la « lutte » contre la haine et l’antisémitisme, s’est félicité Israël vendredi.

Le président Reuven Rivlin a félicité Johnson pour sa victoire électorale.

“Félicitations à mon ami Boris Johnson ! Au nom du peuple israélien, et à titre personnel, je vous souhaite beaucoup de succès dans votre fonction renouvelée de Premier ministre du Royaume-Uni », a réagi Rivlin dans un communiqué.

« Je suis certain que sous votre direction la relation importante entre nos deux pays continueront de se renforcer et qu’ensemble nous parviendrons à faire face aux défis de notre époque sur tous les fronts », a ajouté le chef de l’État.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a écrit sur Twitter que la victoire du parti conservateur était un « grand jour » pour les Britanniques et pour la relation entre le Royaume-Uni et Israël.

« Félicitations à mon ami Boris Johnson pour ta victoire historique. C’est un grand jour pour la population de la Grande-Bretagne comme pour l’amitié entre nous », a écrit le Premier ministre, accompagnant son post d’une photographie où les deux hommes se serrent la main à Londres.

Netanyahu et Jeremy Corbyn, chef du Parti travailliste défait par les conservateurs de M. Johnson, s’étaient affrontés l’an dernier par tweets interposés sur fond d’accusations d’antisémitisme au sein du Labour.

Le ministre des Affaires étrangères israélien Katz a félicité le Premier ministre britannique Boris Johnson et le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab pour la victoire du Parti conservateur aux élections.

« Ce n’est pas simplement une victoire politique, mais c’est avant tout une victoire des valeurs », a déclaré le chef de la diplomatie israélienne Israel Katz.

« Le spectre de l’antisémitisme planait sur cette campagne. Et la population britannique a massivement voté contre lui, ce qui témoigne, selon nous, des valeurs et de l’histoire britanniques », a-t-il ajouté.

« Il s’agit d’un tournant important dans la lutte contre la haine », a encore dit le ministre Katz, sans nommer les responsables selon lui de l’antisémitisme au Royaume-Uni, allié clé d’Israël.

« Félicitations au Premier ministre Boris Johnson & et à mon collègue, le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères Dominic Raab, pour leur victoire électorale historique. Je suis impatient de travailler aux côtés de ce dernier pour renforcer encore davantage le partenariat entre Israël et le Royaume-Uni ».

Le ministre du Brexit Dominic Raab, le 1er octobre 2018. (Crédit : Paul ELLIS/AFP)

Raab conserve son siège en dépit d’une hausse du mouvement Libéral-démocrate dans sa circonscription en raison de ce qui aurait été, selon certains, un vote tactique.

Le numéro un de la diplomatie britannique, Raab, a un père juif et il aurait passé l’été 1998 dans une université située à proximité de Ramallah. Il a travaillé aux côtés de l’ancien négociateur palestinien sur les accords d’Oslo.

Le président de la Knesset, Yuli Edelstein, a également salué vendredi la victoire des conservateurs et parlé d’une défaite pour ceux qui haïssent Israël.

“Une immense victoire pour l’ami d’Israël Boris Johnson au Royaume-Uni. Une glorieuse défaite pour son rival antisémite Corbyn et ceux qui haïssent Israël. Je félicite M. Johnson et suis certain qu’il continuera à réussir », a tweeté Yuli Edelstein.

La vice-ministre aux Affaires étrangères Tzipi Hotovely s’est réjouie de ce que la coopération entre Israël et le Royaume-Uni allait continuer.

« Je félicite Boris Johnson pour cette grande victoire aux élections. Johnson est un ami formidable de l’Etat d’Israël. La relation proche et notre importante coopération sur les questions économiques et sécuritaires va continuer à se renforcer », a écrit Hotovely en hébreu sur Twitter.

Le député du Likud Nir Barkat, ancien maire de Jérusalem, a salué Johnson pour avoir vaincu « l’antisémite Corbyn ».

Le numéro deux de Kakhol lavan, Yair Lapid, a félicité Boris Johnson pour sa victoire lors du scrutin.

« Je félicite mon ami Boris Johnson pour sa victoire lors des élections. Cette victoire signe la défaite de l’antisémitisme. Je suis sûr que sous sa direction, nous pourrons renforcer et approfondir les relations entre Israël et la Grande-Bretagne. Félicitation, Boris, et bonne chance ».

Lapid avait déclaré lundi que le chef travailliste Jeremy Corbyn était un raciste et un antisémite.

« Les experts sur la question de l’antisémitisme, ce sont les Juifs. Nous pouvons reconnaître un antisémite lorsque nous en voyons un », avait affirmé Lapid, qui est le candidat désigné par la formation centriste Kakhol lavan au poste de ministre des Affaires étrangères.

Le chef de l’Agence juive Isaac Herzog a transmis ses félicitations au Premier ministre Boris Johnson pour sa victoire aux élections et souligné la lutte menée par ce dernier contre la haine antijuive.

« Mazal Tov et félicitations à Boris Johnson pour cette victoire remarquable ! Sa détermination dans la lutte contre l’antisémitisme, telle qu’elle s’est affichée dans la lettre qu’il m’a récemment envoyée comme dans ses agissements, est source d’espoir pour les citoyens et amis britanniques, Juifs et non-juifs. Je vous souhaite très bonne chance, M. le Premier ministre », a twitté Herzog.

Au début de l’année, Herzog avait écrit aux leaders européens pour leur faire part de ses inquiétudes concernant la recrudescence de l’antisémitisme suite à l’attaque de la synagogue de la Halle, en Allemagne.

Outre-Atlantique, le président américain Donald Trump a félicité vendredi le Premier ministre britannique Boris Johnson pour sa « grande » victoire aux législatives qui lui ouvre la voie d’un accord commercial avec les Etats-Unis.

« Félicitations à Boris Johnson pour cette grande VICTOIRE », a tweeté Trump.

« La Grande-Bretagne et les Etats-Unis seront maintenant libres de conclure un énorme nouvel accord commercial après le BREXIT. Cet accord est potentiellement beaucoup plus gros et plus lucratif que n’importe quel accord qui pourrait être conclu avec l’Union européenne. Bravo Boris! », a ajouté le président américain.

Le Premier ministre britannique avait fait miroiter la perspective d’un accord commercial avec les Etats-Unis en cas de victoire des conservateurs.

Le président Donald Trump serre la main du ministre des Affaires étrangères Boris Johnson au cours d’une rencontre à l’Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 18 septembre 2017 (Crédit : AP Photo/Evan Vucci)

L’opposition travailliste avait de son côté dénoncé une potentielle ouverture du marché britannique aux intérêts financiers américains, notamment dans le domaine du service national de santé (NHS), très populaire au coeur des Britanniques.

« Tout est sur la table », avait affirmé il y a quelques semaines le président américain à propos des champs de coppération commerciale avec le Royaume-Uni. La semaine dernière, il avait néanmoins souligné qu’il n’était « pas intéressé » par le NHS.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...