Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Eli Cohen nie avoir levé l’interdiction d’un parti roumain accusé d’antisémitisme

Mais le ministre des Affaires étrangères a reconnu avoir évalué si l'AUR avait subi "un réel changement qui ouvrirait la porte à un réexamen par Israël de son boycott"

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen assistant à une audience de la commission de la Knesset, le 12 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen assistant à une audience de la commission de la Knesset, le 12 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen (Likud), a nié jeudi avoir levé l’interdiction des contacts avec un parti roumain de droite accusé d’antisémitisme, mais a reconnu qu’Israël pourrait reconsidérer la fin du boycott.

Cohen répondait à la révélation du quotidien Haaretz selon laquelle le député Amit Halevi (Likud) avait entamé le mois dernier une discussion au ministère des Affaires étrangères sur le réexamen de la position d’Israël à l’égard des partis nationalistes de droite en Europe.

Selon l’article, Halevi a été invité par Cohen à une réunion de hauts fonctionnaires du ministère, et a décidé de mettre fin au boycott officiel d’Israël de l’Alliance pour l’Union des Roumains (AUR), un parti d’opposition en plein essor qui détient 12 % des sièges au Parlement.

Selon le journal, cette délibération a influencé la décision de Cohen de mettre fin au boycott de l’AUR et d’ordonner au ministère de réévaluer la position d’Israël à l’égard du parti, malgré l’opposition du mémorial national de la Shoah Yad Vashem.

« Fake news », a tweeté Cohen en réponse à cette décision.

Le parti nationaliste et chrétien a qualifié l’enseignement de la Shoah de « sujet mineur » en 2022, après qu’il a été rendu obligatoire dans les lycées roumains.

L’ambassadeur d’Israël en Roumanie, David Saranga, avait alors fait valoir que la déclaration relevait de la définition de l’antisémitisme de l’International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA), que le gouvernement roumain a adoptée en 2017.

George Simion, à droite, et Claudiu Tarziu, à gauche, dirigeants de l’Alliance pour l’unification des Roumains (AUR), lors d’une conférence de presse au siège du parti à Bucarest, en Roumanie, le 7 décembre 2020. (Crédit : Vadim Ghirda/AP Photo)

Lors des élections législatives de 2020, l’AUR a choqué la majeure partie du pays en remportant 9 % des suffrages nationaux, entrant pour la première fois au Parlement. Certains de ses dirigeants ont défendu le dossier de personnages historiques qui ont servi dans le régime du dictateur roumain Ion Antonescu – un allié d’Hitler – ou ont fait partie de la Garde de fer, un mouvement révolutionnaire fasciste farouchement antisémite.

Selon les statistiques officielles roumaines, entre 280 000 et 380 000 Juifs ont été assassinés ou sont morts dans les territoires sous administration roumaine pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de contact entre l’ambassade d’Israël en Roumanie, le ministère des Affaires étrangères et le parti roumain AUR », a déclaré Cohen, « notamment en raison des déclarations de certains membres faisant l’éloge des criminels de guerre qui ont commis des crimes contre les Juifs pendant la Shoah ».

Cohen a indiqué que le chef du parti AUR, George Simion, s’est efforcé de modifier la position du parti à l’égard d’Israël et du monde juif, qui comprend des expressions selon lesquelles la Roumanie accepte la responsabilité de la Shoah des Juifs sur son territoire pendant la Seconde Guerre mondiale, dénonce l’antisémitisme, définit le dictateur Ion Antonescu comme un criminel de guerre et souligne l’importance de préserver la mémoire de la Shoah.

Il a également déclaré que le ministère des Affaires étrangères, en coordination avec divers protagonistes, dont Yad Vashem, examinait si les récentes déclarations de l’AUR représentaient un véritable changement qui ouvrirait la porte à une révision par Israël de son boycott.

Le député du Likud Amit Halevi dirigeant une réunion de la commission parlementaire, à la Knesset, le 19 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En janvier, après qu’une unité administrative du conseil municipal de Bucarest a refusé de démonter un buste honorant le ministre des Finances du gouvernement pro-nazi de la Seconde Guerre mondiale, un parlementaire de l’AUR a accusé l’Institut Elie Wiesel pour l’étude de la Shoah en Roumanie – une institution publique qui défend depuis longtemps la suppression des monuments honorant les figures nazies et les collaborateurs – de « réécrire l’Histoire de la Roumanie et de démolir le culte de ses héros et martyrs ».

Des militants du Likud – dont Halevi – et des organisations israéliennes de droite font pression pour que les partis nationalistes européens, qui sont généralement pro-Israël bien qu’ils aient souvent des liens historiques avec des personnalités antisémites, se rallient à leur cause.

Halevi a déclaré à Haaretz qu’Israël pouvait être « un modèle pour la droite européenne d’identité nationale basée sur un fondement moral », ainsi que pour le nationalisme qui est « contre le racisme et la xénophobie et qui défend les droits individuels ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.