Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

France : 500 personnalités et militants rejettent le droit du collectif Nous vivrons à se mobiliser

Le 8 mars, lors de la marche féministe, les femmes de Nous vivrons – venues en particulier pour rendre hommage aux victimes des massacres du 7 octobre – ont été vivement prises à partie par l’extrême gauche

Des militantes du collectif « Nous Vivrons », né après le 7 octobre contre l’antisémitisme, lors d'une marche dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, à Paris, le 8 mars 2024. (Crédit : Dimitar Dilkoff/AFP)
Des militantes du collectif « Nous Vivrons », né après le 7 octobre contre l’antisémitisme, lors d'une marche dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes, à Paris, le 8 mars 2024. (Crédit : Dimitar Dilkoff/AFP)

Le 8 mars dernier, de nombreux groupes féministes, dont le collectif juif Nous vivrons, ont manifesté lors de la grande marche pour les droits des femmes, à Paris.

Lors de l’évènement, les femmes de Nous vivrons – venues en particulier pour rendre hommage aux victimes des massacres du 7 octobre et alerter sur la situation des otages toujours retenus, qui pourraient en ce moment même subir des viols – ont été vivement prises à partie. Elles ont ainsi été molestées, menacées, insultées puis enfin exfiltrées, sans jamais recevoir d’excuses de la part du « cadre unitaire » qui avait validé leur présence à la marche.

Elles se sont ensuite vues blâmées par des militants anti-Israël pour les violences subies, accusées en raison de leurs opinions. Peu après les faits, 75 collectifs et antennes associatives, parmi lesquels le collectif Nous toutes, ont en effet, dans une pétition publiée le 16 mars, rendu la démarche de Nous vivrons responsable des troubles.

La pétition, intitulée « Le sionisme n’est pas une cause féministe ! », a été postée sur le site de la Coordination féministe. Elle accuse les féministes juives de Nous vivrons de « chantage médiatique », de « sionisme suprémaciste » et d’ « instrumentalisation de la lutte contre les violences faites aux femmes ».

Puis, le 28 mars, le média Politis a publié une tribune avec la même idée, accusant ce « collectif sioniste » d’être « à l’origine de provocations ». Le texte, initié par le collectif anti-Israël Urgence Palestine, est intitulé « Les soutiens d’un État génocidaire n’ont pas leur place dans nos luttes féministes ! ». Il a été signé par 500 personnalités, militants et collectifs, dont Annie Ernaux, Virginie Despentes ou encore Assa Traoré. Elles assurent ainsi que « la libération de la Palestine est une cause féministe ».

« Non, la présence du collectif Nous vivrons n’a pas posé problème parce que ce serait un collectif composé de femmes juives. En réalité, comme l’avait déjà montré la manifestation du 25 novembre, ce groupe ne se rend dans nos manifestations que pour orchestrer des provocations politiques, en mettant au cœur de son discours la dénonciation mensongère et virulente de féministes ‘complices des terroristes’ », défendent-elles. « Alors qu’une grande partie du mouvement féministe exprime d’une façon de plus en plus forte son soutien au peuple palestinien, il s’agit de diviser et de décrédibiliser, avec l’aide de médias complaisants, toute opposition au génocide à Gaza. »

Aujourd’hui, Sarah Aizenman, porte-parole de Nous vivrons, déplore elle un « écosystème féministe gangrené par l’antisémitisme ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.