France : Un ado placé en détention après une agression contre un chauffeur juif
Rechercher

France : Un ado placé en détention après une agression contre un chauffeur juif

"Tu es feuj, t’as de l’argent, il faut te fouiller", avait déclaré à sa victime le suspect, lors de cette agression survenue en mai dernier à Clichy-sous-Bois

Vue d'immeubles à la cité du Chêne-Pointu, une des plus délabrées de France. (Crédit photo : utilisateur POMPIERS / Wikimedia / CC BY-SA 3.0)
Vue d'immeubles à la cité du Chêne-Pointu, une des plus délabrées de France. (Crédit photo : utilisateur POMPIERS / Wikimedia / CC BY-SA 3.0)

La police a identifié plusieurs adolescents soupçonnés d’avoir agressé des chauffeurs VTC en Seine-Saint-Denis. Trois d’entre eux, majoritairement mineurs, ont été mis en examen, et un autre a été placé en détention provisoire pour un vol avec violence en raison de la religion survenu fin mai à Clichy-sous-Bois, a révélé Le Parisien.

Une enquête avait été ouverte après cette agression d’un chauffeur VTC (voiture de transport avec chauffeur) de confession juive en région parisienne dans la nuit du 22 au 23 mai.

Le chauffeur s’était rendu à la cité du Chêne-Pointu, à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, pour une course, qui s’est avérée être un guet-apens. Huit personnes l’ont alors « extirpé avant de lui porter des coups et de prendre la fuite à bord du véhicule », avait affirmé une source proche de l’enquête.

La victime avait indiqué avoir entendu l’un des agresseurs déclarer : « Tu es feuj (juif, NDLR), t’as de l’argent, il faut te fouiller. »

La victime avait été transportée à l’hôpital et présentait « des plaies superficielles au visage et aux mains », selon cette même source. L’homme s’était vu prescrire dix jours d’arrêt de travail.

« Le caractère antisémite a été retenu comme une circonstance aggravante concernant l’adolescent placé en détention provisoire », a confirmé une source proche du dossier.

« Cette qualification pénale me semble parfaitement justifiée, en ce que la victime a eu droit à un ‘régime spécial’ de la part de ses agresseurs », a expliqué au Parisien l’avocat de la victime, Me Samuel Habib. « Elle a fait l’objet d’un quasi-lynchage, et ceci, non pas, parce que de confession israélite, non pas, parce que portant un signe ostentatoire manifestant sa confession, mais uniquement parce que portant un prénom à consonance juive. »

En mai, le Bureau de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) avait dénoncé dans un communiqué cette agression et « constaté que le cliché du juif et de l’argent persiste et pollue les mentalités des antisémites infectés par ce virus de la haine du Juif ».

L’adolescent placé en détention est également soupçonné d’avoir participé à une extorsion de fonds avec menace d’une arme en février dernier à l’encontre de trois jeunes filles. Une affaire dans laquelle neuf personnes sont mises en cause.

La France, où vit la plus grande communauté juive d’Europe, a connu une augmentation de 74 % des actes antisémites en 2018, selon des chiffres gouvernementaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...