Jérusalem : France, Suède, Egypte organisent une réunion d’urgence lundi à l’ONU
Rechercher

Jérusalem : France, Suède, Egypte organisent une réunion d’urgence lundi à l’ONU

L'UE encourage Israël et la Jordanie à trouver des solutions pour maintenir la sécurité pour tous alors que les heurts continuent

Le Conseil de sécurité vote la résolution 2334, adoptée avec 14 voix pour, zéro contre et une abstention, celle des Etats-Unis, le 23 décembre 2016. (Crédit : Manuel Elias/Nations unies)
Le Conseil de sécurité vote la résolution 2334, adoptée avec 14 voix pour, zéro contre et une abstention, celle des Etats-Unis, le 23 décembre 2016. (Crédit : Manuel Elias/Nations unies)

La France, la Suède et l’Egypte ont demandé samedi une réunion d’urgence du Conseil de sécurité des Nations unies sur les violences à Jérusalem, ont indiqué des diplomates.

Cette réunion prévue lundi doit permettre de « parler urgemment de la façon dont les appels à la désescalade peuvent être soutenus », a indiqué l’ambassadeur suédois à l’ONU Carl Skau.

L’Union européenne a « encouragé Israël et la Jordanie à travailler ensemble pour trouver des solutions pour maintenir la sécurité pour tous » dans la Vieille Ville de Jérusalem, à la suite des violents affrontements des derniers jours, dans un communiqué diffusé samedi soir.

L’exécutif européen a également exhorté ces deux pays à oeuvrer pour « le respect du caractère sacré des lieux saints et maintenir le statu quo » sur le mont du Temple pour les juifs, aux termes duquel les musulmans peuvent monter à toute heure sur le site et les juifs y pénétrer à certaines heures, sans pouvoir y prier. La Jordanie par l’intermédiaire du Waqf islamique est la gardienne des lieux saints musulmans de Jérusalem.

La Jordanie est la gardienne des lieux saints musulmans de Jérusalem.

« Les derniers événements dans et autour de la Ville Sainte de Jérusalem et en Cisjordanie représentent un réel risque d’esccalade », s’est inquiétée l’Union européenne.

Tout en appelant à une enquête complète sur la mort de trois Palestiniens au cours de violents affrontements avec les forces de sécurité israliennes, l’Union européenne a condamné le « crime abject » perpétré par un jeune Palestinien en Cisjordanie qui a tué trois Israéliens vendredi lors du Shabbat.

« Il est maintenant vital que tous les leaders politiques, religieux et représentants de communautés agissent de façon responsable, restaurent le calme et évitent toute action ou déclaration susceptibles d’attiser les tensions », a prévenu l’exécutif européen.

« La coopération continue entre Israël et l’Autorité palestinienne est cruciale pour empêcher toute violence et décès supplémentaires ».

Mahoud Abbas a déclaré vendredi avant l’attentat perpétré à Halamish (qu’il n’ pas condamné), qu’il gelait tout contact avec Israël, sans préciser si cela concernait aussi la coopération sécuritaire entre les forces palestinienne et israélienne.

Les heurts se sont poursuivis samedi dans la journée et dans la soirée entre émeutiers palestiniens et forces de police israéliennes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

Un Palestinien de 17 ans a été tué samedi lors d’affrontements avec les forces de l’ordre israéliennes en Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère palestinien de la Santé.

Trois Palestiniens avaient également été tués vendredi à Jérusalem-Est et en Cisjordanie vendredi, ainsi que trois Israéliens à leur domicile par un terroriste palestinien de 19 ans dans l’implantation au nord de Ramallah.

Une photo de la cuisine du domicile où a été perpétré une sanglante attaque au couteau faisant 3 morts, le 21 juillet 2017, à Halamish (Crédit : armée israélienne)
Une photo de la cuisine du domicile où a été perpétré une sanglante attaque au couteau faisant 3 morts, le 21 juillet 2017, à Halamish (Crédit : armée israélienne)

Les violences meurtrières ont éclaté après l’imposition de nouvelles mesures de sécurité à l’entrée du mont du Temple, par les autorités israéliennes après le meurtre de deux policiers en service le 14 juillet dernier.

L'adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l'adjudant   Haiel Sitawe, à droite, les deux policiers morts dans l'attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet 2017. (Crédit : Police israélienne)
L’adjudant Kamil Shnaan, à gauche, et l’adjudant Haiel Sitawe, à droite, les deux policiers morts dans l’attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, le 14 juillet 2017. (Crédit : Police israélienne)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...