Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

JO-2024 : « Pas question d’envisager des sanctions » contre Israël, assure le CIO

Une trentaine de députés de la France insoumise et écologistes réclamaient "d'appliquer à Israël, lors des prochains JO, les mêmes sanctions qu'à la Russie et au Bélarus"

Les anneaux olympiques exposés place du Trocadéro en 2017 pour célébrer l'attribution des Jeux à Paris. (Crédit : Anne Jea/ CC BY-SA 4.0)
Les anneaux olympiques exposés place du Trocadéro en 2017 pour célébrer l'attribution des Jeux à Paris. (Crédit : Anne Jea/ CC BY-SA 4.0)

Le Comité international olympique (CIO) n’envisage pas de « sanctions » contre Israël pour les JO de Paris, a assuré vendredi un haut cadre de l’instance olympique, après que des députés d’extrême gauche français ont demandé que les sportifs israéliens participent sous bannière neutre.

Dans un courrier le 20 février au président du CIO Thomas Bach, une trentaine de députés de la France insoumise (LFI) et écologistes, réclamaient « d’appliquer à Israël, lors des prochains Jeux olympiques, les mêmes sanctions qu’à la Russie et au Bélarus, tout en laissant ouverte la possibilité d’une levée de ces sanctions en cas de cessez-le-feu durable ».

« Aujourd’hui il n’est pas question d’envisager des sanctions », a affirmé vendredi Pierre-Olivier Beckers, le président de la commission de coordination des JO-2024, interrogé lors d’une conférence de presse au siège du comité d’organisation des JO de Paris.

« Les éléments qui ont conduit le CIO à sanctionner la Russie d’abord et le Comité olympique russe (ROC) ensuite, sont des éléments spécifiques, pour lesquels la Russie et plus récemment en octobre 2023, le ROC, ont clairement bafoué des éléments essentiels de la charte olympique », a expliqué Pierre-Olivier Beckers.

« Ce n’est le cas ni du comité olympique palestinien, ni du comité olympique israélien (…) qui coexistent de manière pacifique entre eux. Il est tout à fait clair que ce sont deux situations différentes », a-t-il ajouté.

En février 2022, le CIO avait recommandé aux fédérations internationales de bannir du sport mondial les Russes et Bélarusses quelques jours après l’invasion de l’Ukraine.

Un an plus tard, en mars 2023, le CIO avait annoncé permettre le retour de ces athlètes dans les compétitions internationales sous drapeau neutre, sous conditions, avant de décider le 8 décembre 2023 de les autoriser à participer aux JO de Paris sous bannière neutre.

Entre temps, le 12 octobre 2023, le CIO avait suspendu le comité national olympique russe (ROC) pour avoir placé sous son autorité quatre organisations régionales ukrainiennes.

« La question de suspendre Israël ne s’est pas posée », avait indiqué Thomas Bach mercredi au journal suisse 24 heures.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.