Rechercher

Lapid remercie Abdel Fattah al-Sissi pour avoir négocié le cessez-le-feu à Gaza

Le Premier ministre israélien a déclaré que Le Caire joue un rôle important dans la "préservation de la stabilité régionale"

A gauche, le Premier ministre Yair Lapid délivrant un message au lendemain de la clôture de l'opération Aube, depuis le quartier général de Tsahal à Tel Aviv, le 8 août 2022. À droite, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi prononçant un discours lors du sommet One Ocean, à Brest, en Bretagne, le 11 février 2022. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO ; Ludovic Marin/Pool via AP)
A gauche, le Premier ministre Yair Lapid délivrant un message au lendemain de la clôture de l'opération Aube, depuis le quartier général de Tsahal à Tel Aviv, le 8 août 2022. À droite, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi prononçant un discours lors du sommet One Ocean, à Brest, en Bretagne, le 11 février 2022. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO ; Ludovic Marin/Pool via AP)

Le Premier ministre israélien Yair Lapid s’est entretenu lundi avec le dirigeant égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le remerciant pour le rôle de son pays dans la négociation d’un cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, qui est entré en vigueur dimanche soir après trois jours de combats dans et autour de la bande de Gaza.

Selon le bureau du Premier ministre, les deux hommes ont longuement discuté de l’enclave palestinienne, la région et la situation générale des Palestiniens.

« Le Premier ministre Lapid a déclaré que l’Égypte occupe une position très importante dans la préservation de la stabilité et de la sécurité régionales », a indiqué le bureau du Premier ministre.

Selon le communiqué israélien, les deux hommes ont également discuté des efforts de normalisation en cours d’Israël avec les pays de la région. En 2020, les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc ont normalisé leurs relations avec Israël dans le cadre des accords d’Abraham négociés par les États-Unis.

Dans un appel rare lancé plus tôt lundi aux habitants de Gaza, Lapid a indiqué que les Accords d’Abraham étaient un paradigme potentiel de paix.

« Nous savons comment nous protéger de quiconque nous menace, mais nous savons aussi comment fournir du travail, des moyens de subsistance et une vie digne à quiconque veut vivre en paix à nos côtés », a déclaré le Premier ministre. « Il existe une autre façon de vivre. La voie des accords d’Abraham, du sommet du Néguev, de l’innovation et de l’économie, du développement régional et des projets communs. Le choix vous appartient. Votre avenir dépend de vous. »

Lors de son entretien téléphonique avec le dirigeant égyptien, le bureau de Lapid a déclaré qu’al-Sissi « a soulevé la question des Palestiniens et le Premier ministre a souligné sa vision pour renforcer la situation économique des Palestiniens.

L’accord de cessez-le-feu conclu sous médiation égyptienne est entré en vigueur dimanche à 23 h 30, mettant fin à un conflit de trois jours qui a débuté vendredi par des frappes israéliennes ciblant un haut commandant du Jihad islamique palestinien. Les terroristes palestiniens ont ensuite tiré environ 1 100 roquettes en direction du territoire israélien, tandis que Tsahal a frappé des cibles du Jihad islamique palestinien et tué un autre des principaux chefs militaires de l’organisation soutenue par l’Iran à Gaza.

Des flammes et de la fumée s’élèvent du site d’une frappe aérienne israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, peu avant l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu, le 7 août 2022. (Crédit : Photo de Said Khatib/AFP)

Des sources égyptiennes ont déclaré lundi au radiodiffuseur public Kan qu’elles étaient confrontées à un certain nombre de défis dans les pourparlers avec le Jihad islamique palestinien, notamment les demandes du groupe qu’Israël libère immédiatement deux de ses membres et qu’il cesse de cibler les agents du groupe en Cisjordanie.

Les sources égyptiennes ont déclaré qu’elles ne pouvaient faire aucune promesse concernant la libération des prisonniers et qu’il était « impensable » d’exiger qu’Israël cesse d’agir contre le groupe terroriste en Cisjordanie.

Le Jihad islamique palestinien a menacé de reprendre les combats si Israël ne libère pas Bassam Al-Saadi, le chef du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien en Cisjordanie qui a été arrêté la semaine dernière, et Khalil al-Awawda, qui fait actuellement une grève de la faim pour protester contre sa détention administrative par Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...