L’armée allège le bouclage du village de Cisjordanie des terroristes de Tel Aviv
Rechercher

L’armée allège le bouclage du village de Cisjordanie des terroristes de Tel Aviv

Les habitants de Yatta, à l’exception de ceux âgés de 15 à 25 ans, peuvent sortir ; le bouclage général de la Cisjordanie prend fin

Soldats israéliens à un checkpoint à l'entrée du village palestinien de Yatta, en Cisjordanie, le 9 juin 2016. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Soldats israéliens à un checkpoint à l'entrée du village palestinien de Yatta, en Cisjordanie, le 9 juin 2016. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

L’armée israélienne a allégé lundi les restrictions sur le village de Cisjordanie de Yatta, quelques jours après avoir bouclé la ville suite à l’attentat mortel de Tel Aviv par deux hommes armés de la ville.

L’allègement des restrictions a eu lieu alors que la fermeture générale de la Cisjordanie imposée pour Shavouot a été levée.

Lundi, les habitants de Yatta avaient le droit d’entrer et de sortir du village après avoir été inspectés par l’armée israélienne, à l’exception des Palestiniens âgés de 15 à 25 ans, a annoncé le site d’informations Walla.

Les troupes avaient bouclé le village suite à l’attentat mortel de mercredi dans le centre de Tel Aviv, pendant lequel deux terroristes palestiniens ont tué quatre personnes et en ont blessé 16.

Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d'un attentat terroriste au marché Sarona de Tel Aviv, le 8 juin 2016. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d’un attentat terroriste au marché Sarona de Tel Aviv, le 8 juin 2016. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

D’autre part, une fermeture générale de la Cisjordanie et de la bande de Gaza pour la fête de Shavouot a pris fin dimanche soir.

Le haut commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, Zeid Raad al-Hussein, a critiqué vendredi l’interdiction générale des entrées palestiniennes en Israël, déclarant que cela pourrait être considéré comme une « punition collective » et par conséquent illégal au regard de la loi internationale.

De telles fermetures sont souvent imposées par l’armée pendant les fêtes juives.

La fusillade de mercredi, menée par Khaled et Muhammad Muhamra, a été l’un des attentats les plus mortels et les plus impudents depuis que les violences ont éclatées fin septembre.

Le quartier de Sarona de Tel Aviv, une zone populaire de commerces et de restaurants, était rempli de passants appréciant une chaude soirée à l’extérieur quand il a été ciblé mercredi soir.

Dans sa première réponse à l’attentat, le COGAT, l’institution militaire israélienne chargée de la coordination des activités gouvernementales dans les territoires, avait annoncé tôt jeudi matin avoir gelé les permis de 83 000 Palestiniens de Cisjordanie pour se rendre en Israël pendant le mois saint musulman de Ramadan pour voir leurs proches. Les permis spéciaux de Ramadan ont également été suspendus pour les Palestiniens de la bande de Gaza pour sortir du territoire et assister aux prières à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem.

L’armée a également annoncé avoir déployé deux bataillons supplémentaires, comprenant des centaines de soldats de l’infanterie et des unités de forces spéciales, en Cisjordanie.

Pendant le week-end, l’armée a démoli la maison de Yatta d’un adolescent palestinien qui avait poignardé à mort Dafna Meir, mère de six enfants, dans sa maison de l’implantation d’Otniel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...