Comment les terroristes sont allés de Hébron à Tel Aviv
Rechercher

Comment les terroristes sont allés de Hébron à Tel Aviv

Les cousins palestiniens qui ont tué 4 personnes au marché Sarona sont entrés en Israël par un trou de la barrière de sécurité, ont été aidés, se sont changés et ont prix un taxi depuis Beer Sheva

Khalid Muhamra (à gauche) et Muhammad Muhamra (à droite), les deux cousins palestiniens de Yatta, un village de Cisjordanie, qui ont mené l'attentat terroriste du marché Sarona de Tel Aviv et tué 4 personnes, le 8 juin 2016. (Crédit : autorisation)
Khalid Muhamra (à gauche) et Muhammad Muhamra (à droite), les deux cousins palestiniens de Yatta, un village de Cisjordanie, qui ont mené l'attentat terroriste du marché Sarona de Tel Aviv et tué 4 personnes, le 8 juin 2016. (Crédit : autorisation)

Les deux terroristes palestiniens qui ont commis l’attentat du marché Sarona de Tel Aviv mercredi soir, tuant quatre Israéliens, sont arrivés dans la ville en taxi depuis Beer Sheva, selon des informations révélées vendredi par les autorités de sécurité.

Selon une enquête commune du Shin Bet, de l’armée israélienne et de la police des frontières, les deux terroristes, les cousins Muhammad et Khalid Muhamra, originaires de Yatta en Cisjordanie, ont quitté leur village du sud de Hébron et sont arrivés jusque dans l’implantation israélienne de Meitar en passant par un large trou de la barrière de sécurité.

Les deux hommes étaient déjà armés, et ont acheté leurs armes – des armes à feu automatiques Carl Gustav – dans leur village via un intermédiaire.

Ce complice présumé aurait été arrêté par les forces de sécurité israéliennes entre mercredi soir et jeudi. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a révélé jeudi qu’un troisième homme avait été arrêté.

Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d'un attentat terroriste au marché Sarona de Tel Aviv, le 8 juin 2016. (Crédit : Ben Kelmer/Flash90)
Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d’un attentat terroriste au marché Sarona de Tel Aviv, le 8 juin 2016. (Crédit : Ben Kelmer/Flash90)

Une fois sur le site israélien de Meitar, les cousins ont été aidés par un Palestinien travaillant illégalement en Israël, qui les a conduit jusqu’à la ville bédouine de Segev Shalom, au sud-est de Beer Sheva.

C’est ici que, selon l’enquête, ils se sont changés pour mettre les costumes et les cravates qu’ils portaient quand ils ont mené l’attentat.

Habillés et armés, ils ont pris un taxi de Segev Shalom à Beer Sheva, puis un autre taxi jusqu’au marché Sarona de Tel Aviv où, après être entrés et avoir commandé un dessert au café Max Brenner, ils se sont levés et ont tiré sur les clients israéliens autour d’eux, tuant quatre personnes et en blessant 16 autres.

Un trajet en taxi entre Beer Sheva et Tel Aviv prend moins de deux heures et coûte environ 400 shekels (environ 95 euros).

Selon la Deuxième chaîne, le chauffeur de taxi qui les a conduits entre Beer Sheva et Tel Aviv a été interrogé par la police, et a affirmé qu’il n’avait aucune idée de qui ils étaient et de ce qu’ils avaient prévu de faire.

Selon un communiqué jeudi du bureau du Premier ministre, les travaux pour fermer les trous de la barrière de sécurité dans la région de Tarkumiya-Meitar commenceront le 28 juin et le budget a déjà été alloué.

Israël a également déployé des forces supplémentaires dans la région jusqu’à la fin des travaux, a annoncé le bureau du Premier ministre.

Suite à l’attentat mortel, le gouvernement israélien a répondu par une série de mesures, comme la fermeture de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, et la révocation des permis de travail des membres de la famille des terroristes.

Les filles d'Ilana Naveh, l'une des quatre victimes de l'attentat du marché Sarona dans le centre de Tel Aviv, le 8 juin 2016, pendant ses funérailles à Petah Tikva le 10 juin 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Les filles d’Ilana Naveh, l’une des quatre victimes de l’attentat du marché Sarona dans le centre de Tel Aviv, le 8 juin 2016, pendant ses funérailles à Petah Tikva le 10 juin 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...