Le carnaval juif de Cologne, interdit par les nazis, repoussé par la COVID-19
Rechercher

Le carnaval juif de Cologne, interdit par les nazis, repoussé par la COVID-19

Avant l'interdiction par les nazis en 1933, le Jewish Kleinen Kölner Klub participait à la parade annuelle. À présent, les "têtes avec kippa de Cologne" devront attendre un peu

Un homme prend une photo d'un char de carnaval satirique représentant le président américain Donald Trump sous les traits du clown du film d'horreur Pennywise lors d'une avant-première dans un hall à Cologne, en Allemagne, le 18 février 2020. (AP Photo/Martin Meissner)
Un homme prend une photo d'un char de carnaval satirique représentant le président américain Donald Trump sous les traits du clown du film d'horreur Pennywise lors d'une avant-première dans un hall à Cologne, en Allemagne, le 18 février 2020. (AP Photo/Martin Meissner)

JTA – Il y a quelques années, en feuilletant un vieil album de famille, Laura Chanin a vu une photo déroutante de son arrière-grand-père paternel, Max Solomon, portant des vêtements de femme. Elle a voulu savoir pourquoi.

« De quoi s’agit-il ? Pourquoi est-il en drag queen ? » s’est exclamée Chanin, une Californienne de 53 ans, mère d’un enfant, à propos de cette découverte.

Cette découverte a conduit Chanin, qui travaille dans une entreprise d’impression de logos, à découvrir que Solomon faisait partie des fondateurs du premier groupe juif à participer officiellement au carnaval de sa ville natale, Cologne.

Le carnaval, un événement qui dure une semaine pour célébrer le carême, la période de 40 jours qui précède Pâques, est l’une des traditions les plus chères à la ville allemande. Des centaines de milliers de participants revêtent des vêtements colorés et consomment des quantités considérables d’alcool dans la rue.

Le point culminant est un défilé au cours duquel les groupes inscrits sont en compétition et montrent les créations sur lesquelles ils ont planché toute l’année – des chars, souvent avec des caricatures en papier mâché faisant la satire de politiciens ou de phénomènes. Les créateurs chevauchent ou défilent en portant leurs costumes et en montrant leurs chorégraphies.

Une renaissance du groupe de Salomon était sur le point de se joindre aux festivités cette année, avec un char pour la première fois depuis des décennies – depuis que les nazis ont banni le club du carnaval en 1933. Mais la crise du COVID est intervenue et l’événement a été annulé.

En 1923, Solomon devint le premier président du Kleinen Kölner Klub, ou Club de la Petite Cologne, qui fut le premier groupe juif enregistré de l’événement. Il est resté actif jusqu’à l’arrivée au pouvoir des nazis. La photo de Solomon en travesti faisait partie du spectacle du groupe, a découvert Chanin. Solomon a immigré aux États-Unis avant la Shoah.

Chanin et d’autres descendants du groupe juif des débuts – ironiquement, il était connu sous les trois mêmes initiales que le Ku Klux Klan – ont également appris que les Juifs locaux de Cologne, pour la première fois depuis des décennies, ont récemment reconstitué un groupe juif officiel au carnaval : le Kölsche Kippa Köpp.

Le groupe, dont le nom signifie « têtes avec kippa de Cologne » et est un hommage à la tenue originale de Solomon, a été créé en 2017. Le but était que le nouveau club, qui compte une vingtaine de membres, participe avec son propre char pour la première fois au défilé, qui a généralement lieu à la mi-février.

Cela a été gâché par la pandémie.

« C’est décevant, d’autant plus que cette année est celle où la communauté juive et le gouvernement célèbrent les 1 700 ans de présence juive en Allemagne« , a déclaré Aaron Knappstein, qui a cofondé le nouveau club juif. « Mais c’est comme ça. L’année prochaine, nous célébrerons la 1 701e année de présence juive, je suppose. »

La proximité du carnaval et de la fête juive de Pourim, où il est également de coutume de se déguiser, donne aux membres du club juif une raison supplémentaire de faire la fête.

« Il faut se déguiser, libérer son esprit et montrer qu’il n’y a pas de mal à être différent », a déclaré en 2019 à la Jewish Telegraphic Agency Robert Katona, 49 ans, originaire de Cologne. « C’est aussi ce que représente Pourim : Nous avons survécu et nous montrons que nous sommes heureux. »

Mais dans un pays où la recrudescence des incidents antisémites amène certains juifs à s’interroger sur leur avenir, le simple fait d’organiser un char juif a mis en lumière certaines questions gênantes.

Les frères Patric et Frank Levy, à bord de leur char au carnaval de Cologne, « Rosenmontag ». (Toby Axelrod)

« Lorsque nous aurons le char, il faudra prévoir une sécurité autour de celui-ci. C’est comme ça que les choses se passent actuellement », a déclaré M. Knappstein.

La sécurité était également au rendez-vous à la synagogue de Cologne où le Kölsche Kippa Köpp a organisé son événement de lancement en 2019. De nombreux journalistes et amateurs de carnaval non juifs étaient présents, et Knappstein a attiré l’attention des invités sur les vigiles.

Knappstein a relancé le club du carnaval juif par un profond sentiment d’appartenance à Cologne, une ville de l’ouest de l’Allemagne avec une tradition de tolérance et une atmosphère décontractée. Mais à cause de l’antisémitisme, même lui a envisagé de partir pour de bon pour la première fois de sa vie.

Cela s’est passé en 2019 après qu’un néonazi a tenté de perpétrer un massacre dans la synagogue de Halle, près de Berlin, pendant Yom Kippour. L’extrémiste, qui a depuis été jugé et condamné à la prison à vie, s’est filmé alors qu’il tentait sans succès de s’introduire dans le bâtiment alors qu’il était rempli de fidèles, puis a tué deux personnes à proximité.

Knappstein a pleuré devant son téléviseur lorsque la nouvelle a été annoncée et a commencé à se demander si l’Allemagne est « mon endroit, où je voudrais rester, est-ce ma maison », a-t-il déclaré à JTA. « Après Halle, je ne peux pas dire que je suis sûr à 100 %. Et je suis très heureux d’avoir au moins un endroit où aller », a-t-il dit, en faisant référence à Israël.

Amit Beumling et son père, Dieter Beumling, portant ses couleurs, à la soirée de lancement de Kölsche Kippa Köpp dans la synagogue de la Roonstrasse de Cologne. (Toby Axelrod)

Les costumes de la Kölsche Kippa Köpp reflètent le dilemme décrit par Knappstein.

Les membres portent un chapeau pointu, à carreaux bleus et blancs, les couleurs du drapeau d’Israël. La partie centrale comporte un pli qui est normalement fermé lorsque le chapeau est porté mais qui peut être ouvert pour révéler une étoile de David et la prière du voyageur imprimées sur un fond rouge – la couleur dominante de la bannière de Cologne.

Le choix a fait l’objet d’un débat, a déclaré M. Knappstein.

« Nous voulions avoir l’étoile de David, mais pas la porter à l’extérieur », a-t-il expliqué. « Pas parce que nous avons peur, mais… mes grands-parents devaient porter l’étoile de David sur les vêtements extérieurs. Je ne veux pas de ça. Ça ne me semble pas correct. »

Knappstein, un professionnel des ressources humaines qui est homosexuel, vit dans la ville avec son mari depuis 13 ans. Il a refusé de parler de la survie de sa propre famille à la Shoah.

Max Solomon, habillé pour participer à un carnaval de mardi gras en tant que président du Kleinen Kölner Klub, ou Club de la Petite Cologne, avant 1933. (Autorisation de Laura Chanin/JTA)

« Je ne fais pas ça. Je ne parle pas de ça. J’ai promis à ma mère avant qu’elle ne meure », a-t-il dit.

De retour en Californie, Mme Chanin espère se rendre au carnaval de Cologne dans les années à venir pour assister à la renaissance de la tradition que son arrière-grand-père a contribué à instaurer.

« Je pense que c’est génial qu’ils le ressuscitent, cela a tellement de sens », a-t-elle déclaré.

Malgré quelques recherches sur l’histoire de sa famille, le rôle de Max Solomon en tant que premier président du groupe juif original du carnaval de Cologne est l’un des rares faits qu’elle connaît à son sujet.

« Je n’avais aucune idée de tout cela avant il y a seulement quelques années », a-t-elle déclaré à propos de son rôle dans le Carnaval. « Mais maintenant, cela nous rend très fiers de lui ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...