Eizenkot réprimande les commandants des soldats morts dans un accident
Rechercher

Eizenkot réprimande les commandants des soldats morts dans un accident

Shlomo Rindenow et Hussam Tafesh sont morts quand la grenade avec laquelle « jouait » Tafesh a explosé, a annoncé l’armée

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens évacuent un soldat blessé après l'explosion d'une grenade près du village de Majdal Shams, sur le plateau du Golan, le 17 juillet 2016. (Crédit : AFP/Jalaa Marey)
Des soldats israéliens évacuent un soldat blessé après l'explosion d'une grenade près du village de Majdal Shams, sur le plateau du Golan, le 17 juillet 2016. (Crédit : AFP/Jalaa Marey)

Les commandants de deux soldats tués par l’explosion accidentelle d’une grenade ont été réprimandés mardi, en accord après un ordre du chef d’Etat-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, a annoncé un responsable militaire.

Le 17 juillet, Shlomo Rindenow, 20 ans et Hussam Tafesh, 24 ans, du 601e bataillon du génie militaire ont été tués lorsqu’une grenade avec laquelle Tafesh « jouait » a explosé près d’un poste militaire sur le plateau du Golan, selon l’enquête préliminaire de l’armée. Trois autres soldats avaient également été blessés.

Une enquête de la police militaire est en cours, et des informations supplémentaires pourraient émerger prochainement, a déclaré le responsable.

Le commandant du bataillon des soldats, le lieutenant colonel Ziv Namni, et le commandant du régiment ont été tous deux officiellement blâmés, alors que le commandant de la compagnie, qui a quitté l’armée peu après l’incident, a été interdit de commander des réservistes pour les trois prochaines années, selon le responsable, qui a souhaité rester anonyme.

L’incident a eu lieu aux environs de 7h00 du matin, alors que Tafesh conduisait une jeep de l’armée et se dirigeait vers un avant-poste militaire à l’entrée du village druze de Majdal Shams, dans le nord du pays.

Hussam Tafesh, soldat israélien tué le 17 juillet 2016 quand une grenade qu'il tenait a explosé apparemment accidentellement sur un poste militaire du plateau du Golan. (Crédit : Facebook)
Hussam Tafesh, soldat israélien tué le 17 juillet 2016 quand une grenade qu’il tenait a explosé apparemment accidentellement sur un poste militaire du plateau du Golan. (Crédit : Facebook)

Tafesh, soldat druze de Beit Jann, est alors sorti du véhicule en tenant dans sa main une grenade, a indiqué l’armée, et est allé s’entretenir avec Rindenow, un soldat seul originaire du New Jersey, qui se tenait à l’entrée du poste. La grenade a ensuite explosé, les tuant les deux.

« Suite à l’analyse des faits, il résulte que l’un d’entre eux était en train de jouer avec la grenade, qui avait été laissée sur place et a été retrouvée par l’une des personnes dans la jeep », a indiqué le responsable militaire.

Shlomo Rindenow (Crédit : Facebook)
Shlomo Rindenow (Crédit : Facebook)

En réponse à cet incident, Eizenkot avait ordonné que sous deux semaines, tous les soldats en service révisent « comment gérer cette munition dangereuse », a rapporté le responsable militaire.

Les trois autres soldats blessés dans l’explosion étaient à l’intérieur de la jeep lorsque la grenade a explosé. L’un d’entre eux, le chef de patrouille, qui était assis à la place du passager avec la porte ouverte, avait été sévèrement blessé. Les deux autres soldats, qui étaient à l’arrière de la jeep, avaient été légèrement blessés.

Tous trois avaient été transportés par hélicoptère à l’hôpital Rambam de Haïfa.

A l’enterrement de Tafesh, son frère avait évoqué son souvenir comme « une personne incroyable » toujours « souriante et aimant aider les autres. Il était toujours là pour moi et me parlait lorsque j’avais besoin de conseils. »

La famille du soldat israélien, le sergent Slomo Rindenow lors de ses funérailles, à Netzer Hazani le 18 juillet 2016 (Crédit : capture d'écran Facebook)
La famille du soldat israélien, le sergent Slomo Rindenow lors de ses funérailles, à Netzer Hazani le 18 juillet 2016 (Crédit : capture d’écran Facebook)

Rindenow, un des cinq frères de sa famille, avait émigré en Israël et servait dans l’armée. Il était décrit comme « plein de vie. Il ne s’est jamais plaint et souriait tout le temps. Il s’était enrôlé pour être un exemple pour nous et pour le reste du monde, pour montrer que c’est ce que les juifs font », avait dit Menachem Rindenow, son frère ainé, en larmes, à l’enterrement.

Lundi soir, un soldat israélien a été grièvement blessé en se coinçant dans la tourelle d’un tank Merkava IV alors qu’il était dans la base d’entrainement de Shizafon dans le sud d’Israël, a annoncé l’armée.

L’état de santé du soldat est resté grave jusqu’à mardi après-midi. Il a été anesthésié et placé sous ventilation artificielle en soins intensifs, avait annoncé le site d’informations NRG.

Le directeur du Commandement de l’infanterie de l’armée israélienne a ouvert deux enquêtes sur cet incident, une « enquête d’expertise » menée par le chef du département du commandement des blindés, le colonel Amitai Brinn, et « une enquête opérationnelle », conduite par le colonel Amir Epstein, le chef de l’école des Corps bindés.

Tous les exercices d’entrainement avec le Merkava IV ont été suspendus jusqu’à la fin de l’enquête d’Epstein, a annoncé l’armée.

Tamar Pileggi a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...