Le Maroc signe un accord sur la lutte contre l’antisémitisme et l’anti-sionisme
Rechercher

Le Maroc signe un accord sur la lutte contre l’antisémitisme et l’anti-sionisme

Similaire à l'accord signé en octobre entre Elan Carr et une institution bahreïnie, il n'implique pas d'instances gouvernementales mais a la bénédiction de la famille royale

L'envoyé américain pour l'antisémitisme, Elan Carr, s'exprimant au Département d'Etat en avril 2019. (Capture d'écran de C-Span/via JTA)
L'envoyé américain pour l'antisémitisme, Elan Carr, s'exprimant au Département d'Etat en avril 2019. (Capture d'écran de C-Span/via JTA)

Une institution marocaine a, avec le soutien du gouvernement, signé un accord avec le département d’Etat américain pour lutter contre l’antisémitisme et l’anti-sionisme. C’est le deuxième accord de cette nature dans le Moyen-Orient arabe.

L’accord signé vendredi par El Mehdi Boudra, président de l’Association Mimouna et Elan Carr, le chargé de la lutte contre l’antisémitisme du département d’Etat américain, exprime l’ambition des Accords d’Abraham, ourdis par l’administration Trump, de normaliser l’acceptation, non seulement d’Israël mais aussi du sionisme au sein du monde arabe.

Le protocole d’entente affirme que les deux parties « ont l’intention de travailler ensemble pour partager et promouvoir les meilleures pratiques de lutte contre toutes les formes d’antisémitisme, y compris l’anti-sionisme et la délégitimation de l’Etat d’Israël » et « de lutter contre les autres formes d’intolérance et de haine, y compris l’islamophobie ».

Cet accord est similaire à celui signé en octobre par Carr et une institution bahreïnie. Dans les deux cas, les signatures ne sont pas celles d’instances gouvernementales mais ont la bénédiction de la famille royale.

L’Association Mimouna a été fondée en 2007 par des musulmans soucieux de préserver le patrimoine juif du pays.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...