Le tueur fugitif de Tel Aviv a aussi tué le chauffeur de taxi et est « armé et dangereux »
Rechercher

Le tueur fugitif de Tel Aviv a aussi tué le chauffeur de taxi et est « armé et dangereux »

Nashat Milhem, toujours en cavale après les fusillades de vendredi, a avec lui l'arme des meurtres ; un policier qui l'a une fois gardé le qualifie de « plein de haine »

Photo non datée de Nashat Milhem, le suspect de la fusillade de Tel Aviv du 1er janvier 2016 (Photo : autorisation)
Photo non datée de Nashat Milhem, le suspect de la fusillade de Tel Aviv du 1er janvier 2016 (Photo : autorisation)

Le tireur qui a tué vendredi deux Israéliens rue Dizengoff à Tel-Aviv a également tué un chauffeur de taxi dans le nord de la ville une heure plus tard, et est encore armé, dangereux et capable de frapper à nouveau, ont indiqué dimanche soir des sources policières, après une troisième journée de recherche sans résultat.

Nashat Milhem a toujours l’arme qu’il a utilisée dans l’attaque de vendredi, et beaucoup de munitions, selon la Dixième chaîne citant des sources policières. Le reportage télévisé décrit Milhem, 29 ans, de Arara dans le nord d’Israël, comme « une bombe à retardement », qui, craint-on, pourrait commettre d’autres actes de violence, y compris une nouvelle attaque à l’arme à feu ou une tentative de prendre des civils en otage.

La police ne dispose pas d’indication sur son sort, a rapporté la Deuxième chaîne.

Dans un communiqué publié dimanche soir, la police a remercié le public pour sa vigilance, et a dit qu’elle ne pouvait pas divulguer les détails de l’enquête par crainte de porter atteinte à la chasse à l’homme en cours.

Avec la publication de plus d’informations sur le suspect, les gens qui avaient été en contact avec lui au cours des dernières années ont décrit un homme violent, rapide à s’offenser.

Un policier qui avait gardé Milhem quand il a été emprisonné pour avoir attaqué un soldat avec un tournevis et essayé de voler son arme en 2007 – apparemment pour venger la mort d’un cousin dans une opération de la police – a décrit le tueur présumé comme un individu « très problématique », « violent », et qui « plein de haine. » Quand il a appris que Milhem avait prétendument perpétré l’attaque de vendredi, l’agent de police a dit, « Je ne pouvais pas croire qu’il avait été libéré » après la peine de cinq ans à laquelle il avait été condamné pour avoir attaqué le soldat.

La chasse à l’homme de dimanche était en partie axée sur la zone Ramat Aviv, au nord de Tel-Aviv, où il a travaillé comme livreur de légumes – dans une agence de la même chaîne de magasin magasin d’aliments naturels Anise, d’où il a été vu rue Dizengoff, avant qu’il ne commence sa fusillade.

« Il connaissait très bien tout ce secteur », a déclaré Yoel Galatkin, propriétaire d’un magasin dans le centre Schuster de Ramat Aviv Center où Milhem travaillait. « Il dormait ici [dans les environs] tous les soirs. »

Les travailleurs des environs qui connaissent Milhem ont contesté l’affirmation de sa famille qu’il n’a était pas sain d’esprit, le décrivant comme énergique et concentré, bien que prompt à s’offenser. Yigal Markis, propriétaire d’une teinturerie à proximité, l’a décrit comme « sociable. »

Un rapport préparé pour un centre de réadaptation de drogue qui avait refusé de l’accepter, révélé par les informations de la Dixième chaîne, l’a décrit comme « se mettant facilement en colère » et enclin à croire qu’il avait des « supers pouvoirs ».

Dans la nuit de samedi à dimanche, la police a convergé vers un appartement de Ramat Aviv, avec la conviction que le tueur avait activé son téléphone portable.

Il s’est avéré, cependant, qu’une jeune écolière avait trouvé le téléphone dans la cour d’un bloc d’appartements, l’avait amené à la maison, et allumé. La police estime maintenant qu’il l’avait jeté avant de partir pour sa fusillade meurtrière.

La police est maintenant certaine que Milhem a également tué le chauffeur de taxi Amin Shaaban, qui a été retrouvé assassiné dans le nord de Tel-Aviv, une heure après l’attaque de la rue Dizengoff, a rapporté la Dixième chaîne. Shaaban, un bédouin père de 11enfants de Lod qui travaillait pour une station de taxi à l’aéroport Ben Gourion, a été inhumé dimanche.

Les deux victimes de la fusillade de la rue Dizengoff de vendredi – Alon Bakal et Shimon Ruimi – ont également été enterrés dimanche, avec des milliers de participants.

Les deux personnes grièvement blessées dans la fusillade ne sont plus en danger, selon un rapport de l’hôpital Ichilov. L’un d’eux a une balle logée dans son crâne, qui ne peut être enlevée, a dit l’hôpital.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...