Le vaccin efficace à 92 % pour prévenir les cas graves de COVID – Clalit
Rechercher

Le vaccin efficace à 92 % pour prévenir les cas graves de COVID – Clalit

Selon l'enquête menée par la plus grande caisse d'assurance-maladie du pays sur 1,2 million d'Israéliens - la moitié vaccinés - le vaccin réduit de 94 % la COVID-19 symptomatique

Vaccination contre la COVID-19, dans un centre médical Clalit pour la vaccination à Rehovot, le 4 janvier 2021. (Yossi Aloni/Flash90)
Vaccination contre la COVID-19, dans un centre médical Clalit pour la vaccination à Rehovot, le 4 janvier 2021. (Yossi Aloni/Flash90)

Une étude massive réalisée par la plus importante caisse d’assurance-maladie d’Israël indique que le vaccin Pfizer-BioNTech est à 94 % efficace dans la prévention de la COVID-19 symptomatique, et à 92 % efficace pour éviter le développement des cas graves de la maladie.

Cette enquête, menée par la Clalit, a comparé 600 000 Israéliens pleinement vaccinés – 170 000 âgés de plus de 60 ans et 430 000 âgés de 16 à 59 ans – et 600 000 Israéliens non-immunisés. L’étude, qui serait la plus grande en son genre dans le monde pour le moment, révèle que le vaccin offre une protection très élevée face aux infections symptomatiques et au développement d’une forme grave de la maladie, ce qui confirme des travaux qui avaient été préalablement réalisés sur les vaccins.

« Les travaux antérieurs s’étaient penchés sur les infections mais pas sur les symptômes et, en cela, il est impossible de les comparer aux recherches cliniques de Pfizer », commente le docteur Ran Balicer, épidémiologiste à la tête de la planification des politiques de santé au sein de la Clalit, dans un entretien accordé à la Douzième chaîne. « Aujourd’hui, et pour la première fois, nous comparons le groupe vacciné avec un groupe de contrôle aux caractéristiques similaires pour déterminer si le vaccin fonctionne ‘dans les règles’. »

Après avoir pris en compte des facteurs comme l’âge, « nous pouvons le dire clairement : Le vaccin empêche le développement d’une forme grave de la maladie également au sein de la population des 70 ans et plus, une catégorie pour laquelle les données étaient insuffisantes dans l’étude réalisée par Pfizer », continue Balicer qui a analysé les chiffres aux côtés de plusieurs chercheurs israéliens et d’une équipe de l’université de Harvard.

Le professeur Ran Balicer, responsable de l’innovation chez Clalit, le plus grand kupat holim d’Israël, à Tel Aviv, le 10 juin 2020. (Crédit : EMMANUEL DUNAND / AFP)

Une semaine après l’administration de la seconde dose, le vaccin est efficace à 91 %-99 % contre le développement de formes graves de la COVID-19, a établi l’enquête. Ces chiffres pourront encore être précisés dans un avenir proche avec l’augmentation du nombre d’Israéliens vaccinés.

Les données indiquent que l’efficacité du vaccin pourrait encore se renforcer deux semaines après l’administration de la deuxième dose, affirme Balicer, qui rappelle néanmoins la nécessité de mener des analyses complémentaires dans les semaines à venir.

La semaine dernière, une autre caisse d’assurance-santé qui a vacciné un demi-million de personnes à l’aide du vaccin Pfizer avait déclaré que seulement 544 personnes – ou 0,1 % – avaient ensuite pu être diagnostiquées positives au coronavirus, que quatre personnes avaient connu une forme grave de la maladie et qu’il y avait eu zéro mort. Ce qui signifie que l’efficacité du vaccin serait de 93 %, selon une annonce faite jeudi par la Maccabi, qui a comparé ses adhérents vaccinés à un groupe de contrôle « diversifié » de personnes non-vaccinées.

Plus de 3,8 millions d’Israéliens avaient reçu la première dose du vaccin dimanche soir. 2,5 millions de personnes ont d’ores et déjà bénéficié des deux injections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...