Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

5 arrestations lors d’une manifestation à Tel Aviv réclamant un accord sur les otages et des élections ; des échauffourées à Jérusalem

Ces rassemblements ont eu lieu alors que le 7 octobre est arrivé il y a exactement neuf mois * Le Hamas pourrait tenter de lancer une attaque majeure en Cisjordanie ou à Gaza pour mettre en échec les négociations sur les otages

  • Des manifestants réclamant un accord sur les otages et des élections se heurtent à la police à Jérusalem, le 7 juillet 2024. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)
    Des manifestants réclamant un accord sur les otages et des élections se heurtent à la police à Jérusalem, le 7 juillet 2024. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)
  • Une manifestante lors d'un rassemblement réclamant un accord sur les otages et de nouvelles élections aux abords des quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 7 juillet 2024. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
    Une manifestante lors d'un rassemblement réclamant un accord sur les otages et de nouvelles élections aux abords des quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 7 juillet 2024. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
  • Des manifestants réclamant des élections et un accord sur les otages aux abords du siège de l'armée à Tel Aviv, le 7 juillet 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
    Des manifestants réclamant des élections et un accord sur les otages aux abords du siège de l'armée à Tel Aviv, le 7 juillet 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
  • Des manifestants anti-gouvernement à la jonction entre Herzliya et Ra'anana lors d'une "journée de perturbation" appelant à des élections et à un accord pour les otages, le 7 juillet 2024. (Crédit : Raya Barkan/Groupes de protestation pour la démocratie)
    Des manifestants anti-gouvernement à la jonction entre Herzliya et Ra'anana lors d'une "journée de perturbation" appelant à des élections et à un accord pour les otages, le 7 juillet 2024. (Crédit : Raya Barkan/Groupes de protestation pour la démocratie)
  • Des militants lâchant des ballons noirs et jaunes pour marquer les neuf mois qui se sont écoulés depuis le pogrom du 7 octobre, au kibboutz Or Haner, dans le Néguev occidental, le 7 juillet 2024. (Crédit : Idit Avishaï/Mouvement pour la démocratie)
    Des militants lâchant des ballons noirs et jaunes pour marquer les neuf mois qui se sont écoulés depuis le pogrom du 7 octobre, au kibboutz Or Haner, dans le Néguev occidental, le 7 juillet 2024. (Crédit : Idit Avishaï/Mouvement pour la démocratie)

Les sirènes d’alerte au drone activées dans les villes de Haute-Galilée

Les sirènes d’alerte avertissant d’une possible infiltration au drone ont été activées dans un certain nombre de villes de Haute-Galilée, notamment à Kfar Blum et à Sde Nehemia.

Dix roquettes ont été tirées vers Safed depuis le Liban, retombant dans des champs

Des roquettes tirées depuis le Liban sont interceptées dans lec ciel du nord d'Israël, le 7 juillet 2024. (David Cohen/Flash90)
Des roquettes tirées depuis le Liban sont interceptées dans lec ciel du nord d'Israël, le 7 juillet 2024. (David Cohen/Flash90)

Un barrage de dix roquettes a été tiré depuis le Liban vers Safed, une ville du nord du pays.

Selon l’armée, elles se sont abattues dans des champs.

Il n’y aurait pas eu de blessé.

Gaza: le Hamas accepte de négocier sur les otages en l’absence d’un cessez-le-feu permanent (haut responsable)

Les troupes en opération dans la bande de Gaza sur une photo non-datée diffusée à la publication, le 7 juillet 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes en opération dans la bande de Gaza sur une photo non-datée diffusée à la publication, le 7 juillet 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Un haut responsable du Hamas a déclaré à l’AFP dimanche que le groupe terroriste islamiste acceptait de négocier sur la libération des otages israéliens et de prisonniers palestiniens en l’absence d’un cessez-le-feu permanent dans la bande de Gaza.

« Le Hamas exigeait l’accord d’Israël à un cessez-le-feu complet et permanent, comme condition avant de négocier », a-t-il dit. « Ce point a été surmonté, les médiateurs s’étant engagés sur le fait que tant que les négociations sont en cours, le cessez-le-feu reste en vigueur ».

L’armée appelle les résidents de plusieurs quartiers de Gaza City à évacuer

Des Palestiniens transportent leurs effets personnels devant un bâtiment détruit de Deir el-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 7 juillet 2024. (Crédit :  Eyad BABA / AFP)
Des Palestiniens transportent leurs effets personnels devant un bâtiment détruit de Deir el-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 7 juillet 2024. (Crédit : Eyad BABA / AFP)

L’armée israélienne a appelé les Palestiniens de plusieurs quartiers de Gaza City à évacuer le secteur et à aller se réfugier dans l’Ouest du pays, près de la côte.

Le colonel Avichay Adraee, le porte-parole arabophone de Tsahal, a publié une liste des secteurs à quitter sans attendre.

Parmi ces derniers, Tuffah, Daraj, et les quartiers de la Vieille Ville de Gaza City.

L’annonce survient dans un contexte d’opération militaire israélienne en cours contre le Hamas dans le quartier de Shejaiya.

Des parachutistes affrontent des hommes armés du Hamas à Shejaiya dans une vidéo

Les troupes en opération dans le quartier Shejaiya de Gaza City, une image diffusée le 7 juillet 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes en opération dans le quartier Shejaiya de Gaza City, une image diffusée le 7 juillet 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée a diffusé des images des soldats de l’unité de reconnaissance de la Brigade des parachutistes en train d’affronter des terroristes du Hamas dans le quartier Shejaiya de Gaza City.

Une vidéo filmée par une caméra embarquée montre les soldats dans des combats rapprochés avec plusieurs hommes armés.

Sur une autre vidéo, tournée par un drone, les parachutistes remarquent plusieurs autres hommes armés.

Tsahal a indiqué qu’en totalité, ce sont sept terroristes qui ont été tués par les parachutistes et par des obus de char dans le cadre de cet incident.

Les sirènes à la roquette résonnent à Safed et dans d’autres villes de Haute-Galilée

Un système de défense antiaérienne lance un missile intercepteur contre des roquettes lancées depuis le Liban vers le nord d'Israël, le 7 juillet 2024. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Un système de défense antiaérienne lance un missile intercepteur contre des roquettes lancées depuis le Liban vers le nord d'Israël, le 7 juillet 2024. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Les sirènes d’alerte à la roquette ont résonné dans la ville de Safed et dans d’autres localités voisines en Galilée, dans le nord d’Israël.

Aucun blessé n’a encore été signalé dans ce qui semble être une nouvelle attaque du Hezbollah contre Israël.

Un bateau de guerre iranien chavire pendant des réparations dans une ville du sud

Photo d'illustration ; la frégate iranienne 'Sahand' de la flotte du sud de la république islamique participe à une campagne militaire à Kronshtadt aux abords de St.Petersburg, en Russie, le 25 juillet 2021. (Crédit : AP Photo)
Photo d'illustration ; la frégate iranienne 'Sahand' de la flotte du sud de la république islamique participe à une campagne militaire à Kronshtadt aux abords de St.Petersburg, en Russie, le 25 juillet 2021. (Crédit : AP Photo)

La frégate iranienne Sahand a chaviré pendant des réparations dans le port de Bandar Abbas, dans le sud de la république islamique, ont fait savoir les médias d’État.

« Alors que Sahand était réparée au quai, le navire a perdu son équilibre à cause d’une entrée d’eau. Heureusement… le vaisseau a rapidement retrouvé son équilibre », a noté l’agence de presse officielle IRNA, citant un communiqué de la marine.

L’agence n’a pas précisé quand l’incident avait eu lieu. Les médias d’État ont diffusé la photo d’un bateau chaviré, précisant que plusieurs personnes avaient été emmenées à l’hôpital.

L’IRNA a signalé qu’un nombre indéterminé de blessés se trouvaient à l’hôpital, sans donner de détail.

Tsahal revendique le bombardement d’une usine d’armes du Hamas dans une école à Gaza

Une usine de fabrication d’armes du Hamas installée dans une école de la ville de Gaza a été bombardé aujourd’hui, a indiqué l’armée.

Selon Tsahal, ses avions de chasse ont bombardé un complexe situé dans une école de la ville de Gaza, à l’intérieur duquel des membres du Hamas s’étaient rassemblés. Une dépendance de cette même école, utilisée par le Hamas pour fabriquer des armes, a elle aussi été touchée, a-t-elle précisé.

Avant les bombardements, Tsahal dit avoir pris « de nombreuses mesures » pour limiter l’étendue des dégâts infligés aux civils, à commencer par la surveillance aérienne et les services de renseignement.

« C’est constamment que l’organisation terroriste du Hamas enfreint le droit international et utilise les bâtiments et la population civils comme boucliers humains pour ses activités terroristes contre l’État d’Israël », a ajouté l’armée.

Tsahal : 2 missiles antichars tirés depuis Ayta ash-Shab au sud-Liban en direction de Shtula

Plus tôt dans la journée, deux missiles antichars ont été tirés depuis Ayta ash-Shab, au sud du Liban, en direction de la région de Shtula, dans le nord d’Israël.

L’armée israélienne indique que l’attaque n’a pas fait de blessés et que, peu après, des avions de combat ont frappé un bâtiment utilisé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pour effectuer les tirs de missiles.

Un autre bâtiment utilisé par le Hezbollah à Maaroub, ainsi que des infrastructures à Naqoura, ont également été touchés, précise Tsahal.

Des milliers de personnes réclament un accord sur les otages et des élections à Tel Aviv

Des manifestants marquent le neuvième mois de la guerre, appelant à des élections et à la libération des otages détenus dans la bande de Gaza à Tel Aviv, le 7 juillet 2024. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)
Des manifestants marquent le neuvième mois de la guerre, appelant à des élections et à la libération des otages détenus dans la bande de Gaza à Tel Aviv, le 7 juillet 2024. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)

Ce sont des milliers de personnes qui ont commencé à défiler vers la rue Kaplan, à Tel Aviv, dans le cadre d’une journée nationale de protestation appelant à un accord sur les otages et à de nouvelles élections.

Un certain nombre d’artères de circulation ont été bloquées par la foule dans la ville.

Environ 150 entreprises ont annoncé qu’elles laisseraient leurs employés descendre dans la rue aujourd’hui. Le dimanche est une journée de travail en Israël.

Les sirènes d’alerte à la roquette résonnent dans les villes du nord

Les sirènes ont été activées dans les communautés proches de la frontière nord, avertissant de tirs de roquette.

Le Hezbollah a déjà procédé à deux tirs de barrage importants depuis le Liban aujourd’hui, faisant un blessé grave.

Des frappes israéliennes au Liban après un barrage de roquettes vers le nord d’Israël

Après des tirs de roquette du Hezbollah sur la Basse-Galilée, les médias ont signalé des frappes israéliennes dans le sud du Liban.

Des frappes auraient eu lieu dans la ville de Maaroub, dans le district de Tyre, à environ 20 kilomètres de la frontière avec Israël.

Tsahal : 20 à 40 roquettes ont été tirées du Liban sur Israël lors du dernier barrage

Entre 20 et 40 roquettes ont été lancées depuis le Liban sur la région du mont Meron, dans le nord d’Israël, il y a peu, selon les premières évaluations de l’armée israélienne.

Aucun blessé n’a été signalé dans cette attaque. Un homme a été grièvement blessé lors d’un tir antérieur.

Des images montrent le système de défense anti-missile « Dôme de fer » interceptant certaines des roquettes, tandis que d’autres frappent la montagne, au sommet de laquelle se trouve une base sensible de contrôle du trafic aérien israélien.

Les sirènes d’alerte à la roquette activées dans le secteur du Mont Meron suite une frappe apparente du Hezbollah

Les sirènes d’alerte à la roquette ont résonné dans le secteur du mont Meron, dans le nord d’Israël, suite à une attaque apparente du Hezbollah depuis le Liban.

Les alertes ont résonné dans plusieurs villes qui entourent la montagne et notamment à Beit Jann.

Le groupe terroriste libanais s’est attaqué au mont Meron, qui est situé à environ huit kilomètres de la frontière avec le Liban, à plusieurs reprises pendant la guerre en cours, lançant d’importants tirs de barrage de roquette vers la montagnes ainsi que des missiles de précision qui ont visé une base de trafic aérien sensible qui se trouve à son sommet.

Cinq arrestations lors d’une manifestation appelant à un accord sur les otages et à des élections

Des manifestants appellent à des élections et à un accord sur les otages rue Kaplan à Tel Aviv, le 7 juillet 2024. (Crédit : Paulina Patimer/Pro-democracy protest groups)
Des manifestants appellent à des élections et à un accord sur les otages rue Kaplan à Tel Aviv, le 7 juillet 2024. (Crédit : Paulina Patimer/Pro-democracy protest groups)

La police a annoncé que cinq manifestants anti-gouvernement avaient été arrêtés pour trouble à l’ordre public lors d’une manifestation qui a eu lieu à l’échangeur Kfar Hayarok, qui se trouve au nord de Tel Aviv.

Douze personnes ont écopé d’une amende pour troubles à l’ordre public ou pour avoir utilisé leur véhicule pour bloquer la circulation.

Il y a aussi eu des confrontations mineures entre manifestants et policiers à l’échangeur de Rokach/Namir, dans le nord de Tel Aviv.

Les routes ont été bloquées dans toute la nation dans le cadre d’une « journée de perturbation » qui marque les neuf mois très exactement qui se sont écoulés depuis l’attaque commise par le Hamas, le 7 octobre, alors que 120 captifs se trouvent encore à Gaza. Les manifestants réclament un accord sur les otages et des élections.

Le mouvement de protestation a commencé ce matin à 6 heures 29 – à l’heure exacte où l’assaut terroriste dévastateur avait commencé, le 7 octobre.

La journée atteindra son point culminant lors d’un rassemblement aux abords du siège de l’armée à Tel Aviv.

Anat Angrest a vu, dans une vidéo du Hamas découverte en novembre, que son fils otage était blessé

Matan Angrest, pris en otage le 7 octobre 2023 dans son unité de Blindés de la base militaire de Nahal Oz. (Crédit : Autorisation)
Matan Angrest, pris en otage le 7 octobre 2023 dans son unité de Blindés de la base militaire de Nahal Oz. (Crédit : Autorisation)

La mère de l’otage Matan Angrest, qui affirme avoir vu son fils dans une vidéo trouvée par des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza vers le mois de novembre, a déclaré dimanche que les images montraient qu’il était contusionné.

« Voir votre enfant qui était avec vous pour les vacances une semaine plus tôt, festif et souriant, soudainement meurtri avec une bannière du [groupe terroriste palestinien du] Hamas derrière lui, est une situation très choquante quand vous n’avez aucun moyen de l’aider », a déclaré Anat Angrest à la chaîne publique Kann.

« C’est une vidéo brute que le Hamas n’a pas eu le temps de monter. [Matan y dit ‘[Le Premier ministre Benjamin] Netanyahu, je ne sais pas comment c’est arrivé, mais je compte sur vous pour me sortir d’ici' », a-t-elle ajouté. « Il est l’un de ses électeurs. »

Matan était en service à la base de Nahal Oz le matin du 7 octobre, lorsque quelque 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant près de 1 200 personnes et prenant 251 otages au cours d’actes de brutalité et d’agressions sexuelles.

Des échauffourées mineures entre police et manifestants anti-gouvernement à Jérusalem

Les manifestants appellant à un accord sur les otages et à des élections se battent avec la police à Jérusalem, le 7 juillet 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les manifestants appellant à un accord sur les otages et à des élections se battent avec la police à Jérusalem, le 7 juillet 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des échauffourées mineures ont eu lieu à Jérusalem alors que la police a cherché à disperser les manifestants qui tentaient de bloquer le tramway dans un contexte de « journée de perturbations » visant à appeler à de nouvelles élections et à conclure un accord sur les otages.

Le Hezbollah affirme avoir pris pour cible une base de Tsahal près de Tibériade dans une salve de missiles

Le Hezbollah revendique la responsabilité des tirs de roquette sur la Basse Galilée ce matin, affirmant avoir visé une base militaire israélienne près de Tibériade.

Le groupe terroriste chiite libanais affirme que l’attaque était une réponse à l’assassinat de l’un de ses membres lors d’une attaque de drone de l’armée israélienne dans le nord-est du Liban samedi.

L’attaque à la roquette a grièvement blessé un civil israélien à proximité de la ville de Kfar Zeitim.

La frappe de drone de la veille a tué un haut responsable de l’unité de défense antiaérienne du Hezbollah.

Une mission navale de l’UE affirme avoir détruit deux drones dans le golfe d’Aden

La mission navale de l’Union européenne (UE) chargée de protéger les navires traversant la mer Rouge affirme que sa frégate Psara a détruit deux drones dans le golfe d’Aden.

La mission Aspides a débuté en février en réponse aux attaques de drones et de missiles lancées contre des navires par des terroristes houthis d’obédience iranienne. Les Houthis qui contrôlent de vastes pans du Yémen, disent s’en prendre aux transporteurs desservant les ports israéliens, « en représailles à la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

D’autres pays, dont les États-Unis, ont également des forces navales dans la région.

Tsahal : L’attaque de drone visait un bâtiment de la municipalité de Khan Younès utilisé par le Hamas

Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée, publiée le 7 juillet 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée, publiée le 7 juillet 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le bâtiment de la municipalité de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a été touché par une frappe de drone cette nuit, l’armée israélienne affirmant que le site était utilisé par des éléments du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Selon Tsahal, dans le bâtiment de la municipalité, il y a une entrée de tunnel qui se connecte au réseau souterrain du Hamas à Khan Younès.

L’armée affirme également que le bâtiment était utilisé par les terroristes du Hamas comme lieu de rassemblement.

Avant de procéder à la frappe, Tsahal affirme avoir pris « plusieurs mesures » pour minimiser les dégâts causés aux civils, notamment en évacuant les Palestiniens de la zone.

« Le Hamas opère dans la zone humanitaire et viole régulièrement le droit international, exploitant systématiquement les bâtiments civils et la population civile comme autant de boucliers humains pour des activités terroristes menées contre l’État d’Israël », ajoute l’armée.

Par ailleurs, Tsahal affirme avoir tué un terroriste qui avait lancé une roquette depuis le quartier Shejaiya de Gaza City sur la ville frontalière israélienne de Nahal Oz. La frappe a été effectuée peu de temps après l’attaque à la roquette.

Toujours à Shejaiya, l’armée indique que les troupes de la 98ème division ont tué plusieurs terroristes armés, détruit des sites utilisés par des groupes terroristes et localisé des armes au cours de la journée écoulée.

Dans le sud de Gaza, à Rafah, Tsahal déclare que les troupes de la 162e division ont tué plus de 30 terroristes armés dans des combats rapprochés et en appelant à des frappes aériennes au cours de la journée écoulée.

Une autre frappe aérienne à Rafah a visé un lance-roquettes amorcé, ajoute l’armée.

Des dizaines de roquettes tirées sur le nord dans un barrage en provenance du Liban

Des dizaines de roquettes ont été lancées depuis le Liban lors de l’attaque menée il y a peu sur le nord d’Israël, selon les premières évaluations de l’armée israélienne.

Ce tir de barrage survient après qu’un haut membre du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a été tué par une frappe de drone israélienne dans le nord-est du Liban samedi soir.

Aucun blessé n’a été signalé.

Alertes à la roquette en Basse Galilée lors d’une attaque majeure du Hezbollah

Les alertes à la roquette ont retenti dans plusieurs localités de Basse Galilée, dans ce qui semble être une attaque majeure de roquettes par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Les sirènes retentissent jusqu’à Sde Ilan, situé à environ 35 kilomètres de la frontière libanaise.

Les habitants de la région de Galilée rapportent avoir vu plusieurs interceptions du système de défense anti-missile « Dôme de fer ».

Blocage des autoroutes et des échangeurs du pays pour réclamer des élections et un accord pour les otages

Des manifestants anti-gouvernement à la jonction entre Herzliya et Ra'anana lors d'une "journée de perturbation" appelant à des élections et à un accord pour les otages, le 7 juillet 2024. (Crédit : Raya Barkan/Groupes de protestation pour la démocratie)
Des manifestants anti-gouvernement à la jonction entre Herzliya et Ra'anana lors d'une "journée de perturbation" appelant à des élections et à un accord pour les otages, le 7 juillet 2024. (Crédit : Raya Barkan/Groupes de protestation pour la démocratie)

Les manifestants anti-gouvernement commencent à bloquer les autoroutes et à se rassembler aux échangeurs à travers le pays pour réclamer des élections législatives anticipées et un accord pour la libération des otages.

Les organisateurs de la manifestation ont déclaré que les routes seraient bloquées à différentes heures de la journée dans tout le pays, dans le cadre d’une « journée de perturbation », alors qu’Israël marque les neuf mois qui se sont écoulés depuis le pogrom perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas, et que 120 otages sont toujours retenus dans la bande de Gaza.

Les manifestations ont débuté ce matin à 6h29, soit l’heure exacte à laquelle l’attaque terroriste dévastatrice a commencé le 7 octobre.

La journée se terminera par une manifestation de masse devant les quartiers généraux de l’armée de la Kirya, à Tel Aviv.

Des anti-gouvernement devant le domicile du chef de la Histadrout l’appellent à décréter la grève

Des manifestants commencent à se rassembler devant le domicile d’Arnon Bar-David, le chef de l’organisation syndicale de la Histadrout, l’appelant à déclarer une grève générale pour exiger des élections législatives anticipées.

Les manifestants tiennent des pancartes disant « Assez parlé, il est temps d’agir ».

En mai, Bar-David avait déclaré qu’il n’avait plus confiance dans le gouvernement, mais il avait ajouté que le moment était venu de prendre des mesures radicales pour forcer la tenue d’un scrutin national.

« Du sang sur les mains du gouvernement de droite » : Manifestation devant les domiciles des ministres

Des manifestants anti-gouvernement se rassemblent devant les domiciles des ministres et des députés dans le cadre d’une « journée de perturbation » appelant à des élections.

Les législateurs visés par les manifestations sont le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre des Affaires étrangères Israel Katz, le président de la Knesset Amir Ohana, le ministre de l’Économie Nir Barkat, la ministre des Transports Miri Regev, le ministre de l’Agriculture Avi Dichter et le ministre du Développement du Néguev et de la Galilée Yitzhak Wasserlauf.

Devant le domicile d’Ohana à Tel Aviv, des manifestants crient : « Le sang est sur les mains du gouvernement de droite ».

Des militants lâchent des ballons noirs et jaunes près de la frontière de Gaza, 9 mois après le pogrom perpétré par le Hamas

Des militants lâchant des ballons noirs et jaunes pour marquer les neuf mois qui se sont écoulés depuis le pogrom du 7 octobre, au kibboutz Or Haner, dans le Néguev occidental, le 7 juillet 2024. (Crédit : Idit Avishaï/Mouvement pour la démocratie)
Des militants lâchant des ballons noirs et jaunes pour marquer les neuf mois qui se sont écoulés depuis le pogrom du 7 octobre, au kibboutz Or Haner, dans le Néguev occidental, le 7 juillet 2024. (Crédit : Idit Avishaï/Mouvement pour la démocratie)

Au début d’une « journée de perturbation » planifiée par des groupes de protestation, des militants se rassemblent au kibboutz Or Haner, près de la frontière avec Gaza, pour lâcher des ballons noirs et jaunes marquant les neuf mois écoulés depuis le pogrom du 7 octobre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les ballons sont lâchés à partir de panneaux représentant les communautés du sud attaquées le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes ont fait irruption en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant près de 1 200 personnes et prenant 251 otages, pour la plupart des civils, souvent au prix d’actes de brutalité et d’agressions sexuelles.

116 des 251 otages enlevés par le Hamas le 7 octobre sont toujours à Gaza, mais tous ne sont pas en vie. Une trêve d’une semaine, fin novembre, a permis la libération de 105 civils détenus par le Hamas, et quatre otages ont été libérés avant cela.

Au total, sept otages ont été sauvés vivants par Tsahal, et les corps de 19 otages ont également été retrouvés, dont trois ont été tués par erreur par l’armée.

L’armée a confirmé la mort de 42 des otages encore détenus par le Hamas, citant de nouveaux renseignements et de nouvelles découvertes obtenus par les troupes opérant dans la bande de Gaza.

Une personne est encore portée-disparue depuis le 7 octobre. Son sort reste indéterminé.

Le Hamas détient également les corps sans vie de deux soldats tombés au combat, Oron Shaul et Hadar Goldin, depuis 2014, ainsi que deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui seraient encore en vie après être entrés dans la bande de leur propre gré en 2014 et en 2015 respectivement.

Les alertes à la roquette retentissent à Ramot Naftali, près de la frontière avec le Liban

Les alertes à la roquette retentissent dans la localité de Ramot Naftali, au nord d’Israël, près de la frontière avec le Liban, avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah attaque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles antichars et d’autres moyens, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui s’y déroule.

La police londonienne arrête 5 personnes lors d’un rassemblement anti-Israël ; Corbyn demande un cessez-le-feu à Gaza

Des activistes pro-palestiniens et anti-israéliens brandissent des pancartes dénonçant le nouveau Premier ministre britannique Keir Starmer,  la vice-Première ministre et ministre du Logement Angela Rayner ainsi que le secrétaire d'État aux Affaires étrangères David Lammy lors de "la marche nationale pour Gaza" qui appelle " mettre fin au génocide" et à cesser de livrer des armes à Israël, le 6 juillet 2024. (Crédit : Justin Tallis/AFP)
Des activistes pro-palestiniens et anti-israéliens brandissent des pancartes dénonçant le nouveau Premier ministre britannique Keir Starmer, la vice-Première ministre et ministre du Logement Angela Rayner ainsi que le secrétaire d'État aux Affaires étrangères David Lammy lors de "la marche nationale pour Gaza" qui appelle " mettre fin au génocide" et à cesser de livrer des armes à Israël, le 6 juillet 2024. (Crédit : Justin Tallis/AFP)

La police métropolitaine a déclaré avoir arrêté quatre manifestants lors d’un rassemblement anti-Israël et pro-palestinien pour atteinte à l’ordre public et un autre « pour suspicion d’incitation à la haine raciale en relation avec une pancarte ».

La zone de la manifestation, située devant la résidence officielle du Premier ministre britannique fraîchement élu, Keir Starmer, au 10 Downing St, a été nettoyée des manifestants, a indiqué la police dans un message sur le réseau social X.

Des dizaines de milliers de manifestants se sont joints à la manifestation organisée par la Campagne de solidarité avec la Palestine, appelant à un cessez-le-feu immédiat dans la guerre en cours à Gaza, déclenchée par le pogrom perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël.

Des photos montrent des contre-manifestants pro-Israël près du rassemblement, tenant une pancarte comparant le déchaînement du Hamas au Festival Supernova le 7 octobre à l’attentat terroriste de Manchester Arena en 2017, qui a fait 22 morts.

Un manifestant pro-Israël tenant une pancarte comparant les massacres du Festival Supernova à l’attentat de Manchester Arena alors que des manifestants anti-Israël passent sous le pont de Waterloo lors de la « Marche nationale pour Gaza », le 6 juillet 2024. (Crédit : Justin Tallis/AFP)

Le terroriste de cet attentat, Salman Abedi, aurait soutenu la Campagne de solidarité avec la Palestine, soutenue par le député d’extrême gauche Jeremy Corbyn, réélu.

Le Guardian rapporte que Corbyn a participé à la manifestation londonienne et a déclaré aux manifestants « qu’un changement de gouvernement ne change rien au fait que les habitants de Gaza continuent d’être assassinés dans leur sommeil ».

« Nous l’avons dit aux conservateurs, et maintenant nous le dirons aux travaillistes : un gouvernement qui vend des armes à Israël est un gouvernement qui est complice de crimes contre l’humanité. »

Le Hamas devrait bientôt tenter une attaque majeure à Gaza ou en Cisjordanie pour faire échouer les négociations relatives aux otages – média

La défense israélienne estime que le groupe terroriste palestinien du Hamas tentera de mener une attaque majeure dans les semaines à venir afin de faire échouer les efforts renouvelés pour conclure un accord « treve contre otages », selon un reportage non sourcé des médias israéliens.

L’attaque pourrait avoir lieu à l’intérieur de Gaza, près de la frontière avec la bande de Gaza ou en Cisjordanie, ajoute le reportage, sans fournir d’autres détails.

Le reportage de la Douzième chaîne indique également que les médiateurs égyptiens vont probablement s’impliquer davantage dans les négociations menées par les États-Unis et le Qatar, après que le Hamas a déclaré qu’il avait donné son accord initial à la dernière proposition de trêve progressive et d’accord d’échange d’otages.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.