L’Israélienne assassinée en Turquie avait été menacée par sa famille
Rechercher

L’Israélienne assassinée en Turquie avait été menacée par sa famille

Le frère de Siwar Keblawi, également suspect dans une fusillade contre un agent de police, aurait traqué sa soeur jusqu'en Turquie

Siwar Keblawi. (Autorisation)
Siwar Keblawi. (Autorisation)

Une étudiante israélienne de 20 ans qui a été tuée dans la ville turque d’Izmit aurait été traquée par son propre frère qui est soupçonné de l’avoir étranglée en compagnie de son père, ont fait savoir les médias jeudi.

Siwar Keblawi avait fui vers la Turquie où elle vivait aux côtés de son père après avoir été la cible de menaces lors d’une « dispute familiale ». Son frère aîné est parvenu à la localiser et il s’est rendu dans le pays, a indiqué le site d’information Walla.

Après avoir initialement affirmé aux autorités que la jeune femme était tombée du balcon du troisième étage lors d’un suicide apparent, la police turque a pu trouver des preuves et elle soupçonne dorénavant le frère de Keblawi d’avoir étranglé cette dernière.

Le jeune homme serait arrivé à Izmit depuis Israël en début de semaine et il se serait querellé avec sa sœur mercredi soir. Keblawi se serait enfermée dans une pièce avec un balcon avant que son frère ne parvienne à casser la porte. La jeune femme se serait alors jetée dans le vide et serait tombée au sol grièvement blessée, mais encore vivante.

La police pense qu’elle aurait sauté du balcon pour échapper aux deux hommes et qu’elle aurait été tuée peu après.

La police turque escorte le père de Siwar Keblawi, soupçonné du meurtre, avec son frère, d’une étudiante israélienne originaire de la ville d’Umm al-Fahm. (Crédit : Facebook)

Selon les médias turcs, le frère et le père auraient alors ramené son corps dans l’habitation où l’un d’entre eux – ou les deux – l’ont étranglée et tuée. Des hématomes ont été découverts sur le cou de la victime.

Une vidéo diffusée jeudi par les médias turcs montre les deux hommes transporter la jeune femme hors de la cour – selon la police, elle est encore vivante à ce moment. Le père et le frère de Keblawi ont été arrêtés.

Keblawi et sa famille sont originaires de la ville arabe israélienne d’Umm al-Fahm. Elle et son père auraient vécu dans un appartement d’Izmit au cours de ces derniers mois et elle aurait été inscrite dans une université locale.

La police israélienne a déclaré connaître les détails du dossier et coopérer avec les autorités turques, a fait savoir Walla. Il y a plusieurs mois, la police avait été amenée à enquêter sur une potentielle séquestration de la jeune femme. Suites aux menaces à son encontre, elle était partie s’installer en Turquie avec son père.

Le frère arrêté aurait également été récemment impliqué dans une fusillade contre des agents de la police israélienne.

Le ministère des Affaires étrangères en Israël a expliqué collaborer avec les autorités turques pour rapatrier la dépouille de la jeune femme.

Yousef Jabareen et Talab Abu Arar, députés de la Liste arabe unie, ont appelé les autorités turques à accélérer le transfert en Israël du corps de Keblawi.

« Le moment est venu de dire la vérité », a commenté la députée Aida Touma-Sliman, militante reconnue dans la lutte contre les violences faites aux femmes au sein de la société arabe, devant les caméras de la Treizième chaîne. « Même les jeunes femmes, les femmes sont assassinées parce qu’elles sont nées femmes que ce soit en Israël ou à l’étranger, et il est temps de mettre leurs meurtriers derrière les barreaux ».

La police turque escorte le frère de Siwar Keblawi, soupçonné d’avoir assassiné une étudiante israélienne d’Umm al-Fahm avec son père (Crédit : Facebook)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...