Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Blinken : Israël veut un accord, pas besoin de se focaliser sur des hypothèses sur Rafah

Blinken : Israël veut clairement un accord sur les otages, pas besoin de se focaliser sur des hypothèses sur Rafah
Blinken : Israël veut clairement un accord sur les otages, pas besoin de se focaliser sur des hypothèses sur Rafah

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré à la chaîne NBC qu’Israël semble prêt à faire de « gros compromis » pour parvenir à une trêve et à un accord avec le groupe terroriste palestinien du Hamas pour la libération des otages, et qu’il incombait désormais à ce groupe de veiller à ce que l’accord soit mené à son terme.

« C’est manifestement ce que les Israéliens aimeraient voir se produire », a déclaré Blinken à la chaîne de télévision, soulignant la volonté d’Israël de parvenir à un accord.

Il a ajouté qu’un tel accord « permettrait d’obtenir un cessez-le-feu immédiat, de ramener les otages chez eux et de construire quelque chose sur la base de cet accord ».

À la question de savoir si un accord sur les otages pourrait être compromis par les déclarations du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon lesquelles Israël procéderait à son offensive imminente à Rafah, la ville la plus au sud de la bande de Gaza, où vivent plus d’un million de personnes déplacées par la guerre, Blinken a répondu que « les gens disent des choses ; concentrons-nous sur ce qu’ils font, sur ce que nous faisons ».

« Le plus pressant, le plus urgent, sera dans les prochains jours la réponse du Hamas à cette offre concrète qui a été mise sur la table », a-t-il poursuivi. « Tout le monde reconnaît que cet accord est bon et qu’il conduirait, une fois de plus, à un cessez-le-feu immédiat, ce que tout le monde souhaite, et au retour des otages, ce que tout le monde devrait souhaiter.  C’est sur cela que nous nous concentrons ».

Interrogé sur les mesures que prendraient les États-Unis si Israël menait une opération à Rafah au lieu de conclure un accord avec le Hamas, Blinken a déclaré qu’il ne voulait pas discuter « d’hypothèses sur ce qui pourrait se passer ».

« Nous nous concentrons sur la possibilité de conclure cet accord, comme cela devrait être le cas. Et nous verrons ce que fera le Hamas. La balle est dans son camp. »

Il a toutefois rappelé que les États-Unis n’ont pas encore vu de « plan clair et crédible pour protéger les civils » à Rafah, et que tant qu’ils n’en auront pas vu, ils « ne pourraient ni ne souhaitent soutenir une opération militaire d’envergure » dans cette ville.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.