Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

US : L’accord sur les otages n’a pas progressé ; la balle est dans le camp du Hamas

Des haredim, des résidents d’implantations et des familles d’otages bloquent des routes à travers Israël et la Cisjordanie ; 57 Démocrates de la Chambre des représentants demandent à Biden d’empêcher l’opération Rafah

  • 
Un manifestant affrontant la police lors d'un campement anti-Israël et pro-palestinien, à l'UCLA, à Los Angeles, le 1er mai 2024. (Credit : Ethan Swope/AP)
    
Un manifestant affrontant la police lors d'un campement anti-Israël et pro-palestinien, à l'UCLA, à Los Angeles, le 1er mai 2024. (Credit : Ethan Swope/AP)
  • 
Des policiers se mettant en position alors que des étudiants et des activistes pro-palestiniens et anti-Israël manifestent sur le campus de l'Université de Californie (UCLA), à Los Angeles, Californie, le 1er mai 2024. (Credit : Etienne Laurent/AFP)
    
Des policiers se mettant en position alors que des étudiants et des activistes pro-palestiniens et anti-Israël manifestent sur le campus de l'Université de Californie (UCLA), à Los Angeles, Californie, le 1er mai 2024. (Credit : Etienne Laurent/AFP)
  • 
Des manifestants appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza devant les quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 1er mai 2024. (Credit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    
Des manifestants appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza devant les quartiers généraux de l'armée de la Kirya, à Tel Aviv, le 1er mai 2024. (Credit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Des manifestantes brandissant des drapeaux yéménites et palestiniens sur le campus de l'UCLA, après des affrontements nocturnes entre des groupes pro-Israël et pro-palestiniens, à Los Angeles, le 1er mai 2024. (Credit : Jae C. Hong/AP)
    Des manifestantes brandissant des drapeaux yéménites et palestiniens sur le campus de l'UCLA, après des affrontements nocturnes entre des groupes pro-Israël et pro-palestiniens, à Los Angeles, le 1er mai 2024. (Credit : Jae C. Hong/AP)
  • 
Des manifestants pro-palestiniens et anti-Israël observant les activités de la police derrière une barricade de fortune sur le campus de l'UCLA, à Los Angeles, le 1er mai 2024. (Credit : Jae C. Hong/AP)
    
Des manifestants pro-palestiniens et anti-Israël observant les activités de la police derrière une barricade de fortune sur le campus de l'UCLA, à Los Angeles, le 1er mai 2024. (Credit : Jae C. Hong/AP)
  • Les familles endeuillées des soldats tués pendant la guerre à Gaza et qui sont opposés à une trêve avec le Hamas tenant une conférence de presse dans leur tente de protestation, à l'extérieur de la Cour suprême, à Jérusalem, le 1er mai 2024. (Credit : Chaïm Goldberg/Flash90)
    Les familles endeuillées des soldats tués pendant la guerre à Gaza et qui sont opposés à une trêve avec le Hamas tenant une conférence de presse dans leur tente de protestation, à l'extérieur de la Cour suprême, à Jérusalem, le 1er mai 2024. (Credit : Chaïm Goldberg/Flash90)
  • Des soldats israéliens rassemblés à proximité d'un barrage dans une zone d'inspection pour les camions transportant de l'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza, du côté israélien du point de passage d'Erez à Gaza, le 1er mai 2024. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)
    Des soldats israéliens rassemblés à proximité d'un barrage dans une zone d'inspection pour les camions transportant de l'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza, du côté israélien du point de passage d'Erez à Gaza, le 1er mai 2024. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

US : L’accord sur les otages n’a pas progressé ; la balle est dans le camp du Hamas

Des manifestants tiennent une banderole sur laquelle on peut lire "C'est soit Rafah, soit les otages : Choisissez la vie" alors qu'ils bloquent l'autoroute Ayalon à Tel Aviv lors d'une manifestation appelant à la libération des otages détenus par le Hamas à Gaza, le 2 mai 2024. (Crédit : Dor Pazuelo/Flash90)
Des manifestants tiennent une banderole sur laquelle on peut lire "C'est soit Rafah, soit les otages : Choisissez la vie" alors qu'ils bloquent l'autoroute Ayalon à Tel Aviv lors d'une manifestation appelant à la libération des otages détenus par le Hamas à Gaza, le 2 mai 2024. (Crédit : Dor Pazuelo/Flash90)

Le porte-parole du département d’État américain, Matthew Miller, a déclaré qu’il « n’y a pas eu d’évolution [dans les négociations sur les otages] ces derniers jours ».

« Il y a une proposition sur la table qui répond à la plupart des demandes faites par le Hamas lors des précédents cycles de négociations. Israël a fait une offre importante dans cette dernière proposition [dans laquelle] il a fait des compromis sur de nombreuses positions qu’il avait adoptées depuis longtemps. Elle répondait à de nombreuses demandes dont le Hamas avait dit qu’il avait besoin pour accepter un accord, et nous pensons donc qu’il leur incombe maintenant d’accepter l’accord », a déclaré Miller.

« Le Hamas est le seul obstacle à un cessez-le-feu immédiat, et nous attendions sa réponse », ajoute-t-il.

Des haredim, des résidents d’implantations et des familles d’otages bloquent des routes à travers Israël et la Cisjordanie

Des manifestants réclament la libération des otages à Tel Aviv le 2 mai 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des manifestants réclament la libération des otages à Tel Aviv le 2 mai 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Des manifestants bloquent des routes à différents endroits en Israël et en Cisjordanie.

Des extrémistes ultra-orthodoxes ont bloqué la route 4 dans le centre d’Israël pour protester contre les efforts visant à mettre fin aux exemptions générales de service militaire pour leur communauté. Plusieurs arrestations ont été signalées alors que la police tentait d’éloigner les émeutiers de la route.

À Tel-Aviv, des dizaines de manifestants – menés par des habitants du kibboutz Beeri, situé à la frontière de Gaza, et des parents d’otages – ont bloqué la rue Shaul Hamelech près de la Kirya, le quartier général de l’armée israélienne, où le cabinet de guerre doit se réunir plus tard dans la soirée.

À proximité, la police a arrêté un suspect de 58 ans qui aurait attaqué le cortège du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

En Cisjordanie, des extrémistes ont mis le feu à des pneus pour bloquer la route 60 afin de protester contre le démantèlement par les autorités d’un avant-poste illégal qu’ils avaient construit sur des terres palestiniennes privées.

Vingt entreprises ont été envoyées pour démanteler les avant-postes illégaux, les résidents d’implantations ayant une fois de plus détourné l’attention et les ressources des forces de sécurité vers la Cisjordanie.

 

Ben Gvir reproche à Gallant d’avoir accepté de libérer le corps d’un prisonnier de sécurité arabe israélien

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, à la Knesset à Jérusalem, le 15 avril 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, à la Knesset à Jérusalem, le 15 avril 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a accusé le ministre de la Défense, Yoav Gallant, de porter atteinte aux négociations sur la libération des otages en acceptant de rendre le corps d’un prisonnier de sécurité arabe israélien décédé en prison.

« La libération des corps des terroristes nuit aux négociations pour la libération des otages ! Il est très regrettable que le ministre Gallant ne comprenne pas cela », a tweeté Ben Gvir.

 

Ben Gvir a exprimé leur forte opposition à une proposition d’accord sur les otages qui réduirait ou arrêterait temporairement les combats, affirmant que cela conduirait à la dissolution du gouvernement.

Ben Gvir et Gallant se sont affrontés à plusieurs reprises, la dernière fois en avril, lorsqu’il a demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu de renvoyer le ministre de la Défense après que les forces de sécurité ont commencé à préparer le démantèlement de l’avant-poste illégal de Gal Yosef en Cisjordanie.

 

Le Hamas attendu en Égypte pour de nouveaux pourparlers en vue d’une trêve

Ismaïl Haniyeh, le chef du bureau politique du groupe terroriste palestinien du Hamas basé à Doha, s'adressant à la presse après une réunion avec le ministre iranien des Affaires étrangères, à Téhéran, en Iran, le 26 mars 2024. (Crédit : AFP)
Ismaïl Haniyeh, le chef du bureau politique du groupe terroriste palestinien du Hamas basé à Doha, s'adressant à la presse après une réunion avec le ministre iranien des Affaires étrangères, à Téhéran, en Iran, le 26 mars 2024. (Crédit : AFP)

Une délégation du Hamas doit se rendre prochainement au Caire pour poursuivre les discussions avec les médiateurs égyptiens au sujet d’une éventuelle trêve et d’un accord sur les otages, selon un communiqué du groupe terroriste palestinien.

Ce développement survient quelques heures après que le Hamas a fait savoir qu’il rejetterait la dernière proposition élaborée par les médiateurs égyptiens, qataris et américains et approuvée par Israël.

Le communiqué ajoute que le chef du groupe terroriste palestinien du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a affirmé « l’esprit positif du groupe dans l’étude de la proposition de cessez-le-feu ».

Tsahal retire les débris d’un missile iranien trouvé par des randonneurs au sud d’Israël

L'armée israélienne enlevant les débris d'un missile balistique iranien trouvé par des randonneurs près d'Arad, le 2 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)
L'armée israélienne enlevant les débris d'un missile balistique iranien trouvé par des randonneurs près d'Arad, le 2 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a retiré les restes d’un autre missile balistique iranien intercepté, trouvé par des randonneurs au ruisseau Yeelim, à proximité d’Arad, dans le sud d’Israël.

Ce missile était l’un des 120 tirés sur Israël lors de l’attaque iranienne du 14 avril.

Les débris ont été retirés de la zone à l’aide d’une grue et déplacés vers un autre endroit, où les unités de secours et de lutte contre l’incendie ont enlevé toutes les matières dangereuses.

Après avoir été jugés inoffensifs, les éléments ont été transportés dans une base militaire pour y être examinés plus en détail.

Des avions de Tsahal frappent des positions du Hezbollah dans le sud du Liban

Des avions de chasse israéliens ont frappé plusieurs positions du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran, dans la région de Shebaa, au sud du Liban, dans la nuit de mercredi à jeudi, selon l’armée.

Tsahal a également indiqué il y a peu de temps, que des soldats de surveillance de la 869e unité de collecte de renseignements de combat avaient repéré un membre du Hezbollah sur l’un des sites du groupe terroriste à Markaba.

Peu de temps après l’identification, un avion de chasse a frappé le bâtiment, a indiqué Tsahal.

Blinken : Israël veut un accord, pas besoin de se focaliser sur des hypothèses sur Rafah

Blinken : Israël veut clairement un accord sur les otages, pas besoin de se focaliser sur des hypothèses sur Rafah
Blinken : Israël veut clairement un accord sur les otages, pas besoin de se focaliser sur des hypothèses sur Rafah

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré à la chaîne NBC qu’Israël semble prêt à faire de « gros compromis » pour parvenir à une trêve et à un accord avec le groupe terroriste palestinien du Hamas pour la libération des otages, et qu’il incombait désormais à ce groupe de veiller à ce que l’accord soit mené à son terme.

« C’est manifestement ce que les Israéliens aimeraient voir se produire », a déclaré Blinken à la chaîne de télévision, soulignant la volonté d’Israël de parvenir à un accord.

Il a ajouté qu’un tel accord « permettrait d’obtenir un cessez-le-feu immédiat, de ramener les otages chez eux et de construire quelque chose sur la base de cet accord ».

À la question de savoir si un accord sur les otages pourrait être compromis par les déclarations du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon lesquelles Israël procéderait à son offensive imminente à Rafah, la ville la plus au sud de la bande de Gaza, où vivent plus d’un million de personnes déplacées par la guerre, Blinken a répondu que « les gens disent des choses ; concentrons-nous sur ce qu’ils font, sur ce que nous faisons ».

« Le plus pressant, le plus urgent, sera dans les prochains jours la réponse du Hamas à cette offre concrète qui a été mise sur la table », a-t-il poursuivi. « Tout le monde reconnaît que cet accord est bon et qu’il conduirait, une fois de plus, à un cessez-le-feu immédiat, ce que tout le monde souhaite, et au retour des otages, ce que tout le monde devrait souhaiter.  C’est sur cela que nous nous concentrons ».

Interrogé sur les mesures que prendraient les États-Unis si Israël menait une opération à Rafah au lieu de conclure un accord avec le Hamas, Blinken a déclaré qu’il ne voulait pas discuter « d’hypothèses sur ce qui pourrait se passer ».

« Nous nous concentrons sur la possibilité de conclure cet accord, comme cela devrait être le cas. Et nous verrons ce que fera le Hamas. La balle est dans son camp. »

Il a toutefois rappelé que les États-Unis n’ont pas encore vu de « plan clair et crédible pour protéger les civils » à Rafah, et que tant qu’ils n’en auront pas vu, ils « ne pourraient ni ne souhaitent soutenir une opération militaire d’envergure » dans cette ville.

Accord sur les otages : L’Égypte va convier des délégations d’Israéliens et du Hamas – média

L’Égypte va inviter des délégations d’Israël et du groupe terroriste palestinien du Hamas au Caire pour tenter de trouver une solution à la question de la libération des otages, rapporte le journal saoudien Asharq.

Israël n’a pas encore reçu de réponse officielle du Hamas à la proposition qu’il a soumise à la fin de la semaine dernière par l’intermédiaire de médiateurs égyptiens.

Tsahal capture une cellule terroriste qui projetait des attentats à la bombe en Cisjordanie – Shin Bet

Les terroristes du Jihad islamique palestinien Ahmed Abu Bakr, 29 ans (en haut à gauche), Ibrahim Abu Bakr, 29 ans (en haut à droite), et Ibadah Abu Bakr, 18 ans (en bas) ar le Shin Bet pour avoir planifié des attentats à la bombe en Cisjordanie, sur un montage photo publié le 2 mai 2024. (Crédit : Shin Bet)
Les terroristes du Jihad islamique palestinien Ahmed Abu Bakr, 29 ans (en haut à gauche), Ibrahim Abu Bakr, 29 ans (en haut à droite), et Ibadah Abu Bakr, 18 ans (en bas) ar le Shin Bet pour avoir planifié des attentats à la bombe en Cisjordanie, sur un montage photo publié le 2 mai 2024. (Crédit : Shin Bet)

Une cellule du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien qui préparait des attentats à la bombe en Cisjordanie pour le compte de la branche libanaise du groupe terroriste a été récemment capturée, annonce l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet.

Selon le Shin Bet, l’armée israélienne a arrêté trois terroristes du Jihad islamique palestinien dans la ville de Yabed, en Cisjordanie, au mois de janvier. Ils sont identifiés par l’agence comme étant Ahmed Abu Bakr, 29 ans, Ibrahim Abu Bakr, 29 ans, et Ibadah Abu Bakr, 18 ans.

Le trio « a agi selon les directives du quartier général du Jihad islamique palestinien au Liban, afin de mener des attaques significatives, en utilisant des explosifs déclenchés à distance contre les troupes de Tsahal dans la région », indique l’agence.

Selon le Shin Bet, les soldats ont saisi plusieurs engins explosifs amorcés lors de leur arrestation.

Ahmed et Ibrahim, qui, selon le Shin Bet, sont de hauts responsables du Jihad islamique palestinien, étaient en contact avec le quartier général du groupe terroriste au Liban, au cours duquel ils recevaient des fonds, en grande partie sous forme de crypto-monnaie, pour leurs attaques.

Le Shin Bet affirme que les deux terroristes ont également effectué des tests avec des bombes détonantes à distance. Ibadah avait été recruté par Ibrahim pour fabriquer les engins explosifs, précise l’agence.

Le trio a été inculpé d’une série d’infractions à la sécurité, ce qui a conduit le Shin Bet à publier des détails sur l’affaire.

Le cabinet de guerre se réunit à 18h30 pour discuter des négociations pour les otages

Le cabinet de guerre et de hauts-responsables israéliens de la sécurité se rencontrent quelques heures après l'attaque lancée contre Israël par l'Iran, à Tel Aviv, le 14 avril 2024. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le cabinet de guerre et de hauts-responsables israéliens de la sécurité se rencontrent quelques heures après l'attaque lancée contre Israël par l'Iran, à Tel Aviv, le 14 avril 2024. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le cabinet de guerre se réunira ce soir à 18h30 pour discuter des prochaines étapes des négociations en vue de parvenir à un accord pour la libération des otages, a déclaré un responsable du bureau du Premier ministre au Times of Israel.

Une réunion du cabinet de guerre a été annulée mardi.

La réunion de ce soir sera suivie d’une réunion de l’ensemble du cabinet de sécurité.

L’UE annonce une aide d’un milliard d’euros pour soutenir le Liban

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen prononçant un discours lors d'une session plénière au Parlement européen, à Strasbourg, le 13 décembre 2023. (Crédit : Frederick Florin/AFP)
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen prononçant un discours lors d'une session plénière au Parlement européen, à Strasbourg, le 13 décembre 2023. (Crédit : Frederick Florin/AFP)

La cheffe de la Commission européenne annonce à Beyrouth une aide d’un milliard d’euros pour soutenir la « stabilité socio-économique » du Liban et appelé ce pays à bien coopérer dans la lutte contre l’immigration clandestine.

Les fonds seront « disponibles à partir de cette année jusqu’en 2027. Nous voulons contribuer à la stabilité socio-économique du Liban », déclare Ursula Von der Leyen, ajoutant « compter sur une bonne coopération » des autorités libanaises dans la lutte contre l’immigration clandestine vers l’Europe.

Le Hamas annonce un bilan de 34 596 morts à Gaza

Au moins 34 596 Palestiniens auraient été tués et 77 816 blessés dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza, dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Israël dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

263 soldats israéliens ont été tués dans la bande de Gaza depuis le 27 octobre, début de l’incursion terrestre lancée en représailles à l’attaque barbare du Hamas menée le 7 octobre.

Abou Dhabi : Lapid et le ministre émirati des Affaires étrangères parlent de l’accord pour les otages et de l’après-guerre à Gaza

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid rencontrant le ministre émirati des Affaires étrangères Abdullah ben Zayed al-Nahyan, dans sa résidence privée, à Abou Dhabi, le 2 mai 2024. (Crédit : Bureau de Yaïr Lapid)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid rencontrant le ministre émirati des Affaires étrangères Abdullah ben Zayed al-Nahyan, dans sa résidence privée, à Abou Dhabi, le 2 mai 2024. (Crédit : Bureau de Yaïr Lapid)

Le chef de l’opposition Yaïr Lapid a rencontré le ministre émirati des Affaires étrangères, l’émir Abdullah ben Zayed al-Nahyan, lors d’une visite diplomatique à Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, indique son bureau dans un compte-rendu de la réunion.

Au cours de la réunion, qui s’est tenue au domicile de ben al-Nahyan, les deux hommes ont discuté des efforts en cours pour parvenir à un accord sur la libération des otages détenus à Gaza, ainsi que de la question de savoir à quoi ressemblera la bande de Gaza une fois la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas achevée.

Lapid a souligné la nécessité urgente d’obtenir la libération des otages, selon son bureau, et a déclaré au responsable émirati que « chaque pays de la région peut influencer l’accord ».

« Israël a intérêt à créer, avec les Émirats arabes unis et les pays arabes modérés, une coopération politique et économique qui puisse offrir des solutions aux problèmes mondiaux et faire face aux menaces régionales de toutes sortes », a-t-il ajouté.

« Les otages ou Rafah » : Des manifestants bloquent Ayalon et réclament un accord

Des manifestants appelant à un accord sur les otages tiennent une banderole sur laquelle on peut lire "C'est soit Rafah, soit les otages - choisissez la vie", alors qu'ils bloquent l'autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 2 mai 2024. (Crédit : Adar Eyal//Mouvement de protestation pour la démocratie)
Des manifestants appelant à un accord sur les otages tiennent une banderole sur laquelle on peut lire "C'est soit Rafah, soit les otages - choisissez la vie", alors qu'ils bloquent l'autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 2 mai 2024. (Crédit : Adar Eyal//Mouvement de protestation pour la démocratie)

Des manifestants bloquent l’autoroute Ayalon à Tel Aviv pour réclamer un accord immédiat pour la libération des otages.

Brandissant une grande banderole « C’est soit Rafah, soit les otages – choisissez la vie », les manifestants se tiennent au milieu de la route très fréquentée pour empêcher le trafic de passer.

La Douzième chaîne rapporte que plusieurs membres des familles des otages sont à la tête de la manifestation, notamment Yehuda Cohen, le père de Nimrod Cohen, 19 ans, et Shay Mozes, le neveu de Gadi Mozes, 79 ans.

Des membres d’un groupe de protestation dirigé par des femmes sont également présents et demandent à Israël de ne pas lancer son incursion dans Rafah, car cela mettrait en danger la vie des otages, dont beaucoup seraient détenus dans la ville la plus méridionale de la bande de Gaza.

Des manifestants réclamant un accord sur les otages bloquent l’autoroute Ayalon, à Tel Aviv, le 2 mai 2024. (Crédit : Aviv Atlas/Mouvement de protestation pour la démocratie)

« Entrer à Rafah signifie abandonner la vie des otages », explique le groupe dans une déclaration aux médias. « Après six mois de promesse que seule une action militaire pourrait ramener les otages, nous comprenons tous que le seul moyen de sauver ceux qui peuvent encore l’être est de conclure un accord. »

« Ne cédez pas à la pression des extrémistes qui utilisent les otages comme une excuse pour continuer à faire la guerre », ajoute le groupe en s’adressant au Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ces derniers jours, des membres d’extrême-droite du gouvernement de Netanyahu, dont le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir et le ministre des Finances Bezalel Smotrich, ont mis en garde contre la conclusion d’un accord sur les otages qui nécessiterait des concessions importantes de la part d’Israël.

Tsahal : Des jets frappent un poste de lancement de mortier suite aux projectiles tirés sur les troupes dans le centre de Gaza

Des soldats de l’armée israélienne en opéreration, dans la bande de Gaza, sur une image non datée publiée le 2 mai 2024. (Credit : Armée israélienne)
Des soldats de l’armée israélienne en opéreration, dans la bande de Gaza, sur une image non datée publiée le 2 mai 2024. (Credit : Armée israélienne)

Les avions de chasse et l’artillerie israéliens ont frappé un tunnel et un poste de lancement de mortier dans le centre de la bande de Gaza après que plusieurs projectiles ont été tirés sur des soldats opérant dans la zone, selon l’armée israélienne.

Tsahal précise qu’il n’y a pas eu de blessés dans l’attaque au mortier d’hier.

Par ailleurs, des réservistes de la Brigade Yiftah ont repéré un groupe de terroristes à proximité des troupes, avant de déclencher une attaque de drone et un tir d’artillerie, tuant la cellule, précise l’armée.

Un autre terroriste, repéré par les troupes à l’aide d’un drone, a été vu en train d’entrer dans un bâtiment connu de l’armée comme étant utilisé par un groupe terroriste dans le centre de Gaza. Tsahal indique qu’un avion de chasse a frappé le site, tuant le terroriste.

D’autres infrastructures appartenant à des groupes terroristes de Gaza, y compris des tunnels et des bâtiments, ainsi que des terroristes, ont été frappés au cours de la journée écoulée, ajoute l’armée.

La police se masse à l’UCLA et ordonne aux manifestants anti-Israël de quitter les lieux


Des manifestants pro-palestiniens et anti-Israël observant les activités de la police derrière une barricade de fortune sur le campus de l'UCLA, à Los Angeles, le 1er mai 2024. (Credit : Jae C. Hong/AP)

Des manifestants pro-palestiniens et anti-Israël observant les activités de la police derrière une barricade de fortune sur le campus de l'UCLA, à Los Angeles, le 1er mai 2024. (Credit : Jae C. Hong/AP)

Des centaines d’agents des forces de l’ordre se sont rassemblés sur le campus de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA) après la tombée de la nuit, mercredi, pour se préparer à évacuer un camp de protestataires anti-Israël après les affrontements entre manifestants pro-palestiniens et pro-Israël survenus la nuit précédente.

Des images télévisées en direct montrent des policiers en tenue tactique pénétrant sur le campus de l’UCLA à proximité d’un ensemble de tentes occupées par des foules de manifestants. Certains militants sont vus en train d’enfiler des casques, des lunettes et des masques respiratoires en prévision de la descente, un jour après que l’université a déclaré le campement illégal.

Quelques-uns s’efforcent de construire des boucliers artisanaux en contreplaqué au cas où ils se heurteraient à la police qui forme des lignes d’escarmouche ailleurs sur le campus.

Des centaines d’autres militants se sont rassemblés à l’extérieur du village de tentes, lançant des cris de « Honte à vous » à la police, certains tapant sur des tambours et brandissant des drapeaux palestiniens, alors que les officiers marchaient sur le campus. De nombreux manifestants portaient le traditionnel keffieh – foulard arabe censé protéger du soleil et du sable qui est devenu un symbole du nationalisme palestinien.

Avant d’entrer sur le campus, la police demande instamment aux manifestants de quitter la zone de protestation située sur une pelouse entre l’auditorium Royce Hall et la bibliothèque principale du premier cycle.

La présence des forces de l’ordre et les avertissements répétés contrastent avec la scène qui s’est déroulée la nuit précédente, lorsque deux groupes de manifestants pro-palestiniens et pro-Israël se sont affrontés, se battant à coups de poing, se bousculant, se donnant des coups de pied et utilisant des bâtons pour se frapper les uns les autres, alors que les jours de tension à propos de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza ont dégénéré en violence pure et simple.

Les affrontements se sont poursuivis pendant plusieurs heures avant que la police n’intervienne, mais aucune arrestation n’a été effectuée. Au moins 15 manifestants ont été blessés, et la tiédeur de la réaction des autorités a suscité des critiques de la part de dirigeants politiques, d’étudiants et d’associations.

Austin et Gallant discutent de l’aide à Gaza, de Rafah et des otages lors de leur dernier appel

Le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et son homologue israélien Yoav Gallant lors d'une conférence de presse conjointe, à Tel Aviv, le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
Le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et son homologue israélien Yoav Gallant lors d'une conférence de presse conjointe, à Tel Aviv, le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant vient de s’entretenir par téléphone avec le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, selon le Pentagone.

Les deux hommes ont « discuté des négociations en cours sur les otages, des efforts d’aide humanitaire et de Rafah », selon le communiqué américain.

« M. Austin a réaffirmé son engagement en faveur du retour inconditionnel de tous les otages et a souligné l’importance d’accroître le flux d’aide humanitaire à Gaza pour inonder la zone, tout en garantissant la sécurité des civils et des travailleurs humanitaires. »

« Il a également souligné la nécessité pour toute opération militaire israélienne potentielle à Rafah d’inclure un plan crédible pour évacuer les civils palestiniens et maintenir le flux d’aide humanitaire. »

« Austin a réitéré l’engagement des États-Unis à soutenir la défense d’Israël », ajoute le communiqué américain, qui reprend entièrement les points de discussion de longue date concernant la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Démantèlement par la police d’un campement anti-Israël à l’Université de Dallas – au moins 17 arrestations ; action similaire à Fordham

Des manifestants anti-Israël d'extrême-gauche, à l'Université du Texas, , à Richardson, Dallas, le 1er mai 2024. (Credit : LM Otero/AP)
Des manifestants anti-Israël d'extrême-gauche, à l'Université du Texas, , à Richardson, Dallas, le 1er mai 2024. (Credit : LM Otero/AP)

Au moins 17 manifestants d’extrême-gauche ont été arrêtés et inculpés d’intrusion après que la police a été appelée à l’Université du Texas, à Dallas, pour démanteler un campement anti-Israël installé sur le campus en violation du code de conduite de l’établissement.

« Les individus peuvent se réunir pacifiquement dans les espaces extérieurs communs du campus pour exercer leur droit à la liberté d’expression, mais ils ne peuvent pas construire un campement ou bloquer les voies d’accès », a déclaré Kim Horner, porte-parole de l’université.

À l’Université Fordham de New York, du personnel de surveillance est en train de démanteler un campement similaire sous le regard de policiers en tenue anti-émeute et de plusieurs centaines de manifestants d’extrême-gauche hurlant.

Heurts à Tulkarem : L’AP aurait abattu un terroriste du Jihad islamique palestinien

Les forces de sécurité palestiniennes opérant dans la ville de Tulkarem, au centre de la Cisjordanie, auraient abattu un élément du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien en début de soirée.

Un porte-parole des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) a déclaré que les officiers ont réagi après avoir essuyé des tirs.

La branche armée du Jihad islamique palestinien a identifié Ahmad Abu Foul comme étant le suspect touché et tué, mais a affirmé qu’il n’avait pas ouvert le feu sur les forces de sécurité de l’AP. Abu Foul était apparemment recherché par Israël pour des délits liés au terrorisme.

C’est la deuxième fois en un mois environ que les forces de sécurité de l’AP abattent un terroriste du Jihad islamique palestinien.

57 Démocrates de la Chambre des représentants demandent à Biden d’empêcher l’opération Rafah

La lumière illuminant les minarets de la mosquée al-Taiba au coucher du soleil devant les tentes des Palestiniens déplacés dans un camp à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 avril 2024. (Credit : AFP)
La lumière illuminant les minarets de la mosquée al-Taiba au coucher du soleil devant les tentes des Palestiniens déplacés dans un camp à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 30 avril 2024. (Credit : AFP)

L’administration du président américain Joe Biden fait face à une nouvelle pression de la part de ses collègues démocrates pour inciter Israël à ne pas lancer une incursion de grande envergure dans Rafah, la ville où près de la moitié des 2,3 millions d’habitants de la bande de Gaza ont trouvé refuge.

Cinquante-sept des 212 démocrates de la Chambre des représentants ont signé une lettre demandant à l’administration de prendre toutes les mesures possibles pour dissuader le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de lancer un assaut total contre la ville située près de la frontière égyptienne.

« Nous vous demandons instamment d’invoquer la loi et la politique existantes pour suspendre immédiatement certaines aides militaires offensives au gouvernement israélien, y compris les aides provenant d’une législation déjà promulguée, afin d’empêcher un assaut de grande envergure sur Rafah », peut-on lire dans la lettre.

La Maison Blanche n’a pas encore répondu à une demande de commentaire sur la lettre, qui a été rédigée par les représentantes Pramila Jayapal et Madeleine Dean.

Le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré plus tôt dans la journée qu’il n’avait toujours pas vu de plan pour l’incursion israélienne annoncée dans Rafah qui protégerait les civils, répétant que Washington ne pouvait pas soutenir une telle opération sans un plan réaliste.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.