Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

La Haye: L’avocat sud-africain évoque « la rhétorique génocidaire » des ministres israéliens

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Tembeka Ngcukaitobi présente les accusations lancées par l'Afrique du sud contre Israël devant la cour internationale de justice de La Haye, le 11 janvier 2024. (Capture d'écran)
Tembeka Ngcukaitobi présente les accusations lancées par l'Afrique du sud contre Israël devant la cour internationale de justice de La Haye, le 11 janvier 2024. (Capture d'écran)

LA HAYE – Tembeka Ngcukaitobi SC est monté à la tribune pour présenter les accusations lancées par l’Afrique du sud – notamment celle que « la destruction de la vie palestinienne sous toutes ses manifestations » est le résultat de « la rhétorique génocidaire » utilisée par les hauts-responsables israéliens, une rhétorique qui s’est reflétée dans les actions et dans les propos tenus par les soldats israéliens sur le terrain, à Gaza.

Il a cité les paroles prononcées par le Premier ministre Benjamin Netanyahu qui, en évoquant la guerre à Gaza et à plus d’une reprise, a cité l’injonction biblique faite au peuple juif de « se souvenir de ce qu’Amalek vous a fait ». La Bible raconte ainsi que le Roi Saul avait reçu le commandement d’anéantir toutes les femmes, tous les enfants et tous les hommes du peuple d’Amalek, a fait remarquer Ngcukaitobi.

Il a aussi cité les propos tenus par le ministre de la Défense, Yoav Gallant, qui avait décrit les Palestiniens comme « des animaux humains » ainsi que ceux du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, qui avait déclaré que tous ceux qui avaient soutenu et célébré les atrocités du 7 octobre devaient également être les cibles de l’opération militaire israélienne à Gaza.

Ngcukaitobi a aussi diffusé des vidéos de soldats de Tsahal en train de danser et de chanter à Gaza, disant qu’ils se plieraient au commandement biblique ordonnant la destruction d’Amalek et chantant : « Il n’y a pas d’innocents à Gaza ».

« Ces paroles génocidaires ne sont pas à la marge ; elles sont intégrées dans la politique de l’État. L’intention de détruire est bien comprise par les soldats sur le terrain », a prétendu Ngcukaitobi.

« Toute suggestion laissant entendre que les responsables israéliens n’ont pas voulu dire ce qu’ils ont dit ou qu’ils ont été mal compris par les soldats sur le terrain doit être rejetée par cette Cour », a-t-il poursuivi.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.