Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU pleure les victimes en « Territoire palestinien et ailleurs »

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU observe une minute de silence pour les victimes sur « le territoire palestinien et ailleurs », après le massacre de plus de 900 Israéliens par le Hamas. (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU observe une minute de silence pour les victimes sur « le territoire palestinien et ailleurs », après le massacre de plus de 900 Israéliens par le Hamas. (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a observé une minute de silence suite aux « pertes de vies innocentes en Territoire palestinien occupé et ailleurs », après le massacre aveugle de plus de 900 Israéliens par des terroristes palestiniens.

L’envoyé pakistanais Zaman Mehdi avait appelé à la motion au nom des États membres de l’Organisation de la coopération islamique, représentant 57 pays.

La déclaration de Mehdi a accusé Israël d’être responsable de l’attaque et de « la violence engendrée », sans mentionner Israël nommément à aucun moment. La déclaration n’a fait aucune mention des victimes israéliennes, du terrorisme ou du Hamas.

L’ensemble de la salle a semblé se lever à la demande de Mehdi pour une minute de silence, y compris les représentants de l’Allemagne, de la Belgique, de la France, de la Finlande, de l’Argentine, des Émirats arabes unis, du Mexique et du Maroc.

La Ligue Anti-Diffamation a fustigé le CDHNU, affirmant qu’il « ignorait de manière flagrante les près de 1 000 personnes en Israël qui ont été brutalement massacrées par le Hamas, et les plus de 150 personnes innocentes prises en otages à Gaza ».

Le CDHNU à Genève et l’Assemblée générale des Nations unies ont longtemps porté une attention déséquilibrée à l’État juif, ciblant Israël pour davantage de condamnations et d’enquêtes que tout autre pays.

La rapporteuse spéciale du CDHNU pour le conflit israélo-palestinien, Francesca Albanese, n’a pas condamné le Hamas pour ses attaques contre des civils israéliens, mais a accusé aujourd’hui Israël d’« occupation coloniale militarisée ».

Albanese n’a pas répondu à une demande de commentaires du Times of Israel sur les atrocités du Hamas.

Albanese a par le passé critiqué vivement Israël. Ces derniers mois, elle a déclaré que les activités israéliennes en Cisjordanie pourraient constituer des crimes de guerre et elle a demandé à Israël de libérer les prisonniers palestiniens.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.