Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

« Place des Otages », les organisateurs du rassemblement répondent aux critiques sur les concessions faites au Hamas

Des milliers de manifestants joints aux familles des otages pour réclamer la libération immédiate de ceux qui sont encore retenus en captivité à Gaza, à Tel Aviv, le 3 février 2024. (Crédit : Adar Eyal)
Des milliers de manifestants joints aux familles des otages pour réclamer la libération immédiate de ceux qui sont encore retenus en captivité à Gaza, à Tel Aviv, le 3 février 2024. (Crédit : Adar Eyal)

Les organisateurs du rassemblement hebdomadaire pour la libération des otages à Gaza s’opposent aux critiques qui mettent en garde contre ce qu’ils considèrent comme des concessions excessives dans les négociations avec le groupe terroriste palestinien du Hamas pour la libération des otages.

« Il y a des pourparlers à Paris et nous entendons des critiques, au cours des dix derniers jours, sur le cadre d’un accord possible », déclare Sivan Cohen Saban, co-fondatrice du Forum des familles des otages et disparus, aux milliers de personnes rassemblées « Place des Otages » à Tel Aviv.

Pour contrer ces arguments, le Forum des familles des otages et disparus a compilé une vidéo d’anciens responsables de l’establishment de la Défense qui préconisent de donner la priorité à la libération des otages.

La compilation, diffusée sur un écran géant sur la « Place des Otages », comprend l’ancien chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Ben, Yuval Diskin, qui déclare : « Je soutiens la libération de tous les prisonniers [pour la libération des otages] » ; son successeur Dov Argaman, que l’on voit qualifier la récupération des otages de « mission prioritaire » ; et l’ancien ministre de la Défense Shaul Mofaz, qui dit « qu’il n’y a pas de victoire sans [le retour] des otages ».

La coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu risque d’être renversée si le gouvernement va de l’avant avec une offre d’accord qui, selon les rumeurs, comprendrait la libération de milliers de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël, selon les menaces proférées la semaine dernière par le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, un nationaliste d’extrême-droite.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.