Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Un leader des manifestations fustige la décision de maintenir les congés de la Knesset : « Un otage meurt tous les trois jours »

Des manifestants appelant le Premier ministre Benjamin Netanyahu à démissionner lors d'une manifestation devant la Knesset, à Jérusalem, le 31 mars 2024. (Crédit : Moshe Schiff/Mouvement de protestation pour la démocratie)
Des manifestants appelant le Premier ministre Benjamin Netanyahu à démissionner lors d'une manifestation devant la Knesset, à Jérusalem, le 31 mars 2024. (Crédit : Moshe Schiff/Mouvement de protestation pour la démocratie)

Le gouvernement du Premier ministre Benjamin ne représente pas le public israélien, a affirmé Moshe Radman, l’un des leaders du mouvement de protestation massif qui mobilise actuellement de nombreux Israéliens, en marge d’un rassemblement massif des opposants au gouvernement à Jérusalem, demandant à la Knesset de reporter ses congés.

« Tout le monde est là aujourd’hui. Les Frères d’armes, le groupe Kaplan Force, tout le monde », a-t-il dit, énumérant des organisations variées de protestation.

« Nous serons là jusqu’à mercredi, et en commençant dès maintenant. Avant tout, nous voulons des élections parce que nous pensons que ce gouvernement ne représente pas le public et ensuite, nous le pensons tous, ce n’est pas le bon moment de prendre des congés alors qu’aujourd’hui, il y a encore des otages », a-t-il dit.

La semaine dernière, la Commission de la Knesset a approuvé un congé de six semaines malgré les objections féroces de partis de l’opposition et de la coalition. Des vacances qui devraient avoir lieu du 7 avril au 19 mai.

« Un otage meurt tous les trois jours. Ils seront en congé pendant 42 jours. Ce qui signifie que 14 otages vont mourir », a continué Radman au début de ce qui devrait être un événement de quatre jours entrant dans le cadre des manifestations qui agitent la capitale israélienne.

Moshe Radman, l’un des leaders du mouvement de protestation et la députée d’Avoda Naama Lazimi, le 31 mars 2024. (Crédit : Sam Sokol/Times of Israel)

Les organisateurs de ces rassemblements appellent le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son gouvernement à démissionner, réclamant des élections anticipées et la mise en place d’un accord sur les otages qui permettrait aux 130 captifs qui se trouvent encore actuellement dans les geôles du Hamas de recouvrer la liberté.

Les manifestations se dérouleront majoritairement devant la Knesset mais elles auront aussi lieu dans d’autres endroits symboliques et notamment à proximité de la résidence de Netanyahu, à Jérusalem.

Dimanche dans la matinée, le quotidien Haaretz a fait savoir que Radman avait confié à un petit groupe d’abonnés, sur les réseaux sociaux, que l’objectif poursuivi par ces mouvements de protestation à Jérusalem était « de créer un événement important qui fera avancer les choses » et poussera le gouvernement à organiser des élections avant la Journée de l’Indépendance, du 13 au 14 mai 2024.

Alors qu’il lui était demandé si ces manifestations étaient susceptibles de faire changer d’avis Netanyahu sur un certain nombre de problématiques, Radman a déclaré au Times of Israel que le Premier ministre « n’est pas capable d’écouter parce qu’il est au beau milieu de sa lutte visant à garantir sa survie politique et la préservation de son leadership, mais j’espère que les gens, au sein de la coalition, nous entendront et qu’ils comprendront que le seul moyen qui permettra à Israël de guérir de cette catastrophe, ce sont de nouvelles élections ».

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.