Rechercher

Orel Zavit qui a tué Yuri Podovni pour une place de parking inculpé d’homicide involontaire

"il reste un différend quant à savoir si oui ou non lorsqu'il a appuyé sur la gâchette, son intention était de le tuer," a déclaré le juge ; La famille de la victime a dénoncé le jugement

Orel Zavit, accusé du meurtre de Yuri Podovni à Holon le 14 février 2019, à son arrivée pour une audience au tribunal de district de Tel Aviv, le 7 mars 2019. (Crédit : Flash90)
Orel Zavit, accusé du meurtre de Yuri Podovni à Holon le 14 février 2019, à son arrivée pour une audience au tribunal de district de Tel Aviv, le 7 mars 2019. (Crédit : Flash90)

Le tribunal de district de Tel Aviv a acquitté Orel Zavit, 26 ans, du meurtre d’un homme qu’il avait tué lors d’une dispute pour une place de stationnement en 2019, le déclarant coupable dimanche d’homicide involontaire.

La famille de la victime, Yuri Podovni 43 ans, a dénoncé le jugement comme étant « une honte ».

Zavit a également été acquitté de la tentative de meurtre, mais reconnu coupable de voies de fait graves et de possession d’une arme à feu.

Le juge Raanan Ben Yossef, qui dirigeait le panel de trois juges, a déclaré que si « il n’y a aucun doute que l’accusé a causé la mort de Podovni », il reste un différend quant à savoir si oui ou non « lorsqu’il a appuyé sur la gâchette, son intention était de le tuer ».

Les juges ont déclaré que les images des caméras de sécurité montraient « clairement » ce qui s’était passé et étaient, par conséquent, plus fiables que les témoins oculaires.

« Une violente bagarre » a éclaté entre les personnes impliquées, au cours de laquelle « le défunt s’est approché des membres de la famille de l’accusé de manière agressive et l’accusé a sorti son arme et tiré. »

Zavit a continué à battre Podovni même après lui avoir tiré dessus.

La police inspectant la scène où un homme a été tué par balle à Holon, le 14 février 2019. (Crédit : Flash90)

Zavit a été inculpé d’homicide involontaire avant qu’une réforme de 2019 ne retire ce crime des lois sur les homicides, qui comptent actuellement cinq degrés, allant de l’homicide par négligence au meurtre aggravé.

Les procureurs avaient demandé le deuxième degré le plus élevé, celui de meurtre, tandis que la défense demandait une condamnation pour homicide par négligence.

Lors du procès, Zavit a affirmé qu’il pensait que les membres de sa famille étaient en danger de mort.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.