Holon : un père et son fils suspectés de meurtre pour une place de parking
Rechercher

Holon : un père et son fils suspectés de meurtre pour une place de parking

Les deux hommes sont en détention pour le meurtre de Yuri Podovni, âgé de 43 ans

La police inspecte la scène où un homme a été abattu à Holon, le 14 février 2019 (Flash 90)
La police inspecte la scène où un homme a été abattu à Holon, le 14 février 2019 (Flash 90)

Un père et son fils ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir assassiné Yuri Podovni, âgé de 43 ans, pour une place de parking. Le meurtre s’est produit jeudi, dans la ville du centre du pays de Holon.

Les deux hommes ont rapidement été arrêtés. Vendredi, le Tribunal de Tel Aviv a prolongé de 10 jours leur détention.

Ils se seraient disputés avec Yuri Podovni au sujet d’une place de parking dans la zone industrielle de la ville. Les hommes en sont venus aux mains, Yuri Podovni a ensuite été abattu.

Il travaillait dans un entrepôt à proximité et laisse derrière lui une femme et trois filles.

Christina, une des filles de la victime, a déclaré au site d’information Ynet : « Ce n’était pas le genre de mon père de se battre, certainement pas pour un place de parking. Tout le monde l’aimait, il avait beaucoup d’amis, tous ses clients le remerciaient toujours pour son service incroyable. »

« Nous pensons qu’il y a eu une dispute, et que papa est intervenu pour séparer les gens, parce qu’il essayait toujours d’aider les autres. Peut-être qu’il est intervenu pour protéger quelqu’un qui était en danger. Et on lui a tiré dessus ».

Ortal Machlof, un témoin des événements, a expliqué qu’elle était sortie fumer une cigarette quand elle a entendu des cris et une dispute. « J’ai entendu trois coups de feu, » a-t-elle dit au journal Haaretz. « J’ai vu le meurtrier et deux autres personnes s’enfuir en courant ». L’une des personnes qui a pris la fuite avait un pistolet, a-t-elle précisé.

Jeudi, des secouristes de Magen David Adom ont retrouvé la victime inconsciente et tenté de la réanimer, avant de prononcer sa mort sur place peu après.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...