Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Rassemblement à Paris contre le « silence » sur les crimes sexuels du Hamas

"J'accuse UN Women de refuser de dénoncer et 'Nous toutes' d'avoir mis plus d'un mois", a déclaré Mélanie Pauli-Geysse, de Rape is Rape

La marche contre les violences faites aux femmes, à Paris, le 25 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt/AFP)
La marche contre les violences faites aux femmes, à Paris, le 25 novembre 2023. (Crédit : Geoffroy Van der Hasselt/AFP)

Une cinquantaine de femmes se sont rassemblées vendredi à Paris pour « dénoncer le silence des organisations internationales et féministes » sur les informations faisant état de crimes sexuels commis contre des Israéliennes par le Hamas lors de l’attaque sanglante du 7 octobre.

« J’accuse UN Women de refuser de dénoncer clairement les viols et sévices sexuels du 7 octobre. J’accuse l’association [féministe française] ‘Nous toutes’ d’avoir mis plus d’un mois » pour les dénoncer, a énuméré Mélanie Pauli-Geysse, du collectif Rape is Rape.

« Nous demandons qu’ils soient reconnus comme crimes de guerre et crimes contre l’humanité, conformément au droit international, et que des enquêtes soient ouvertes par les institutions internationales », a-t-elle déclaré lors de ce rassemblement organisé devant le siège de l’UNESCO.

Arborant des pancartes proclamant « Imaginez qu’on appelle votre violeur un combattant de la liberté » ou « Non au féminisme sélectif », les manifestantes portaient des joggings tachés de peinture rouge à l’entrejambe, pour rappeler les victimes.

Ce rassemblement fait écho aux vifs reproches adressés en France par des militantes aux associations féministes accusées de passer sous silence les informations et témoignages faisant état de viols commis par des hommes du Hamas le 7 octobre.

Ces reproches ont gagné en vigueur samedi à Paris lors de la grande marche contre les violences faites aux femmes, où des pancartes « Metoo unless you are a Jew » (« Metoo à moins que vous ne soyez juive ») ou « Féministes, votre silence vous rend complices » ont, entre autres, été brandies.

Dans un communiqué du 27 novembre, le collectif Nous toutes et d’autres associations françaises avaient assuré condamner « sans ambiguïté les crimes sexuels et sexistes, viols et féminicides commis par le Hamas » tout en déplorant une « instrumentalisation » de leur combat.

Mi-novembre, la police israélienne avait indiqué enquêter sur des violences sexuelles, dont des viols et mutilations, soupçonnées d’avoir été commises sur des femmes par des terroristes du Hamas le 7 octobre, une investigation qui devrait être longue et délicate.

À VOIR : Face au besoin urgent d’identifier les corps, les preuves des viols du 7 octobre disparaissent

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.