Tenant tête à Netanyahu, Gideon Saar se dit prêt à être Premier ministre
Rechercher
Interview

Tenant tête à Netanyahu, Gideon Saar se dit prêt à être Premier ministre

En lançant le premier défi sérieux au Premier ministre du Likud depuis 14 ans, l'ancien ministre populaire dit qu'Israël doit changer de cap et qu'il est l'homme de la situation

Gideon Saar, membre Likud du Parlement, avec des partisans du Likud lors d'un événement à Hod Hasharon, le 25 novembre 2019. (Yossi Zeliger/Flash90)
Gideon Saar, membre Likud du Parlement, avec des partisans du Likud lors d'un événement à Hod Hasharon, le 25 novembre 2019. (Yossi Zeliger/Flash90)

En septembre 2014, Gideon Saar, ministre de l’Intérieur de l’époque et deuxième homme le plus puissant du Likud, a brusquement quitté la politique.

Le cadre de son annonce a été soigneusement choisi : un toast du Nouvel An pour ses partisans, qui a attiré plus de 1 000 personnes dans une salle de réception à Kfar Maccabiah, un fief du Likud.

Sa déclaration était brutale. « Après avoir envisagé, pensé, beaucoup consulté et sérieusement réfléchi, j’ai décidé de faire une pause dans ma vie politique », avait-il dit à la foule dans un silence soudain et stupéfait. « Aujourd’hui, je veux profiter d’un peu plus d’intimité, de calme et de liberté. Je pense que c’est la bonne chose pour moi, et pour ceux que j’aime… À la veille d’une nouvelle année, j’ai l’intention de partir sur une nouvelle voie. »

Mais, dans son discours de démission d’une demi-heure, Saar a donné plus que quelques indices que sa retraite ne serait probablement pas permanente, ainsi qu’une critique implicite et mordante du Premier ministre Benjamin Netanyahu, dont la relation autrefois chaleureuse avec Saar avait perdu de son intensité.

« Le peuple se débat. Le coût de la vie, le prix du logement. Nous ne devons pas nuire à l’éducation ; nous ne devons pas nuire à l’aide sociale ; nous ne devons pas nuire à la santé ; nous ne devons pas nuire aux parties les plus faibles de la société… Les gens nous ont donné leur confiance à maintes reprises. Nous ne devons pas les décevoir », a-t-il déclaré avec insistance.

Le ministre de l’Intérieur Gideon Saar tenant une conférence de presse pour annoncer son départ du cabinet et de la Knesset afin de marquer une pause dans sa carrière politique, le 17 septembre 2014. (Crédit : Flash90)

Saar, en effet, n’a pas déçu ses partisans. Mais il faudra attendre plus de deux ans avant qu’il ne dise à son équipe qu’“il faut commencer à travailler sur le come-back”, et cinq années entières jusqu’à ce qu’il annonce, il y a deux mois, qu’il était « prêt » à défier Netanyahu pour diriger à la fois le parti Likud et le pays.

Il est vrai que je n’ai jamais été Premier ministre, mais je me sens prêt, grâce à ma vaste expérience politique, étatique, parlementaire et ministérielle, à être candidat au poste de Premier ministre

S’adressant au Times of Israel lundi, qui se trouvait être le jour de son 53e anniversaire, Saar a déclaré qu’il avait pensé à la possibilité de devenir Premier ministre pendant « de nombreuses années », mais c’est seulement pendant sa pause dans la vie politique qu’il a finalement pris la décision de poursuivre pleinement le haut poste politique israélien.

« Il y a une différence entre vouloir quelque chose et quand il faut l’avoir. Vouloir quelque chose ne suffit pas. Il faut être motivé », a-t-il dit, en choisissant soigneusement ses mots, à propos du rêve de devenir Premier ministre.

Et, selon M. Saar, il a la capacité et l’expérience nécessaires pour réussir dans son travail, et pas seulement la volonté.

« J’ai une très riche expérience à différents postes de décision. J’ai dirigé les ministères les plus grands et les plus complexes du gouvernement. Il n’y a aucune commission dont je n’ai pas fait partie. Je n’ai pas seulement une expérience ministérielle, j’ai aussi une riche expérience parlementaire. J’ai promu des réformes, j’ai mis en place des coalitions, j’ai fait tomber des gouvernements », a-t-il dit. « Il est vrai que je n’ai jamais été Premier ministre, mais je me sens prêt, grâce à ma vaste expérience politique, étatique, parlementaire et ministérielle, à être candidat au poste de Premier ministre. »

Le nom de Saar a peu fait la une des journaux en dehors d’Israël. Son intérêt pour les affaires intérieures – il a été ministre de l’Education et de l’Intérieur – et son aversion pour le populisme démesuré ont fait de lui un personnage peu attrayant pour la presse étrangère.

Au sein du Likud, cependant, sa cote de popularité n’a cessé de grimper au cours des deux dernières décennies.

Ancien avocat et journaliste, il a été introduit en politique pour la première fois en 1999 par Netanyahu, qui en a fait son secrétaire de cabinet lors de son premier mandat, et a été élu à la Knesset en 2003. Après avoir remporté les primaires du Likud pour sa liste électorale aux élections de 2009 et donc s’être placé derrière Netanyahu (un exploit répété quatre ans plus tard aux primaires pour les élections de 2013), et après la victoire de Netanyahu au scrutin national, il a été nommé ministre, restant dans le cabinet jusqu’à sa démission en 2014.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de l’Éducation Gideon Saar (à gauche) assistent à une cérémonie de remise des prix organisée par la Fondation Trump, au bureau de Netanyahu à Jérusalem, le 25 décembre 2012. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Alors que de nombreux membres du parti ont salué le récent retour de Saar à la politique, Netanyahu l’a rejeté, affirmant publiquement que son ancien protégé avait l’intention de lui « voler » le poste de Premier ministre et faisant activement campagne contre lui lors des primaires du parti qui ont précédé les élections d’avril. Dimanche, il a été hué par les partisans de Netanyahu lors d’une réunion de la commission électorale centrale du Likud et les chahuteurs ont interrompu son discours en criant « Bibi, Bibi » – le surnom du Premier ministre.

Saar a dit qu’il n’était pas surpris, ni particulièrement dérangé.

« Avant même que je fasse une pause dans ma vie politique en 2014 et encore plus après mon retour en 2017, ils ont essayé de me faire du mal et de me délégitimer – publiquement aussi, pas seulement dans les coulisses. Cela inclut le Premier ministre lui-même, le fils du Premier ministre, ceux qui lui sont proches, l’appareil [du parti]. C’est comme ça qu’ils fonctionnent », a-t-il dit de manière laconique.

« Quand on est sûr de soi, que son chemin est clair et qu’on sait qu’il y aura des défis à relever… il est possible – mais non sans difficulté – de les relever », a dit M. Saar. « Il est très difficile d’atteindre le leadership sans une forme de confrontation. »

Flanqué d’un énorme drapeau israélien et d’une photo du dirigeant révisionniste Zeev Jabotinsky dans son bureau de la Knesset, Saar a déclaré qu’il se présentait pour faire revivre la « tradition démocratique » du Likud, qu’il juge menacée.

Je crois qu’il faut un changement, qu’il faut un tournant pour sortir le pays de cette impasse et pour former un gouvernement et aussi pour unir le peuple d’Israël, c’est peut-être la chose la plus importante aujourd’hui

Après avoir gardé le silence pendant les deux dernières années, alors même que les attaques contre lui se multipliaient, Saar a attendu soigneusement le moment opportun pour lancer son défi à Netanyahu. Se gardant de critiquer les problèmes juridiques du Premier ministre, malgré le fait qu’il risque d’être mis en accusation dans trois affaires criminelles, Saar soutient plutôt que l’incapacité de Netanyahu à gagner les deux dernières élections prouve que le parti a besoin de sang neuf à sa tête.

« L’Assemblée législative a clairement dit qu’il peut continuer à servir sous mise en accusation », a dit M. Saar au sujet de M. Netanyahu, essayant d’éviter de répondre aux allégations spécifiques contre le Premier ministre lorsqu’on lui a demandé pourquoi il le visait pour ne pas avoir constitué un gouvernement et pas pour ses délits supposément mineurs.

Après que le procureur général Avichai Mandelblit eut annoncé les actes d’accusation contre Netanyahu dans les trois affaires de corruption, le Premier ministre a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a accusé les procureurs de chercher à l’évincer du pouvoir par de fausses accusations dans une « tentative de coup d’Etat ». Il a affirmé que l’enquête avait été entachée de diverses irrégularités et a accusé les autorités chargées de l’application de la loi d’une « application sélective » à son encontre.

« Enquêter sur les enquêteurs », a-t-il exigé.

Des partisans du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d’un rassemblement tenu sous la bannière « protestation contre le coup d’Etat » à Tel Aviv, le 26 novembre 2019. (Jack Guez/AFP)

Ses alliés politiques ont vite repris le refrain, mais Saar, devenant le premier député Likud à le faire, a critiqué Netanyahu pour le ton de sa réponse, disant : « Ce n’est pas une tentative de coup d’Etat. Ce n’est pas exact… Il est irresponsable de faire cette affirmation. Cela nuit à l’approche étatique du Likud. »

Pressé lundi de dire s’il croyait l’affirmation du Premier ministre selon laquelle l’enquête menée contre lui a été faussée par une justice de gauche anti-démocratique, Saar s’est moqué à la fois des allégations de mauvais traitements de Netanyahu et de ses critiques.

Je pense qu’il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’organes du pouvoir exécutif. Le Premier ministre est le chef du pouvoir exécutif. En tant que parti au pouvoir, nous avons la responsabilité de corriger le pouvoir exécutif et notre correction ne devrait pas se faire par des manifestations, mais par des réformes que nous estimons nécessaires

« C’est mon programme depuis de nombreuses années. Cela n’a jamais été l’ordre du jour de Netanyahu. Il est en train de le découvrir. Je le respecte, mais je parle de choses plus importantes. Disons les choses comme ça : Je connais des doutes bien pires que ceux de Netanyahu. Je parle de questions fondamentales [dans le ministère public] qui doivent être corrigées », a-t-il dit.

En ce qui concerne ces problèmes systémiques présumés, M. Saar a déclaré que l’approche devrait être de « réparer et non de détruire » le système.

« Je pense qu’il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’armes du pouvoir exécutif. Le Premier ministre est le chef du pouvoir exécutif. En tant que parti au pouvoir, nous avons la responsabilité de corriger le pouvoir exécutif et notre correction ne devrait pas se faire en organisant des manifestations, mais en promulguant des réformes que nous estimons nécessaires », a-t-il dit, faisant allusion aux récentes protestations de militants pro-Netanyahu contre les poursuites engagées par l’État.

« J’ai de très vives critiques à l’égard de certains éléments des forces de l’ordre… mais je veux les corriger et la façon de le faire est de les corriger à la manière d’un homme d’État », a-t-il dit.

Lorsqu’on lui a demandé s’il voterait en faveur d’une demande, si elle était présentée par Netanyahu, pour obtenir l’immunité parlementaire et ne pas être jugé, Saar est resté prudent, disant qu’il était inapproprié de prendre une décision avant que les deux parties ne soient entendues.

Selon Saar, la nécessité d’un nouveau dirigeant au Likud, et même d’un nouveau Premier ministre, ne découle pas des inculpations, mais « parce que le pays est simplement bloqué. Il est bloqué depuis un an. Si nous allons aux élections, cela va continuer, disons, pour au moins six mois de plus. Nous payons un lourd tribut économique, les citoyens d’Israël paient un lourd tribut », a dit M. Saar avant d’ajouter une critique tacite de la campagne de Netanyahu qui est souvent source de division. « Les divisions dans la société s’élargissent et s’élargiront au cours d’une élection. Cela m’inquiète encore plus que les dommages économiques ».

« Je crois qu’il doit y avoir un changement, qu’il doit y avoir un tournant pour sortir le pays de cette impasse – pour que nous puissions former un gouvernement et aussi pour que nous puissions unir le peuple d’Israël. C’est peut-être la chose la plus importante aujourd’hui », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...