Un carnaval belge imprime des caricatures antisémites pour les participants
Rechercher

Un carnaval belge imprime des caricatures antisémites pour les participants

Le carnaval d'Alost a déjà fait scandale avec un char antisémite et l'UNESCO envisage de retirer l'événement de sa liste

Une caricature d'un Juif orthodoxe distribuée par les organisateurs avant le carnaval 2020 Aalst. (Crédit : FJO via JTA)
Une caricature d'un Juif orthodoxe distribuée par les organisateurs avant le carnaval 2020 Aalst. (Crédit : FJO via JTA)

JTA — Les organisateurs d’un carnaval en Belgique, qui plus tôt cette année avait provoqué un scandale international à cause de la présence d’un char antisémite, ont publié 150 caricatures se moquant des Juifs avant l’événement de 2020.

Les caricatures, certaines représentant des Juifs orthodoxes avec des nez rouges croches et des dents en or, ont été peintes sur des rubans à l’intention des participants d’un événement annuel, qui a été ajouté en 2010 à la Liste représentante de l’Héritage culturel intangible de l’humanité de l’UNESCO.

Les condamnations en mars pour la parade de cette année sont venues de groupes juifs, mais aussi de l’UNESCO, qui ont critiqué la présence d’un char avec des marionnettes juives orthodoxes tenant de l’argent avec de grands sourires. L’un d’eux avait un rat sur son épaule. Les participants ont dansé sur une musique composée par les organisateurs, qui ont déclaré que le char était une protestation contre l’augmentation du coût de la vie.

Le dessinateur des caricatures de 2020 a déclaré au quotidien Het Laatste Nieuws que les dessins visent la critique de l’année dernière du char par l’UNESCO et « ne sont pas contre les Juifs ». Il n’a pas été cité.

Le char du carnaval d’Alost en Belgique représentant des caricatures de Juifs orthodoxes assis sur des sacs d’argent, le 3 mars 2019. (Crédit : FJO, via JTA)

Une caricature montre un juif orthodoxe roux avec des dents en or et la légende : « UNESCO, quelle blague ».

Hans Knoop, un porte-parole du Forum des Organisations juives de la région flamande belge, a qualifié les caricatures de « pure provocation » et une « manifestation de l’antisémitisme ».

A lire : En Belgique, les leaders juifs craignent que l’antisémitisme soit devenu casher

Christoph D’Haese, le maire d’Alost, et les organisateurs ont rejeté les critiques concernant le char de mars, déclarant qu’il reflétait l’esprit d’irrévérence de l’événement.

L’UNESCO envisage actuellement de retirer l’événement de sa liste, à cause du char.

En 2013, un groupe avait dessiné pour le carnaval Alost un char ressemblant à un wagon de train Nazi utilisé pour transporter les Juifs vers les camps de la mort.

Une affiche sur le wagon montrait des politiciens belges flamands déguisés en Nazis et tenant des bonbonnes présentées comme contenant du Zyklon B, le poison utilisé par les Nazis pour exterminer les Juifs dans les chambres à gaz pendant la Shoah. L’UNESCO avait condamné le char.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...