Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Un ex-otage thaïlandais évoque la maltraitance infligée aux Israéliens par le Hamas

Un travailleur étranger affirme que les Israéliens qui étaient avec lui ont été traités plus durement que les autres ; tous étaient gravement sous-alimentés

Des ressortissants thaïlandais libérés par le Hamas s'étreignant dans un hôpital israélien, sur une photo diffusée par le gouvernement thaïlandais en date du 27 novembre 2023. (Autorisation)
Des ressortissants thaïlandais libérés par le Hamas s'étreignant dans un hôpital israélien, sur une photo diffusée par le gouvernement thaïlandais en date du 27 novembre 2023. (Autorisation)

Un travailleur étranger thaïlandais qui a été libéré des geôles du Hamas ces derniers jours a expliqué que les otages israéliens avec lesquels il était détenu ont été battus par leurs ravisseurs, notamment avec des câbles électriques.

Selon un reportage de la Douzième chaîne diffusé mercredi, le ressortissant thaïlandais, qui n’a pas été nommé, a indiqué à Tsahal ses expériences pendant sa captivité et a déclaré que les Israéliens étaient traités encore plus durement que les ressortissants étrangers avec lesquels ils étaient détenus.

« J’étais avec des Israéliens, et il y avait des gardes en permanence. Les Juifs qui étaient avec moi étaient traités plus durement. Parfois, ils étaient battus avec des câbles électriques. » Il ne semblait pas faire référence à des câbles électriques sous tension.

« L’enceinte dans laquelle nous nous trouvions était assez grande. Je faisais des allers-retours en comptant les pas pour passer le temps », aurait-il répondu concernant ses conditions de détention.

Il a ajouté qu’il y avait peu de nourriture pour les otages.

« Une pita par jour. Parfois, il y avait des boîtes de thon que nous partagions à quatre », a-t-il précisé. « Parfois, il y avait un morceau de fromage. Une fois, ils nous ont laissé prendre une douche. »

Un véhicule de la Croix Rouge transportant des otages libérés se rendant au poste-frontière de Rafah avec l’Égypte, dans la bande de Gaza, le 28 novembre. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Avant la guerre, un peu moins de 30 000 ouvriers agricoles étrangers – pour la plupart originaires de Thaïlande – travaillaient en Israël, dont quelque 5 000 dans des fermes proches de la bande de Gaza, où sont produits 75 % des légumes du pays.

Lors de l’assaut du 7 octobre dans le sud d’Israël, des milliers de terroristes du Hamas ont tué 1 200 personnes, parmi lesquelles 39 travailleurs thaïlandais, et se sont emparés de plus de 240 otages, dont 32 Thaïlandais.

Parmi les Thaïlandais pris en otage, 23 ont été libérés depuis vendredi, indépendamment d’une trêve négociée par le Qatar entre Israël et le Hamas qui a permis la libération de 73 otages israéliens depuis mercredi. Israël a libéré 210 prisonniers palestiniennes – femmes et mineurs de sexe masculin – incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël.

Les détails partagés par l’otage thaïlandais et rapportés par la Douzième chaîne mercredi semblent correspondre aux témoignages de mauvais traitements infligés par le Hamas aux otages détenus à Gaza.

Mercredi, la Pr. Ronit Lubetzky, cheffe du département de pédiatrie, a expliqué que les enfants ont perdu de 10 à 17 % de leur masse corporelle au cours de leur captivité de plus de 50 jours.

Contrairement aux otages israéliens qui ont été libérés ces derniers jours, la libération des ressortissants thaïlandais ne s’est pas faite en échange de prisonniers palestiniens détenus en Israël. Neuf d’entre eux seraient encore détenus par le Hamas.

Mardi, le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen et son homologue thaïlandais Parnpree Bahiddha-Nukara ont rendu visite à 17 otages thaïlandais libérés à l’hôpital Shamir, où ils ont été soignés à leur libération.

Cohen a déclaré qu’ils avaient reçu « le traitement le plus dévoué » et qu’ils auraient droit aux mêmes prestations sociales que tous les autres otages israéliens. Cohen a exprimé l’espoir que les autres ressortissants thaïlandais encore retenus en captivité par le Hamas seraient libérés dans un avenir proche.

Les ministres des Affaires étrangères israélien et thaïlandais, Eli Cohen et Parnpree Bahiddha-Nukara, rendant visite aux travailleurs thaïlandais libérés, à l’hôpital Shamir, en Israël. (Crédit : Gideon Sharon/Ministère des Affaires étrangères)

« Israël s’engage à ramener tous les otages, Israéliens comme étrangers », a déclaré Cohen, et a décrit les relations israélo-thaïlandaises comme une « véritable amitié. »

Renée Ghert-Zand et Jeremy Sharon ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.