Rechercher

Une Israélienne roulée par ‘l’escroc de Tinder’, même après avoir vu le documentaire

Iren Tranov confie comment Shimon Hayut – dont l’escroquerie aux petites amies a fait l'objet d'un documentaire Netflix – lui a volé 130 000 dollars

Iren Tranov s'exprime sur l'antenne de la Treizième chaine, le 18 novembre 2022. (Capture d’écran : la Treizième chaine ; utilisée conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)
Iren Tranov s'exprime sur l'antenne de la Treizième chaine, le 18 novembre 2022. (Capture d’écran : la Treizième chaine ; utilisée conformément à l’article 27a de la Loi sur les droits d’auteur)

Vendredi dernier, une jeune femme israélienne s’est présentée, dans une interview télévisée, comme la dernière victime en date de l’escroc israélien Shimon Hayut, plus connu sous le nom de « The Tinder Swindler » (L’arnaqueur de Tinder), en dépit de la diffusion d’un documentaire sur Netflix, cette année, mettant en lumière ses agissements pour escroquer ses petites amies.

Agée de 25 ans et originaire de la ville d’Ofakim, dans le sud du pays, Iren Tranov a déclaré à la Treizième chaîne qu’elle avait effectivement vu le documentaire, mais que lorsque Hayut l’avait contactée, il l’avait convaincue que ces accusations étaient mensongères.

« Il a évoqué avec moi toutes les femmes qui s’étaient plaintes : il m’a assuré qu’elles mentaient toutes et que, lui, disait la vérité », confie-t-elle à la chaîne.

« Il n’a rien d’un criminel à la recherche d’une victime. »

Tranov explique avoir confié à Hayut son intention de remplacer sa voiture.

« Il m’a dit ‘Je vais t’aider, on va la commander : je vais te trouver une voiture à un meilleur prix parce que je suis ton petit ami’ », explique-t-elle à la chaîne.

Toujours selon la Treizième chaîne, Hayut aurait dit à Tranov être associé dans une société d’importation de véhicules, capable de commander une voiture de luxe BMW flambant neuve à un prix bien inférieur à ceux du marché.

A ce moment, Hayut demande à Tranov de lui transférer des fonds, lui expliquant au passage comment contracter plusieurs prêts auprès de divers établissements de crédit, conformément à la tactique déjà détaillée par le documentaire Netflix.

Le documentaire « Tinder Swindler », qui relate l’histoire vraie de l’escroc israélien Shimon Hayut, est disponible sur Netflix. (Credit: autorisation Netflix)

Tranov explique avoir transféré une somme d’environ 450 000 shekels à Hayut en plusieurs fois, et s’être vue remettre un véhicule dans l’intervalle. Hayut disait faire le nécessaire pour obtenir la voiture de ses rêves.

Le véhicule avait en fait été mis en fourrière et appartenait déjà à quelqu’un, explique la Treizième chaîne.

« Le véhicule n’est pas à mon nom, et je n’ai plus d’argent », explique Tranov.

Tranov assure avoir exigé de Hayut qu’il lui rende son argent, sans succès. Finalement, il lui remet un chèque de 450 000 shekels, mais un nouveau rebondissement surgit quelques jours plus tard. Le chèque est signé par une autre femme, sans doute une autre victime de Hayut.

Miri Friedman, l’avocate de la deuxième victime, explique que les deux histoires sont « similaires ».

« Il a rencontré [la deuxième femme] sur les réseaux sociaux. Au bout de six mois, il lui demande un chèque en dépôt en lui disant : « Je ne l’encaisserai pas, ne t’inquiète pas. » Elle lui remet le chèque, qu’il dépose sur le compte [de Tranov] », explique Friedman.

« Je pensais que le seul problème était que la voiture n’était pas à mon nom », confie Tranov.

« Quand j’ai compris l’histoire du chèque, j’ai réalisé que cela allait bien au-delà. »

Elle assure que Hayut a alors commencé à la menacer à propos de la voiture, qu’elle avait toujours. Lors d’une audience sur une autre affaire contre lui, Hayut a affirmé que Tranov avait volé le véhicule.

« Il savait qu’il ruinait ma vie », dit-elle.

Le présumé « Escroc Tinder », (au centre), un Israélien décrit dans les journaux comme étant Shimon Hayut, 28 ans, est expulsé de la ville d’Athènes, en Grèce, le 1er juillet 2019. (Tore KRISTIANSEN/various sources/AFP)

Hayut, dont on sait désormais qu’il n’est autre que le fils du grand rabbin de la compagnie aérienne El Al, Yohanan Hayut, est le protagoniste d’un documentaire de près de deux heures réalisé par Felicity Morris, qui raconte l’histoire de plusieurs femmes qu’il a escroquées, amoureusement et financièrement.

L’escroc se présentait sous les traits de Simon Leviev, et prétendait être le fils du magnat israélien russe du diamant Lev Leviev.

Hayut rencontrait des femmes scandinaves sur Tinder, leur faisait croire qu’il était le fils du richissime Leviev et commençait des relations à distance avec elles, pour finir par leur extorquer de grosses sommes d’argent.

Le documentaire se termine avant le procès et la condamnation de Hayut, extradé en Israël en 2017 pour y être inculpé et condamné, mais qui a pris une fausse identité et a quitté le pays.

Déclaré fugitif par les autorités israéliennes, il a de nouveau été extradé en 2019, condamné à 15 mois de prison en 2019. Il a été libéré au bout de cinq mois. Il avait déjà passé deux ans et demi dans une prison finlandaise, coupable d’avoir escroqué trois femmes.

En avril, les autorités espagnoles ont fait savoir que Hayut était recherché en Espagne pour un incident survenu en 2019 au cours duquel il aurait présenté un permis de conduire israélien falsifié lors d’un contrôle de police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...