Violences au Capitole: les réactions internationales
Rechercher

Violences au Capitole: les réactions internationales

Les violences et l'irruption de manifestants pro-Trump au Capitole, ont été condamnées par les dirigeants mondiaux, qui ont dénoncé une "attaque contre la démocratie"

  • La police retient les partisans de Trump qui ont tenté de franchir une barrière policière, le 6 janvier 2021, au Capitole à Washington. (Crédit : AP Photo/Julio Cortez)
    La police retient les partisans de Trump qui ont tenté de franchir une barrière policière, le 6 janvier 2021, au Capitole à Washington. (Crédit : AP Photo/Julio Cortez)
  • Un manifestant assis dans la salle du Sénat le 6 janvier 2021 à Washington, DC. Le Congrès a tenu une session conjointe aujourd'hui pour ratifier la victoire du Collège électoral 306-232 du Président élu Joe Biden sur le Président Donald Trump. Les manifestants pro-Trump ont pris d'assaut le Capitole américain après les manifestations de masse dans la capitale du pays. (Crédit : Gagner McNamee/Getty Images/AFP)
    Un manifestant assis dans la salle du Sénat le 6 janvier 2021 à Washington, DC. Le Congrès a tenu une session conjointe aujourd'hui pour ratifier la victoire du Collège électoral 306-232 du Président élu Joe Biden sur le Président Donald Trump. Les manifestants pro-Trump ont pris d'assaut le Capitole américain après les manifestations de masse dans la capitale du pays. (Crédit : Gagner McNamee/Getty Images/AFP)
  • Des partisans de Trump tentent de franchir une barrière policière, le 6 janvier 2021, au Capitole de Washington. Alors que le Congrès s'apprête à affirmer la victoire du président élu Joe Biden, des milliers de personnes se sont rassemblées pour montrer leur soutien au président Donald Trump et à ses accusations de fraude électorale (Crédit : AP Photo/John Minchillo).
    Des partisans de Trump tentent de franchir une barrière policière, le 6 janvier 2021, au Capitole de Washington. Alors que le Congrès s'apprête à affirmer la victoire du président élu Joe Biden, des milliers de personnes se sont rassemblées pour montrer leur soutien au président Donald Trump et à ses accusations de fraude électorale (Crédit : AP Photo/John Minchillo).
  • Les partisans du président américain Donald Trump prennent d'assaut le Capitole américain, enfumé par gaz lacrymogènes, le 6 janvier 2021 à Washington, DC. (Crédit : Saul LOEB / AFP)
    Les partisans du président américain Donald Trump prennent d'assaut le Capitole américain, enfumé par gaz lacrymogènes, le 6 janvier 2021 à Washington, DC. (Crédit : Saul LOEB / AFP)
  • Des gens s'abritent dans la galerie de la Chambre des représentants alors que des manifestants tentent de s'introduire dans l'hémicycle du Capitole américain, le mercredi 6 janvier 2021, à Washington. (AP Photo/Andrew Harnik)
    Des gens s'abritent dans la galerie de la Chambre des représentants alors que des manifestants tentent de s'introduire dans l'hémicycle du Capitole américain, le mercredi 6 janvier 2021, à Washington. (AP Photo/Andrew Harnik)
  • Les partisans de Trump dans le Capitole américain, à Washington, le mercredi 6 janvier 2021. (Crédit : AP Photo / Manuel Balce Ceneta)
    Les partisans de Trump dans le Capitole américain, à Washington, le mercredi 6 janvier 2021. (Crédit : AP Photo / Manuel Balce Ceneta)
  • La police du Capitole américain tient des manifestants sous la menace d'une arme à feu près de la Chambre des représentants, à l'intérieur du Capitole américain, le mercredi 6 janvier 2021, à Washington.  (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)
    La police du Capitole américain tient des manifestants sous la menace d'une arme à feu près de la Chambre des représentants, à l'intérieur du Capitole américain, le mercredi 6 janvier 2021, à Washington. (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)
  • Un membre d'une foule pro-Trump défonce une entrée du Capitole pour tenter d'y accéder le 6 janvier 2021 à Washington, DC. Une foule pro-Trump a pris d'assaut le Capitole, brisant des fenêtres et s'affrontant avec des policiers. (Crédit : Jon Cherry/Getty Images/AFP)
    Un membre d'une foule pro-Trump défonce une entrée du Capitole pour tenter d'y accéder le 6 janvier 2021 à Washington, DC. Une foule pro-Trump a pris d'assaut le Capitole, brisant des fenêtres et s'affrontant avec des policiers. (Crédit : Jon Cherry/Getty Images/AFP)
  • Un manifestant pro-Trump porte le lutrin de la Présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, à travers la Rotonde du Capitole américain après qu'une foule pro-Trump ait pris d'assaut le bâtiment le 6 janvier 2021 à Washington, DC. (Crédit : Gagner McNamee/Getty Images/AFP)
    Un manifestant pro-Trump porte le lutrin de la Présidente de la Chambre des représentants des Etats-Unis, Nancy Pelosi, à travers la Rotonde du Capitole américain après qu'une foule pro-Trump ait pris d'assaut le bâtiment le 6 janvier 2021 à Washington, DC. (Crédit : Gagner McNamee/Getty Images/AFP)
  • Les partisans du président américain Donald Trump prennent d'assaut le Capitole américain le 6 janvier 2021 à Washington. (Crédit :  ROBERTO SCHMIDT / AFP)
    Les partisans du président américain Donald Trump prennent d'assaut le Capitole américain le 6 janvier 2021 à Washington. (Crédit : ROBERTO SCHMIDT / AFP)
  • Une foule pro-Trump se rassemble à l'intérieur de la salle du Sénat au Capitole américain après que des groupes ont pris d'assaut le bâtiment le 6 janvier 2021 à Washington, DC. (Crédit : Gagner McNamee/Getty Images/AFP)
    Une foule pro-Trump se rassemble à l'intérieur de la salle du Sénat au Capitole américain après que des groupes ont pris d'assaut le bâtiment le 6 janvier 2021 à Washington, DC. (Crédit : Gagner McNamee/Getty Images/AFP)
  • Des manifestants, fidèles au président Donald Trump, prennent d'assaut le Capitole, à Washington, le 6 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)
    Des manifestants, fidèles au président Donald Trump, prennent d'assaut le Capitole, à Washington, le 6 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/John Minchillo)

Honteuses », « choquantes », « préoccupantes »: les violences mercredi soir à Washington, avec l’irruption de manifestants pro-Trump au Capitole, ont été condamnées par les dirigeants mondiaux, qui ont dénoncé une « attaque contre la démocratie » et appelé au respect du résultat de l’élection présidentielle.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré jeudi que les violences de partisans du président sortant, Donald Trump, survenues au Capitole étaient « inacceptables » et a appelé au « respect du processus démocratique ».

« Les violences hier soir au Capitole à Washington sont absolument inacceptables » et « doivent cesser », a-t-il déclaré à Jérusalem, avant une rencontre avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui a lui estimé qu’elles étaient « scandaleuses ».

« Le temps est maintenant venu pour notre nation de s’unir et de respecter le processus démocratique américain », a poursuivi M. Mnuchin, arrivé mardi soir en Israël.

« Nos institutions démocratiques ont été fortes pendant très longtemps » et elles le « resteront », a-t-il dit. « Notre démocratie triomphera », a-t-il souligné.

Voici les principales réactions :

Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé des « scènes honteuses », et appelé à une transition « pacifique et ordonnée » du pouvoir vers le démocrate Joe Biden.

« Rien ne peut justifier ces tentatives violentes pour faire échouer la transition légale et conforme du pouvoir », a jugé de son côté le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab.

Union européenne

« Je crois dans la force des institutions et de la démocratie américaine. Une transition pacifique en est le coeur », a tweeté la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. « Joe Biden a gagné l’élection. Je me réjouis de travailler avec lui en tant que prochain président des Etats-Unis ».

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a dénoncé un « assaut inédit contre la démocratie américaine » et appelé au respect du résultat de l’élection présidentielle.

« Assister aux scènes de ce soir à Washington est un choc. Nous comptons sur les Etats-Unis pour permettre un transfert de pouvoir pacifique à Joe Biden », a déclaré pour sa part le président du Conseil européen Charles Michel.

ONU

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a été « attristé » par l’intrusion au capitole, selon son porte-parole Stephane Dujarric. « Dans de telles circonstances, il est important que les responsables politiques fassent comprendre à leurs partisans la nécessité d’éviter la violence et de respecter les processus démocratiques et l’état de droit », a souligné le porte-parole dans un communiqué.

France

« Nous ne cèderons rien à la violence de quelques-uns qui veulent remettre en cause » la démocratie, a réagi le président français Emmanuel Macron dans une vidéo.

We believe in democracy.#WeAreOne

Posted by Emmanuel Macron on Wednesday, January 6, 2021

« Quand, dans une des plus vieilles démocraties du monde, des partisans d’un président sortant remettent en cause, par les armes, les résultats légitimes d’une élection, c’est une idée universelle – celle d’un homme, une voix – qui est battue en brèche », a-t-il ajouté.

Russie

 

« La partie perdante a des raisons plus que suffisantes d’accuser les gagnants de falsifications, il est évident que la démocratie américaine boîte des deux pieds », a affirmé le président de la commission des Affaires étrangères du sénat russe.

« La fête de la démocratie est terminée. Elle a, malheureusement, touché le fond, et je dis cela sans une once de jubilation. L’Amérique a perdu le nord et n’a donc plus aucun droit de donner le cap. Et encore moins de l’imposer aux autres », a ajouté Konstantin Kosatchev sur Facebook.

Iran

 

La démocratie occidentale est « fragile et vulnérable », a jugé le président iranien Hassan Rohani, mettant en garde contre la montée du « populisme » après les troubles au Capitole.

« Ce que nous avons observé aux Etats-Unis hier soir et aujourd’hui a montré, tout d’abord, à quel point la démocratie occidentale est vulnérable et fragile », a-t-il déclaré lors d’une allocution télévisée.

Allemagne

Pour le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, « Trump et ses partisans devraient finalement accepter la décision des électeurs américains et cesser de piétiner la démocratie ». « Les paroles incendiaires se muent en actions violentes », a-t-il ajouté.

Le ministre des Finances et vice-chancelier Olaf Scholz a condamné les « images inquiétantes » de Washington, dénonçant « une attaque insupportable contre la démocratie ».

Canada

« Les Canadiens sont profondément inquiets et tristes des attaques contre la démocratie aux Etats-Unis, notre plus proche allié et voisin », a déclaré le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur Twitter. « La violence ne réussira jamais à renverser la volonté du peuple », a-t-il ajouté.

Australie

Le Premier ministre australien a déploré des « scènes très pénibles au Congrès américain ». « Nous condamnons ces actes de violence et attendons avec intérêt un transfert pacifique du gouvernement à l’administration nouvellement élue dans la grande tradition démocratique américaine », a écrit Scott Morrison sur Twitter.

Otan

Le chef de l’Otan Jens Stoltenberg a dénoncé des « scènes choquantes », et appelé au respect du résultat de la présidentielle remportée par Joe Biden.

Italie

« La violence est incompatible avec l’exercice des droits démocratiques et des libertés. J’ai confiance en la force et la robustesse des institutions des Etats-Unis », a tweeté le Premier ministre italien Giuseppe Conte.

« C’est une véritable honte pour la démocratie et une attaque contre les libertés du peuple américain, a estimé pour sa part le ministre des Affaires étrangères, Luigi di Maio.

Espagne

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a dit « suivre avec préoccupation les informations en provenance du Capitole à Washington ». « J’ai confiance en la force de la démocratie américaine. La nouvelle présidence de @joebiden surmontera ce moment de crispation, en unissant le peuple américain », a-t-il estimé sur Twitter.

Irlande

Le Premier ministre irlandais Micheal Martin a rappelé « le lien profond » de son pays avec les Etats-Unis, disant observer les événements à Washington avec « beaucoup d’inquiétude et de consternation ».

« Scènes choquantes et profondément tristes à Washington DC, que l’on doit nommer pour ce qu’elles sont: une agression délibérée de la démocratie par un président sortant et ses supporters », a condamné le ministre des Affaires étrangères irlandais Simon Coveney.

Turquie

Dans un communiqué, le ministère turc des Affaires étrangères a appelé « toutes les parties aux Etats-Unis à la mesure et à la prudence ». « Nous pensons que les Etats-Unis sortiront de cette crise politique interne d’une manière mature », a-t-il ajouté.

Pays-Bas

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a qualifié d' »horribles » les images de Washington, et appelé Donald Trump à « reconnaître Joe Biden comme le futur président aujourd’hui ».

Norvège

« Ce que l’on voit en ce moment à Washington est une attaque totalement inacceptable contre la démocratie aux Etats-Unis. Le président Trump a la responsabilité d’arrêter cela. Images effrayantes, incroyable que ce soit les Etats-Unis », a réagi la Première ministre norvégienne Erna Solberg.

Pologne

 

Le président polonais Andrzej Duda a estimé sur Twitter que les violences survenues au Capitole constituaient « un problème interne pour les Etats-Unis ».

« La Pologne croit dans la puissance de la démocratie américaine », a ajouté cet allié proche de Donald Trump, qui avait attendu plus d’un mois avant de féliciter Joe Biden pour son élection.

Hongrie

« Les images choquantes du Capitole devraient être gardées à l’esprit avant, pendant et après les élections partout dans le monde », a tweeté la ministre hongroise des Familles, Katalin Novak.

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, était l’un des rares dirigeants de l’UE à soutenir Donald Trump avant les élections, avant de féliciter Joe Biden.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...