Yosef Kleinman, plus jeune témoin au procès Eichmann, s’éteint à 91 ans
Rechercher

Yosef Kleinman, plus jeune témoin au procès Eichmann, s’éteint à 91 ans

Il y avait eu 110 témoins qui étaient intervenus lors de ce procès, en 1961 ; le témoignage apporté par Kleinman avait aidé à faire condamner à mort le nazi

Yosef Kleinman témoigne lors du procès d'Adolf Eichmann à Jérusalem, en 1961, sur des images d'archives présentées dans un documentaire de la Treizième chaîne, en 2019. (Capture d'écran)
Yosef Kleinman témoigne lors du procès d'Adolf Eichmann à Jérusalem, en 1961, sur des images d'archives présentées dans un documentaire de la Treizième chaîne, en 2019. (Capture d'écran)

JTA — Yosef Kleinman, plus jeune survivant de la Shoah à avoir témoigné lors du procès du dirigeant nazi Adolf Eichmann, s’est éteint à l’âge de 91 ans.

Kleinman, qui vivait à Jérusalem, est mort mardi, a fait savoir la chaîne Kan. La cause de son décès n’a pas été précisée.

Kleinman était l’un des moins de 100 000 survivants de la Shoah en Israël.

Kleinman avait été témoin au procès d’Eichmann, le plus haut responsable allemand en charge de l’extermination des Juifs, en 1961. Agé alors de 31 ans, il avait été le plus jeune à venir témoigner à la barre. Son témoignage, livré après l’évanouissement du témoin qui l’avait précédé, avait porté sur le sort réservé aux jeunes Juifs à Auschwitz.

Le criminel de guerre nazi Adolph Eichmann dans une cabine de verre protectrice, entouré par la police israélienne, lors de son procès le 22 juin 1961 à Jérusalem. (Crédit : GPO)

Déporté à Auschwitz depuis Budapest en 1944 quand il avait 14 ans, Kleinman avait vu sa mère et sa petite sœur envoyées à la mort.

Dans des termes vifs qui avaient frappé les juges, Steinman avait évoqué Josef Mengele, médecin d’Auschwitz dont le témoin avait parlé en utilisant son surnom, « l’ange de la mort », qui était arrivé sur un terrain de football, en vélo, avec un instrument de mesure. Il était apparu clairement aux jeunes présents que s’ils étaient plus petits que l’appareil que portait Mengele, ils seraient condamnés à mort.

« Chacun d’entre nous s’était tenu le plus droit possible, à essayer de gagner un petit centimètre de hauteur », avait raconté Kleinman lors du procès. Il avait immédiatement eu conscience qu’il n’était pas assez grand lui-même. Son frère lui avait alors donné des cailloux qu’il avait mis dans ses chaussures de manière à atteindre la taille requise. Grâce à cette astuce, Kleinman était resté avec son frère dans la file des adolescents destinés à aller dans les camps de travaux forcés.

Kleinman avait ajouté que les jeunes, qui étaient regroupés, dans le camp, avec les Roms, avaient rapidement été en mesure de dire si les crématoriums étaient en train de faire brûler des êtres humains.

« Nous étions devenus des experts en fumée », avait-il expliqué à la Treizième chaîne dans un documentaire datant de 2019.

Joseph Zalman Kleinman, 92 ans, survivant de la Shoah, désigne le bras sur lequel il préfère recevoir la seconde dose du vaccin Pfizer contre la COVID-19 au centre de vaccination de la caisse d’assurance-maladie de la Clalit dans un stade de Jérusalem, le 21 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

Son témoignage avait aidé à faire condamner à mort Eichmann.

Kleinman et son frère avaient réussi à quitter Auschwitz en se faufilant parmi un groupe de travailleurs qui était envoyé à Dachau. Il avait expliqué aux journalistes qu’un soldat juif, qui se trouvait parmi les Américains qui avaient libéré le camp, lui avait donné une chemise à porter qu’il devait garder toute sa vie.

Après la libération, les deux frères avaient erré dans toute l’Europe avant d’embarquer sur un navire à destination de Chypre, où ils avaient été internés avant d’obtenir l’autorisation d’émigrer dans l’Israël pré-État, en 1947. Il avait fait son service dans l’armée israélienne et il avait ouvert ensuite une menuiserie avec son frère.

Au moment de son témoignage, Kleinman avait commencé à encourager les autorités chargées de la commémoration de la Shoah, au sein de l’État juif, à collecter les histoires des jeunes ayant péri pendant le génocide et qui, jusqu’alors, étaient restées largement inconnues. Il était devenu un intervenant très réclamé et apprécié dans les écoles et à l’armée.

Yosef Kleinman, survivant d’Auschwitz qui avait témoigné lors du procès d’Adolf Eichmann, pose pour une vidéo aux abords de son appartement lors de la Journée de commémoration de la Shoah, Yom HaShoah, le 21 avril 2021. (Crédit : Twitter)

Il avait conservé le pyjama rayé qu’il avait été forcé à porter à Auschwitz toute sa vie.

Lorsque les sirènes résonnaient à l’occasion de Yom HaShoah, chaque année, il sortait de son appartement de Jérusalem portant sa casquette de déporté et brandissant un portrait de sa large famille, qu’il avait fondée avec son épouse, Chaya, elle aussi survivante. Il avait trois enfants, 16 petits-enfants et quatre arrière-petits enfants en 2019.

« Am Yisrael Chai, » répétait-il. « Le peuple juif est vivant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...