Le chef de la diplomatie israélienne et candidat aux législatives Avigdor Liberman et ses partisans ont contourné jeudi une interdiction officielle en mettant à disposition du public à Tel Aviv le dernier numéro de Charlie Hebdo avec le prophète Mahomet en couverture, a constaté un correspondant de l’AFP.

La commission électorale chargée de veiller à la régularité des élections avait interdit mercredi à Liberman et à son parti de mettre à exécution le projet annoncé de distribuer le journal au nom de la liberté d’expression.

La commission a dit que la distribution de cadeaux dans un lieu public était interdit aux partis pendant la campagne précédant élections du 17 mars.

Liberman et les militants de son parti Yisrael Beytenu ont contourné l’interdiction en ne distribuant pas à proprement parler le journal ; la bouche symboliquement bâillonnée, ses sympatisants ont installé un stand permettant aux passants de consulter le journal satirique sur le boulevard Rothschild, l’un des axes les plus fréquentés de Tel Aviv.

« Tous ces arguments sur la menace de troubles à l’ordre public et le comportement de la chaîne de librairie qui a cédé aux menaces et refusé de distribuer le journal sont insupportables », a déclaré Liberman venu rendre visite à ses supporters.

Le dernier numéro de Charlie Hebdo n’est disponible dans aucun point de vente en Israël.

Après avoir annoncé qu’elle allait le distribuer, la chaîne de librairies Steimatzky a renoncé à le mettre en rayons et le propose à la vente sur Internet.

La publication du premier numéro de Charlie Hebdo après le massacre du 7 janvier, avec une représentation du prophète Mahomet sous le message « Tout est pardonné », avait de nouveau suscité l’émoi parmi les musulmans.