Israël réduira ses constructions dans les implantations de Cisjordanie pour montrer sa bonne volonté au président Donald Trump, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux membres de son cabinet sécuritaire dans la soirée de jeudi.

Cette annonce survient quelques heures après que le cabinet sécuritaire a décidé d’établir une nouvelle implantation pour les familles évacuées de l’avant-poste d’Amona, qui a été détruit. Cette directive ne s’appliquera donc pas à cette communauté.

Les spécificités de ces limitations ne sont pas encore connues dans l’immédiat, et n’ont fait pour l’instant l’objet que d’une déclaration d’intention, qui n’a pas indiqué si elles amorceraient un changement significatif dans la politique.

Le Bureau du Premier ministre a expliqué que toute construction future se limiterait aux frontières actuelles des implantations ou qu’elles leur seraient adjacentes.

Toutefois, de nouvelles habitations pourront être construites aux abords des frontières des implantations – mais le plus proche possible – si elles ont été considérées comme légales et que les limitations sécuritaires ou topographiques ne permettent pas le respect de ces directives.

Israël empêchera également la construction de tout nouvel avant-poste illégal, a indiqué Netanyahu à ses ministres.

« C’est une administration très amicale et nous devons prendre en considération les requêtes du président », a dit Netanyahu au cabinet chargé de la sécurité selon le quotidien Haaretz, se référant aux déclarations de Trump qui avait fait part de son désir de voir limitées les constructions au sein des implantations.

L’administration Trump a toutefois fait part de sa compréhension face à la décision prise jeudi par le gouvernement israélien d’établir une nouvelle implantation en Cisjordanie, dans la mesure où la coalition de Netanyahu s’y était engagée avant que Trump n’exprime ses propres objections à l’expansion des constructions.